Dossier Conseil Coton Anacarde

14 mai 2018

CONSEIL COTON ANACARDE: COMMUNIQUE DE PRESSE

Des rumeurs persistantes dans la filière anacarde font état d’une révision imminente du prix plancher bord champ de la noix brute de cajou.
A cet effet, le Conseil du Coton et de l’Anacarde rappelle aux opérateurs économiques intervenant dans la filière anacarde que les prix planchers obligatoires de la noix de cajou brute bien séchée et bien triée, ne comportant aucune matière étrangère fixés comme suit par le gouvernement le 14 février 2018 demeurent en vigueur :
• Prix plancher bord champ : 500 FCFA/kg

• Prix magasins intérieurs :525 F CFA/kg

• Prix magasins portuaires :584 F CFA/kg
Ces prix sont des prix minimums en dessous desquels aucun achat n’est autorisé.
Tout opérateur contrevenant à ces dispositions s’expose aux sanctions prévues par la réglementation.
Il est demandé à tous les acteurs de la filière de veiller au respect scrupuleux de cesprix.

« Pour un développement durable des filières coton et anacarde »

Le Directeur Général

30 avril 2018

COMMUNIQUE DE PRESSE DU CONSEIL COTON ANACARDE

La Direction Générale du Conseil du Coton et de l’Anacarde tient à féliciter l’ensemble des acteurs de la filière pour les efforts consentis en vue de l’amélioration de la qualité de la noix de cajou ivoirienne. Elle les exhorte, à redoubler d’effort en tenant compte des risques de dégradation liés à la saison pluvieuse.
Pour préserver la qualité de nos produits contre les effets de l’humidité, il est conseillé avec insistance, en particulier aux producteurs et à leurs OPA, de commercialiser des noix de cajou bien séchées, bien triées et ne comportant aucune matière étrangère.
Le respect scrupuleux de ces dispositions est indispensable pour assurer le déroulement de la campagne dans de meilleures conditions.
« POUR UN DÉVELOPPEMENT DURABLE DES FILIÈRES COTON ET ANACARDE »…

16 février 2018

Conférence de presse du Conseil Coton-Anacarde

Le 15 février 2018, le PCA du conseil du coton et de l’anacarde (M. BAMBA Mamadou) et le Directeur Général de cette filière (Dr COULIBALY Adama), ont donné une conférence de presse au 15ième étage de la CAISTAB. Au cours de cette conférence, dont une trentaine de personnes ont participé, le PCA et le DG ont surtout annoncé le lancement officiel de la campagne d’anacarde 2018. Ils ont précisé que cette campagne s’annonce sous de bons auspices avec des facteurs climatiques favorables. Les prix suivants de noix de cajou ont été indiqués :
– Le prix bord champ est 500 F/kg de noix bien séchées, bien triées, exemptes de matières étrangères ;
– Le prix magasin intérieur est de 525 F/kg ;
– Le prix magasin portuaire est de 584 F/kg.
Ils ont précisé que le prix bord champ est un prix plancher minimum en-dessous duquel aucune transaction commerciale n’est autorisée.
Le non respect de ce prix plancher ainsi que des dispositions pratiques de commercialisation feront l’objet de sanctions pouvant aller jusqu’au retrait de l’agrément de tout contrevenant.
Le DG de la filière a précisé que la Côte d’Ivoire demeure, le premier producteur de noix de cajous, par conséquent des mesures vont être prises au niveau des frontières, pour éviter des cas de vol de noix de cajous, afin de sécuriser nos productions. Il a également signifié que tout produit (noix de cajous) saisi sera vendu afin de minimiser la perte des noix de cajous.
Dans les perspectives à venir, il a également notifié la transformation de noix de cajous qui serait véritablement bénéfique pour la population, surtout qu’en 2017, la Côte d’Ivoire a obtenu 715 232 tonnes de noix de cajous et qu’en 2018, les prévisions sont de l’ordre de 750 000 tonnes. Enfin le gouvernement Ivoirien compte prendre des mesures, afin que 15 % de la production nationale de noix de cajous soit réservée à l’exportation.…

31 janvier 2018

Le Conseil du Coton et de l’Anacarde sensibilise les acteurs de la filière sur la préservation et l’amélioration de la qualité des noix de cajou

Caravane-cca

31 Jan. (agrici.net) – Pour entamer la campagne 2018 de commercialisation de la noix de cajou, le CCA a lancé une tournée du 23 au 27 Janvier 2018 dans le bassin anacardier pour sensibiliser, informer et impliquer les acteurs de la filière dans la gestion de la qualité de la noix de cajou.

La Cote d’Ivoire étant la première productrice mondiale de l’anacarde, avec une production de noix de cajou qui s’est élevée à 673 238 tonnes en 2017, soit une hausse de 3,6% par rapport à 2016, elle se doit de produire des noix non seulement en quantité mais en qualité.

En effet, la ‘’qualité’’des produits agricoles, en particulier l’anacarde est liée directement à la conséquence des opérations de production, de récolte et de traitement post-récolte mais aussi à la manipulation de la production au niveau du circuit de commercialisation.

Le mardi 24 Janvier à Mankono, le représentant du DG du Conseil du Coton et de l’Anacarde, M. N’Dri Philippe au début de son allocution a tout d’abord félicité les producteurs de la région du Béré d’être la première région productrice de noix de cajou en Cote d’Ivoire avec une production de 114 772 tonnes.  Ensuite, a-t-il affirmé : « Cependant, la qualité de cette production doit être améliorée, pour permettre à l’ensemble des acteurs de la chaine de valeur de bénéficier pleinement des fruits de leurs efforts et d’améliorer durablement la compétitivité de la filière ivoirienne de cajou. ». «  A quelques jours de l’ouverture de la campagne 2018, la présente cérémonie de sensibilisation est la concrétisation de la volonté du Conseil du Coton et de l’Anacarde à accompagner tous les acteurs à travers cette plateforme, dans la démarche qualité, gage d’une meilleure profitabilité de la filière, car comme on le dit la qualité a certes un cout mais elle a aussi un prix sur le marché international. » a-t-il souligné.

Notons qu’un message en Français et en malinké a été délivré dans chacune des localités visitées soient Bondoukou, Bouna, Ferkéssédougou, Boundiali, Mankono et Katiola pour conseiller et recommander chacun des acteurs pour une meilleure qualité de la noix de cajou.

Bon à savoir : Le facteur qualité de la noix de cajou porte sur le grenage, le taux de défaut, le taux d’humidité et le taux de rendement en amande (KOR).

 …

22 janvier 2018

Côte d’Ivoire/ Des champs de noix de cajou consumées par des feux de brousse à Dabakala

Dabakala, 22 jan (Agrici.net) – Des dizaines d’hectares de noix de cajou ont été consumées par des feux de brousse dans des localités de N’Gala, de Tagbonon et de Lahora situées dans le département de Dabakala (région du Hambol).

L’origine des incendies n’est pas encore connue mais le préjudice subi se chiffre en dizaines de millions de francs CFA, a appris l’AIP.

Chaque année, à la même époque, des incendies de plantations sont signalées malgré les pare-feu tracés.…

22 janvier 2018

Discours du DG du Conseil Coton Anacarde (REMISE DE MATERIELS DE PRODUCTION DE L’ANACARDE)

Monsieur le représentant du MINADER,

 Monsieur le Coordonnateur du PSAC,
 Monsieur le représentant du Directeur Exécutif du FIRCA ;
 Monsieur le représentant du Directeur Général du CNRA;
 Monsieur le représentant du Directeur Général de l’ANADER;
 Monsieur le représentant de la Directrice Exécutive de GIZ/Comcashew ;
 Mesdames et Messieurs les représentants des institutions,
Partenaires Techniques et Financiers ;
 Mesdames et Messieurs les acteurs professionnels de la filière
anacarde (Producteurs, acheteurs, exportateurs, transformateurs) ;
 Mesdames et Messieurs des pépiniéristes ;
 Monsieur le Facilitateur ;
 Honorables invités ;
 Chers amis de la presse,
Mesdames et Messieurs, tous en vos rangs, grades et qualités respectifs ;
Je voudrais, avant tout propos, au nom du Conseil du Coton et de l’Anacarde et en mon nom personnel, vous souhaiter une bonne et heureuse année 2018. Que la santé, la paix et le succès soient nos compagnons tout au long de cette nouvelle année ainsi que pendant les années à venir. L’intérêt de la cérémonie de ce jour n’est plus à démontrer, au regard de l’importance stratégique des semences à haut rendement pour la compétitivité et le développement durable de la filière anacarde en Côte d’Ivoire.
En effet, malgré ses performances actuelles (puisque nous sommes le premier producteur mondial de noix de cajou), la filière anacarde en Côte d’Ivoire reste confrontée à de nombreuses difficultés. Au nombre de ces difficultés, nous pouvons énumérer la faiblesse des rendements (qui est en moyenne 500kg contre au moins 1000kg ailleurs, comme au Brésil, en Inde et Vietnam). Cette insuffisance relève non seulement de l’historique de l’introduction de l’anacardier en Côte d’Ivoire, mais aussi et surtout, de la faible disponibilité du matériel végétal à haut rendement.
Ainsi, pour consolider durablement la position de leader qu’occupe notre pays dans la production mondiale de noix de cajou et afin de renforcer la valeur ajoutée par la transformation, l’état de Côte d’Ivoire, a engagé la réforme de la filière en 2013. Cette réforme, qui s’inscrit dans la vision du Président de la République de rendre l’Agriculture ivoirienne plus compétitive et moderne, a mis un accent particulier sur la recherche
agronomique et technologique. Dans cette perspective, la convention cadre signée le 31 août 2014 entre le Conseil du Coton et de l’Anacarde, le FIRCA et le CNRA a autorisé la poursuite du projet d’amélioration variétale de l’anacardier, afin de contribuer à l’intensification de la cajouculture en Côte d’Ivoire, par la mise au point de matériel végétal performant, répondant aux critères de précocité, de rendement, de qualité des noix et de résistance aux maladies et ravageurs.
La mise en œuvre de ce projet a permis de confirmer quarante-deux (42)arbres à haut rendement et de mettre en place, à partir de ce matériel végétal confirmé, neuf (09) parcs à bois à Tanda, Madinani, Ferké, Lataha, Bouna, Toumodi, Yamoussoukro, Béoumi, Katiola, Seguela. Pour satisfaire la forte demande de matériel végétal à haut rendement (plants greffés et greffons) exprimée par les producteurs, une stratégie nationale de multiplication et …

22 décembre 2017

COTON/ LE CONSEIL COTON ANACARDE SIGNE DES CONVENTIONS AVEC LES SOCIETES COTONNIERES DANS LE CADRE DU ZONAGE DE LA FILIERE

22 Déc. (agrici.net) – Le 28 Décembre 2016, une loi concernant le le zonage agro-industriel dans la filière coton a été adoptée. Suite à cela le gouvernement ivoirien a institué le zonage dans le bassin cotonnier en constituant 18 zones exclusives d’activités.

C’est dans le cadre de la mise en œuvre officielle du zonage 1 an après son adoption par le Gouvernement Ivoirien que le Conseil du Coton et de l’Anacarde a procédé à une signature de conventions avec les différentes sociétés cotonnières ce vendredi 22 Décembre à Abidjan Plateau.

Les parties prenantes de ce contrat sont bien entendu le Conseil du Coton et de l’Anacarde d’une part et d’autre part les sociétés cotonnières, entre autre CIDT, IVOIRE COTON, COIC, SECO, SICOSA 2.0 et GLOBAL COTTTON.Signature-DG-CCA-DG-IVOIRE-COTON

Dans ces dits, le Dr Adama COULIBALY, DG du Conseil Coton Anacarde s’est avoué satisfait de voir l’aboutissement de cette initiative qui selon lui va contribuer au bien-être des populations.

« C’est un processus qui nous permettra d’organiser la filière », a souligné Jean-François TOURE, Représentant du Président de l’APROCOT.

Silué Kassoum, DG de la Fédération des producteurs de Coton, a tenu à remercier le Gouvernement Ivoirien et le Conseil Coton Anacarde d’avoir ramener à nouveau le zonage dans la filière et il a exhorté aux différents acteurs de jouer véritablement leur rôle pour une bonne mise ne œuvre.

Zonage

Quant au PCA du Conseil Coton Anacarde, M. Mamadou BAMBA, « Le zonage est la seule manière de rendre notre filière compétitive », et vus les tensions qu’ont suscités ce changement dans la filière, la mise en œuvre du zonage est un processus qui va se parfaire au fil du temps.

Notons que la signature de la convention précise les droits et obligations des parties ( L’Etat est représenté par le Conseil Coton Anacarde et chaque société cotonnière) et elle est conclue pour une durée de 7ans, renouvelable.

 …

19 novembre 2017

Adama Coulibaly (DG Conseil Coton Anacarde) : « Notre ambition, c’est d’arriver à 30 % de la transformation de cajou d’ici à 2020 »

19 Nov (agrici.net) – A l’occasion du Salon international de l’agriculture et des ressources animales (SARA 2017) qui se tient à Abidjan, le Directeur Général du Conseil du Coton Anacarde, Dr Adama Coulibaly, a accordé samedi un entretien à Agrici.net, dans lequel il affiche les ambitions de la structure qu’il dirige depuis juin 2016.

 

Votre structure participe à la 4e édition du Salon international de l’agriculture et des ressources animales (SARA). Qu’est-ce qu’elle entend proposer à ce Salon ?

Nous sommes venus exposés l’ensemble des opportunités de nos produits. Lorsque vous prenez la pomme de cajou, vous avez toutes les opportunités qu’elle offre. S’agissant de la graine de coton, on ne soupçonne pas qu’avec elle, non seulement on fait de l’huile de table, mais on peut faire aussi de la pâtisserie, des gâteaux, des beignets. C’est  l’ensemble de ces opportunités, de ces possibilités contenues dans ces deux filières que nous sommes venus vendre ici au SARA.

Il y a quelques semaines la campagne 2017-2018 de la commercialisation du coton a été lancée. Comment se déroule la campagne sur le terrain ?

La campagne du coton se déroule très bien. La commercialisation de la graine de coton est très simple. C’est un système de commercialisation privé très pratique et très connu de l’ensemble des acteurs de la filière.

Quel message pouvez-vous lancer aux agriculteurs ?

Ils sont acteurs de deux filières extrêmement importantes et hautement stratégiques dans l’économie ivoirienne. Et ils doivent en être fiers. Grâce au coton, nous assistons au développement des cultures vivrières qui accompagnent en même temps le coton dans son aire géographique. Grâce au coton, les intrants sont accessibles aux producteurs, les engrais sont accessibles aux producteurs. Grâce au coton, nous exportons de la fibre, mais aussi de la graine de coton. Concernant l’anacarde, vous savez, jusque-là, on ne faisait rien avec la pomme de cajou. Aujourd’hui, nous sommes heureux de vous présenter des galettes à base de pomme de cajou. Nous sommes en partenariat avec une société privé de la place qui va très prochainement lancer ce produit de façon à ajouter de la valeur ajoutée à l’huile de cajou. A savoir la pomme et la noix. L’ensemble des produits dérivés indiquent la richesse de ce produit. Et grâce à cela, nous sommes en train de faire émerger une race de transformateurs autant au plan de la petite transformation que de la grande transformation. Très bientôt, nous allons passer à la vulgarisation de la transformation de ces produits. Et je pense qu’ils seront disponibles dans les super marchés pour booster davantage la production ; pour assurer des débouchés sûrs à nos producteurs, parce que nous ne pourrons pas compter durablement sur l’exportation de ces produits vers d’autres pays. Nous devons d’abord compter sur la transformation nationale.

Nous savons tous que la transformation locale de la noix de cajou n’est pas satisfaisante. Que comptez-vous faire pour améliorer le taux de transformation de ce produit ?

Effectivement, vous avez raison de relever que la transformation n’est pas …

18 novembre 2017

Le Conseil Coton Anacarde participe à la 4ème édition du SARA 2017

18 Nov. (agrici.net) – La 4ème édition International de l’Agriculture et des Ressources Animales SARA 2017 a ouvert ses portes ce vendredi 17 novembre et ce, jusqu’au 19 novembre 2017 sur la route d’aéroport sis dans la commune de Port Bouet. La cérémonie officielle d’ouverture présidée par SEM Alassane Ouattara, Président de la république de la Côte d’Ivoire.

Le thème retenu pour cette édition est : ‘’Transformation structurelle de l’économie agricole face aux changements climatiques’’, qui s’inscrit aussi à la transformation des 100% de la production nationale de l’anacarde.
Comme aux dernières éditions du SARA , le conseil Coton Anacarde, a encore marqué sa participation à cette rencontre des opérateurs économiques de la filière anacarde par une mobilisation de son équipe de communication et de la promotion pour la tenue d’un stand d’une part, et d’autre part, de l’organisation des séances d’informations et de distributions de différents supports de communication sur les missions et activités du Conseil Coton Anacarde.

Ce département a été crée pour prendre le relais de l’Autorité de Régulation du Coton et de l’Anacarde (ARECA) dans la mise en place et le suivi d’un cadre réglementaire pour un environnement permettant une meilleure gouvernance des deux filières. Rappelons que le conseil Coton Anacarde a pour objectif général de suivre la mise en œuvre et de veiller au respect des principes et règles régissant les activités dans les filières Coton /Anacarde et aussi de gérer les informations économiques dans les filières Coton/Anacarde aux producteurs de ce produit en créant les conditions d’accessibilité à des équipements et technologies adéquates. Egalement le conseil Coton Anacarde assure le contrôle de la qualité et du poids de ces deux produits.

La Côte d’Ivoire est passée premier producteur mondial de l’anacarde avec plus de 700 000 tonnes en 2015. Quand sa capacité de transformation passe de 54 000 tonnes en 2012 à 100 900 tonnes en 2016. Par ailleurs, le conseil Coton Anacarde a profit du SARA 2017 pour inviter le public à la participation de la 3ème édition du salon international des équipements et des technologies de transformation de l’Anacarde (SIETTA) à Abidjan en Côte d’Ivoire.

M.T…

6 novembre 2017

Lancement de la campagne 2017-2018 de la commercialisation du coton

Ce lundi 06 novembre, Le président du conseil d’administration du conseil du Coton et de l’Anarcade, Mamadou Bamba a procédé au lancement de la campagne 2017-2018 de commercialisation du coton, en souhaitant une excellente campagne à l’ensemble des acteurs. Ladite campagne enregistre une particularité avec la mise en œuvre de la réforme liée au zonage agro-industriel dans la filière coton, A en croire le Directeur général du Conseil Coton Anacarde, le Dr Adama Coulibaly.

Quant au prix, il devrait rester constant sans majeure évolution par rapport à la campagne précédente », a déclaré le président du conseil d’administration du conseil du coton et de l’anacarde, Mamadou Bamba. Il a indiqué que les prix d’achat du kilogramme s’élevaient 265 F CFA le kilogramme de coton graine de premier choix.

La campagne s’ouvre dans un contexte international caractérisé par une légère hausse de la production mondiale, a expliqué Bamba Mamadou. Les prévisions actualisées de production de coton graine au niveau national sont de 340.968 tonnes.

En conclusion, selon le Directeur général du Conseil Coton Anacarde, un fonds de 21 milliards sera bientôt levé pour la remise sur pied de la filière. …

Newsletter Powered By : XYZScripts.com