latest article

19 novembre 2017

En Côte d’Ivoire, l’IPNETP aura un nouveau département Agriculture et agro-industrie

En Côte d’Ivoire, l’Institut pédagogique national pour l’enseignement technique et professionnel (IPNETP) sera doté d’un nouveau département de l’agriculture et de l’agro-industrie, a-t-il été décidé en Conseil des ministres mercredi. Ceci s’inscrit dans le cadre du “projet de développement du système de la formation professionnelle dans le cadre des partenariats à flux inverses en Côte d’Ivoire” qui bénéficie d’un prêt de FCFA 8,6 milliards (€ 13,2 millions) de la Banque islamique de développement (BID), l’accord de prêt ayant été ratifié avant-hier par le Conseil. Au total, 4 245 jeunes devraient en bénéficier.

“Il s’agit de construire et d’équiper un nouveau département de l’Agriculture et de l’Agro-industrie à l’Institut Pédagogique National pour l’Enseignement Technique et Professionnel (IPNETP) ainsi que quatre centres de formation professionnelle à Dabou, à Agboville, à Dimbokro et à Bonoua. Ce projet permettra également de développer trois nouveaux programmes d’enseignement ainsi que de réviser et de mettre à jour le cadre existant pour les cours de formation en alternance afin de renforcer les capacités du personnel de l’IPNETP”, a décidé le Conseil des ministres.

Fin mai, le secrétaire d’Etat chargé de l’Enseignement technique et de la formation professionnelle, Mamadou Touré, avait annoncé de grands changements dans l’enseignement professionnel. “Il s’agira, au titre du partenariat public-privé, de mettre en place de nouvelles filières et rénover progressivement les curricula de formation, en étroite collaboration avec le secteur privé. En ce qui concerne l’amélioration de l’accès au dispositif, de réhabiliter l’existant à travers d’importants investissements du gouvernement et de ses partenaires extérieurs, en privilégiant les filières les plus viables ; de construire de nouveaux établissements en lien avec les potentialités économiques locales”, avait rapporté alors notre confrère Jeune Afrique.…

19 novembre 2017

SARA 2017 : Les défis d’une agriculture durable face au changement climatique

(fratmat.info) Quelles politiques et quel mécanisme de résilience pour parvenir à transformer de façon qualitative les économies agricoles africaines ? Voilà le challenge que doit relever ce 4è salon.
SARA 2017 : Les défis d’une agriculture durable face au changement climatique

La 4è édition du Salon International de l’Agriculture et des Ressources Animales, baptisée, SARA 2017, ouvre officiellement ses portes ce vendredi 17 novembre 2017, route de l’aéroport international Félix Houphouët-Boigny, à Port-Bouët, sous la présidence de SEM Alassane Ouattara, Président de ka République de Côte d’Ivoire.

La Chef de l’Etat aura à ses côtés, en plus des présidents des institutions et des membres du gouvernement conduits par le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, deux personnalités de premier plan : SEM Patrice Talon, Président de la République du Bénin et invité d’honneur de Sara 2017 et le Dr Akimwuni Adesina, président de la Banque Africaine de Développement (Bad), conférencier principal.

Le Sara, vitrine de l’économie agricole ivoirienne, qui représente 25% du produit intérieur brut et occupe les 2/3 des actifs, rassemblera encore, deux ans après la précédente édition, les grands acteurs nationaux, régionaux et internationaux du monde agricole. Et il rayonnera sur quatre grands pôles : le pôle de l’agriculture, le pôle du machinisme, le pôle Institutionnel et le pôle de la foresterie, afin qu’aucun secteur vital de ce domaine stratégique pour l’économie du pays ne soit laissé en rade.

Mais pour cette année, c’est dans une approche d’adaptation au changement climatique et de mutation de l’environnement des affaires que le salon, tout en bâtissant sur la dynamique impulsée par le galop d’essai de 2015 qui a été un véritable succès avec 3253 exposants, 212697 visiteurs, 6081 exposants non professionnels et 18 pays d’Afrique et du reste du monde, présents, va s’assurer de la continuité de l’investissement dans ledit secteur.

Et cela est une exigence que rappelle fort à propos le thème de Sara 2017 : «Transformation structurelle de l’économie agricole face aux changements climatiques ». L’évolution du modèle actuel de développement du secteur agricole vers un nouveau paradigme plus inclusif et équitable pour l’ensemble des acteurs et plus résilient aux effets du changement climatique, d’une part et l’intégration horizontale et verticale, de l’ensemble des acteurs de la chaîne de valeur, la production dans un environnement moderne et bien maîtrisé et l’accès direct des petits producteurs aux marchés, d’autre part, sont deux des principaux défis que cette thématique veut adresser sous forme de panel au cœur de la conférence de haut niveau ministériel.

Egalement, ce panel va réfléchir sur les politiques et le mécanisme de résilience pour que les économies agricoles africaines relèvent le défi de la transformation structurelle. Autrement dit, comment faire quand le climat change, pour que l’agriculture et l’alimentation changent également. En trouvant des approches scientifiques qui combinent des semences améliorées à haut rendement, la technique portant sur l’amélioration de la durabilité et l’adaptation des systèmes d’irrigation à petite échelle au changement climatique pour permettre aux agriculteurs tout s’imprégnant des stratégies d’adaptation des systèmes et infrastructures d’irrigation …

18 novembre 2017

Le Conseil Coton Anacarde participe à la 4ème édition du SARA 2017

18 Nov. (agrici.net) – La 4ème édition International de l’Agriculture et des Ressources Animales SARA 2017 a ouvert ses portes ce vendredi 17 novembre et ce, jusqu’au 19 novembre 2017 sur la route d’aéroport sis dans la commune de Port Bouet. La cérémonie officielle d’ouverture présidée par SEM Alassane Ouattara, Président de la république de la Côte d’Ivoire.

Le thème retenu pour cette édition est : ‘’Transformation structurelle de l’économie agricole face aux changements climatiques’’, qui s’inscrit aussi à la transformation des 100% de la production nationale de l’anacarde.
Comme aux dernières éditions du SARA , le conseil Coton Anacarde, a encore marqué sa participation à cette rencontre des opérateurs économiques de la filière anacarde par une mobilisation de son équipe de communication et de la promotion pour la tenue d’un stand d’une part, et d’autre part, de l’organisation des séances d’informations et de distributions de différents supports de communication sur les missions et activités du Conseil Coton Anacarde.

Ce département a été crée pour prendre le relais de l’Autorité de Régulation du Coton et de l’Anacarde (ARECA) dans la mise en place et le suivi d’un cadre réglementaire pour un environnement permettant une meilleure gouvernance des deux filières. Rappelons que le conseil Coton Anacarde a pour objectif général de suivre la mise en œuvre et de veiller au respect des principes et règles régissant les activités dans les filières Coton /Anacarde et aussi de gérer les informations économiques dans les filières Coton/Anacarde aux producteurs de ce produit en créant les conditions d’accessibilité à des équipements et technologies adéquates. Egalement le conseil Coton Anacarde assure le contrôle de la qualité et du poids de ces deux produits.

La Côte d’Ivoire est passée premier producteur mondial de l’anacarde avec plus de 700 000 tonnes en 2015. Quand sa capacité de transformation passe de 54 000 tonnes en 2012 à 100 900 tonnes en 2016. Par ailleurs, le conseil Coton Anacarde a profit du SARA 2017 pour inviter le public à la participation de la 3ème édition du salon international des équipements et des technologies de transformation de l’Anacarde (SIETTA) à Abidjan en Côte d’Ivoire.

M.T…

18 novembre 2017

SARA 2017/ Le conseil du café-cacao présente les vertus thérapeutiques du café et du Cacao ivoirien

18 Nov. (agrici.net) – Dans le but de faire la promotion du café et du chocolat de Côte d’Ivoire et montrer les vertus thérapeutiques du café, Le Conseil du Café-Cacao a participé à la 4ème édition  du Salon International de l’Agriculture et des Ressources Animales qui s’est tenue sur la route d’aéroport  du 17 au 26 novembre 2017.

Le  SARA a  pour  objectif général d’offrir à tous les acteurs une plateforme de rencontre et d’échange sur les problématiques du secteur agricole ivoirien, notamment la réaction face aux changements climatiques. Le Conseil du Café-Cacao pour faire de la communication institutionnelle et de la communication gourmande à travers des séances de dégustation de breuvages et de produits manufacturés à base de cacao et de café de Côte d’Ivoire à tous les visiteur de son stand et du SARA. Ainsi, pendant  ces 10  jours, du vendredi 17 au dimanche 26 novembre 2017, le public venu en grand nombre pourront  apprécier le bon goût du café et du chocolat de Côte d’Ivoire.

 Le conseil Café Cacao informe aussi  le grand public  sur les vertus  thérapeutiques du café  et du Cacao  sur les activités du Conseil du Café-Cacao Concernant les vertus thérapeutiques du Café ivoirien, il favorise l’éveil et la stimulation de la mémoire. Car selon les exposants du stand du conseil Café Cacao, le café ayant des valeurs nutritives, contient des glucides, de la protéine, du lipide et des antioxydants susceptibles de protéger le consommateur. Le café contient également des fibres, du magnésium et des vitamines dont la vitamine B.

Quand aux vertus thérapeutiques du Cacao (le Chocolat),  il contient des minéraux naturels et certaines vitamines (A,B, B12, E), des glucides, des lipides et des protéines végétales. Et plusieurs études ont démontrées que les aliments riches en flavonoïdes stimule le système cardiovasculaire et le système nerveux, lutte contre les ulcères de l’estomac, accroissement du taux du cholestérol et réduire le taux de mauvais cholestérol. Notons que la journée la première journée a été marquée par  la visite du Président de la République  son vice président Amadou Gon Coulibaly, le premier  Ministre, Monsieur Daniel Kablan DUNCAN, les membres du gouvernement et plusieurs ministres de l’Agriculture de 17 pays Africains.

Monique Tano

17 novembre 2017

Plusieurs ministres africains de l’Agriculture annoncés au SARA 2017

A la veille de l’ouverture officielle du 4ème Salon international de l’agriculture et des ressources animales d’Abidjan (SARA 2017), plusieurs ministres et hauts responsables africains de la grande famille agricole se bousculent dans la capitale économique ivoirienne.

Selon le Ministère de l’Agriculture et du Développement rural (MINADER), ces personnalités viennent notamment du Burkina Faso, du Bénin, du Ghana, du Sénégal, de la Guinée, du Mali, du Togo, du Libéria, du Niger et évidemment d’Afrique du Sud, le pays invité d’honneur.

Portant sur « Transformation structurelle de l’économie agricole face au changement climatique », avec comme slogan, « Le climat change, l’agriculture ivoirienne innove ! », le thème du SARA 2017 est à la fois vaste et spécifique.

Vaste parce que la transformation structurelle de l’économie agricole nécessite un changement de paradigme sur toute la chaîne des valeurs, de la fourche à la fourchette. Le thème est également spécifique car il a trait à un fléau très précis qui nuit fortement à la production agricole.

Cet événement qui se veut la vitrine agricole de l’Afrique de l’Ouest, se déroule du 17 au 26 novembre, sur le site du futur parc d’exposition d’Abidjan, situé près de l’aéroport international Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan, dans la commune de Port-Bouët (Sud).

L’objectif général du SARA 2017 est d’offrir à l’ensemble des acteurs du monde agricole et au grand public une plateforme de rencontres et d’échanges en vue de l’accroissement de l’investissement pour soutenir la croissance agricole face au changement climatique.

Pour cette édition du SARA, les rencontres d’affaires seront organisées comme une suite logique de la table ronde du PNIA II (Programme national d’investissement agricole).

Neuf pôles ont été identifiés à savoir « Régions et Districts (14 districts) », « Institutionnels et Sponsors », « International », « Produits », « Innovation », « Agrofournitures (intrants et petit matériel agricole) », « Nature, Vie, forêts et environnement », « Machinisme (exposition et concours) », » Elevage (concours des animaux, spectacles équins…) ».

En plus de ces pôles d’exposition, l’espace « SARA Market » sera aménagé pour permettre au grand public d’acheter des produits agricoles à prix étudiés et dans de bonnes conditions sanitaires. L’organisation pratique est dévolue à Voodoo Communication qui a choisi le modèle de l’autofinancement.

Le salon est ouvert à tous les acteurs des domaines de l’agriculture, des ressources animales et halieutiques, des eaux et forêts, de l’agro-industrie, de l’écotourisme et de l’environnement. Avec un ticket d’entrée de 1000 FCFA pour les adultes et 500 FCFA pour les enfants, le grand public y est invité pour (re)découvrir l’agriculture ivoirienne sous tous ses aspects, faire des achats, rencontrer les agriculteurs et les professionnels du secteur.

Après deux éditions, tenues successivement en 1997 et 1999, le Salon de l’Agriculture et des Ressources Animales (SARA) a connu une interruption de 16 ans avant de reprendre en 2015. Le SARA 2015a mobilisé 3 253 exposants et 212 697 visiteurs. Il a également enregistré la participation de 6 081 professionnels non exposants et d’officiels en provenance de 18 pays …

17 novembre 2017

La Côte d’Ivoire met en place un plan d’action pour soutenir le cacao et lutter contre la déforestation

(afrik) La Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de cacao, prévoit de légaliser l’agriculture sur près de 2 millions d’hectares de réserves protégées pour favoriser la production de ses exportations les plus importantes mais aussi de récupérer une partie des terres exploitées illégalement pour y replanter des arbres. Une décision vitale pour la préservation des forêts tropicales de la zone.

la Côte d’ivoire a l’un des taux de déforestation les plus élevés en Afrique, avec la disparition de près de 80 pour cent de ses forêts depuis les années 1970 rapporte Bloomberg. Cela est principalement dû à l’installation non autorisée des producteurs de cacao, mais aussi au commerce illégale du bois, de la production du caoutchouc et de l’exploitation minière à petite échelle.

Le ministre Alain Richard Donwahi a présenté cette semaine à des partenaires financiers et à des organisations non gouvernementales un plan pour stopper cette hémorragie et le porte-parole du gouvernement, Bruno Kone, a confirmé le contenu du rapport.

La Côte d’Ivoire a produit un record de 2 millions de tonnes de cacao au cours de la saison 2016-2017 et jusqu’à 40% de sa production de cacao pourrait provenir de parcs protégés et de parcs nationaux. le pays va donc légaliser l’agriculture dans les zones profondément détruites “pour poursuivre le développement socio-économique du pays”, explique le rapport. Environ un quart de la population ivoirienne vit en lien avec l’industrie du cacao qui représente 29% de la valeur des exportations totales du pays en 2015 précise Bloomberg.

La déforestation a été accélérée par le conflit de dix ans qui a obligé les gardes du parc à faire face à des rebelles ou à des ex-soldats qui ont saisi des zones protégées et commencé à distribuer des terres en échange de taxes illicites. Les zones forestières de la Côte d’Ivoire sont tombées à 3,4 millions d’hectares en 2015, contre 5,09 millions d’hectares en 2000, montre le rapport.

Si le Gouvernement envisage de légaliser la production dans certaines zones, le rapport prévoit aussi le départ immédiat des producteurs dans cinq zones protégées sur 114 000 hectares afin de procéder à la plantation d’arbres. Dans 31 autres forêts couvrant 427 000 hectares et détruites de 25 à 75 pour cent, le gouvernement devrait mettre en place un plan un retrait progressif de l’agriculture sur une période de 40 ans explique le rapport.

Le gouvernement déploiera 1 000 soldats dans la forêt de Gouin-Debe au cours des trois prochains mois pour commencer à désarmer les cultivateurs de cacao après des affrontements avec des résidents locaux, a déclaré le porte-parole Kone aux journalistes jeudi.…

17 novembre 2017

Côte d’Ivoire : l’exécutif expulsera les producteurs de cacao de la forêt classée de Goin-Débé

(Agence Ecofin) – Le gouvernement ivoirien lancera une opération d’expulsion des producteurs illégaux de cacao de la forêt classée de Goin-Débé (134 000 hectares), située dans la région de Cavally à l’Ouest du pays, rapporte Reuters. L’annonce a été faite hier par Bruno Koné (photo), porte-parole de l’exécutif ivoirien.

Cette manœuvre vise d’une part à mettre fin au conflit pour le contrôle des plantations opposant depuis un mois autochtones Guéré et allochtones Baoulé, et d’autre part à lutter contre le défrichement des surfaces boisées à des fins agricoles.

Dans le cadre de ladite opération, environ 1 000 personnels des forces de défense et de sécurité devraient être déployés pour une durée initiale de trois mois.

« Nous procèderons immédiatement à l’identification des occupants de la forêt Goin-Débé et mettront fin à leur présence. Il y aura une vaste opération de démobilisation et de sécurité dans la région.», explique le responsable.

Pour rappel, l’exécutif ivoirien ambitionne d’éliminer la culture cacaoyère dans les aires protégées, d’ici 5 ans.

Espoir Olodo…

17 novembre 2017

Discours d’ouverture du SARA 2017 du MINADER

 

CEREMONIE D’OUVERTURE
DE LA 4ème EDITION DU SARA,
7 AU 26 NOVEMBRE 2017 

 

 

 

DISCOURS DU MINISTRE DE L’AGRICULTURE
ET DU DEVELOPPEMENT RURAL

 

 

— vendredi 17 novembre 2017,
Parc des Expositions

 

Excellence Monsieur le Président de la République;

Excellence Monsieur le Vice-Président;

Monsieur le Ministre sud-africain de l’agriculture Représentant leVice-Président de la République de l’Afrique du Sud ;

Excellence Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale ; 

Excellence Monsieur le Premier Ministre ;

Mesdames et Messieurs les Ministres ;

Madame la commissaire de l’Union Africaine en charge de l’Agriculture ;

Mesdames et Messieurs les membres du Corps Diplomatique ;

Mesdames et Messieurs les élus ;

Mesdames et Messieurs les membres du Corps Préfectoral ;

Mesdames et Messieurs les Partenaires Techniques et Financiers ;

Mesdames et Messieurs les acteurs du secteur agricole ;

Distingués Chefs traditionnels ;

Chers braves producteurs ;

Mesdames et Messieurs de la presse ;

Honorables invités, Mesdames et Messieurs,

L’honneur me revient de prendre la parole, au nom de mes collègues en charge des ressources animales et halieutiques, des eaux et forêts et de l’environnement ainsi qu’à mon nom propre, pour souhaiter à chacune et à chacun de vous la bienvenue à la 4ème  édition du Salon International de l’Agriculture et des Ressources Animales d’Abidjan (SARA) dont le thème est : « Transformation structurelle de l’économie agricole face aux changements climatiques ».

Excellence Monsieur le Président de la République,

Toute la grande famille de l’agriculture de notre pays, et même au-delà, s’honore de votre constante sollicitude.

En effet, il y a à peine deux mois que vous présidiez en personne, ici à Abidjan, la 7ème édition du Forum pour la Révolution verte en Afrique, la première du genre en Afrique francophone.

Aujourd’hui, nous sommes à nouveau rassemblés autour de vous pour la cérémonie d’ouverture de la 4ème édition du SARA.

Voilà pourquoi, l’ensemble du secteur agricole m’a chargé d’une mission, que je trouve personnellement difficile, celle de trouver les mots qui conviennent pour vous traduire leur reconnaissance et leur infinie gratuite.

Plus que des mots, je crois qu’il n’y a pas meilleur témoignage de leur gratitude que leur extraordinaire mobilisation de ce matin et le “standing ovation” que je leur demande de vous réserver maintenant.

Mesdames et Messieurs,

Honorables invités,

C’est le lieu pour moi de saluer chaleureusement la présence parmi nous des 19 Ministres Africains en charge de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche qui ont effectué le déplacement d’Abidjan en provenance de 17 pays, pour répondre à notre invitation.

Monsieur le Ministre Sud-africain de l’agriculture et Cher Ami,

En choisissant votre pays comme pays à l’honneur de la présente édition du SARA, nous avons voulu faire bénéficier notre sous-région de l’expertise reconnue de l’Afrique du sud dans le domaine agricole et contribuer ainsi à l’amélioration du volume des échanges entre votre pays et notre espace communautaire.

C’est donc avec satisfaction que nous accueillons la grande mobilisation de votre pays à ce salon. Vous voudriez bien transmettre nos sincères remerciements aux autorités de votre …

17 novembre 2017

Abidjan : Ouverture du SARA 2017 sous fond d’hommage aux agriculteurs

17 Nov. (agrici.net) – Le Président Alassane Ouattara, a rendu un vibrant hommage aux agriculteurs ce vendredi, à Abidjan, à l’ouverture officielle du Salon international de l’Agriculture et des ressources animales (SARA 2017).
Pour le Président de la République, le SARA est « une occasion de rendre hommage à nos vaillants agriculteurs qui, par leur travail et leur abnégation, créent de la richesse et contribuent à l’amélioration des conditions de vie des populations vivant en Côte d’Ivoire et dans la Sous-région ».

Saluant la tenue de cette 4e édition placée sous le signe de la maturité, le chef de l’Etat ivoirien a indiqué que « le changement climatique est une réalité à laquelle il faudra s’adapter ».
Toutefois, Alassane Ouattara a réitéré la détermination de la Côte d’Ivoire à respecter ses engagements pris lors de la COP 21 à Paris, en 2015.

A l’en croire, si le SARA est « une source de fierté pour les Ivoiriens », il reste surtout un « instrument de coopération sud-sud mais également Nord-sud ».
Le ministre de l’agriculture et du développement rural a, quant à lui, souligné que le SARA 2017 se veut « plus attractif ».

« Notre but ultime est de stimuler une croissance soutenue de l’investissement privé agricole en Côte d’Ivoire et dans la sous-région », a ajouté Mamadou Sangafowa Coulibaly.
Selon lui, le SARA est un endroit « où l’on vient échanger des expériences, nouer de solides partenariats et établir de bonnes relations d’affaires ».

C’est également « un espace de découverte et de divertissement permettant de susciter des vocations d’agriculteurs notamment chez les jeunes », a-t-il ajouté.
Placée sous le signe de la maturité, l’édition 2017 se poursuivra jusqu’au 26 novembre 2017, au parc d’exposition situé sur la route de l’aéroport international Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan, dans la commune de Port-Bouët.
Comme l’édition précédente, elle rassemblera les grands acteurs nationaux, régionaux et internationaux du monde agricole, pendant onze (11) jours consécutifs.

Il bâtira sur la dynamique impulsée par l’édition de 2015 afin de s’assurer de la continuité de l’investissement dans le secteur agricole, mais cette fois-ci dans une approche d’adaptation au changement climatique et de mutation de l’environnement des affaires.

Le thème de cette année est : « La transformation structurelle de l’économie agricole face au changement climatique ». Un thème qui cadre parfaitement avec les engagements du gouvernement et en lien étroit avec les objectifs de la 2e génération du Programme national d’investissement agricole (PNIA 2).

Moïse Yao K.…

17 novembre 2017

SARA 2017 : La Côte d’Ivoire s’ouvre au monde agricole

17 Nov. (agrici.net) – La 4è édition du Salon international de l’agriculture et des ressources animales d’Abidjan (SARA) destinée à offrir une plateforme de rencontre et d’échange sur les opportunités d’investissement dans le secteur agricole ivoirien a été lancée, aujourd’hui. Cet événement qui se veut la vitrine du monde agricole de l’Afrique de l’Ouest, se déroule du 17 au 26 novembre, sur la route de l’aéroport international Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan, dans la commune de Port-Bouët.

L’objectif général du SARA 2017 est d’offrir à l’ensemble des acteurs du monde agricole et au grand public une plateforme de rencontres et d’échanges en vue de l’accroissement de l’investissement pour soutenir la croissance agricole face au changement climatique du monde et en Afrique. Elle s’est ouverte en présence du Président de la république de Côte d’Ivoire SEM. Alassane Ouattara accompagné par le vice président Daniel Kablan Duncan, le premier ministre Gon Coulibally, du ministre de l’Agriculture et du développement durable Mamadou Sangafowa Coulibaly et ses collègues des ressources animales et halieutiques Kobénan Kouassi Adjoumani et des eaux et forêts Richard Donwahi ainsi plusieurs ministres et hauts responsables africains de la grande famille agricole.

‘’Transformation structurelle de l’économie agricole face aux changements climatiques’’, tel est le thème de cette 4ème édition. Après avoir rappelé l’intérêt de cet événement important du monde agricole, le Chef d’Etat ivoirien a exprimé sa gratitude aux différents pays invités et aux différents ministères et organisateurs de ce salon. Pour Alassane Ouattara, le SARA est une source de fierté pour les ivoiriens. « Le Sara est une occasion de rendre hommage à nos parents agricoles. Aussi il est un instrument de coopération des pays africains. Pour un pays à vocation agricole, le SARA est une bonne occasion pour faire la promotion de ses produits. Le thème est également spécifique car il a trait à un fléau très précis qui nuit fortement à la production agricole », a-t-il ajouté satisfaction.

Se prononçant sur le thème, le président de la République a affirmé que ce salon est vaste parce que la transformation structurelle de l’économie agricole nécessite un changement de paradigme sur toute la chaîne des valeurs. « Je me félicite du thème qui interpelle tout le monde. Enfin la transformation locale est une priorité pour l’Etat ivoirien », a-t-il conclu. Ce Salon s’articule autour d’activités d’ordre promotionnel, scientifique, commercial et médiatique, utilisant à la fois les formats grand public et professionnel. Aussi les lauréats du 2ème prix agricole ont été récompensés au SARA 2017.

Quant à Mamadou Coulibaly Sangafowa, Ministre de l’Agriculture et du Développement rural (MINADER), ces personnalités viennent notamment du Burkina Faso, du Bénin, du Ghana, du Sénégal, de la Guinée, du Mali, du Togo, du Libéria, du Niger , du Congo, du Tchad, du Benin, du Swazaland et évidemment d’Afrique du Sud, le pays invité d’honneur du SARA 2017. Pour lui, ce salon concerne tous les acteurs de toutes tailles, locaux ou internationaux du secteur agricole et permettra aussi de présenter les opportunités d’investissement dans le secteur agricole et …

Newsletter Powered By : XYZScripts.com