All posts by: Sandrine Kouassi

About Sandrine Kouassi

23 mai 2017

Industrie des engrais/ Le Maroc fait la promotion de son savoir-faire à l’IFA 2017

23 Mai (lematin.ma) – La grand-messe des producteurs d’engrais dans le monde, qui a démarré hier à Marrakech (22-24 mai), accorde une place de choix à l’Afrique et à l’émergence d’une nouvelle industrie subsaharienne. Elle offre l’opportunité au Groupe OCP de présenter sa vision inhérente à l’industrie des engrais et à une utilisation raisonnée des fertilisants.

L’utilisation raisonnée et rationnelle des engrais pour la fertilisation des principales cultures constitue l’une des grandes priorités de la stratégie nationale de développement agricole «Plan Maroc Vert», a rappelé le ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Aziz Akhannouch. Dans une allocution lue en son nom à l’ouverture de ce conclave par Hammou Ouhelli, secrétaire d’État chargé du Développement rural et des eaux et forêts, il a souligné que son département avait lancé en 2010, en partenariat avec le Groupe OCP, la réalisation de la carte de fertilité des sols dans l’optique notamment d’évaluer la fertilité des sols en éléments nutritifs majeurs et de proposer des formules d’engrais adaptées aux sols et aux cultures.

L’utilisation des engrais au Maroc est «en pleine évolution depuis le lancement du Plan Maroc Vert», a-t-il assuré. En attestent les résultats du recensement agricole de 2016 selon lesquels le taux d’utilisation des engrais par les exploitants agricoles est passé de 51 à 68%, les plus forts taux ayant été enregistrés dans les cultures maraichères et arboricoles avec plus de 75%.

Le ministre a fait observer que le Maroc partage, depuis plusieurs années, son savoir-faire avec ses pairs africains et que des projets d’élaboration de cartes de fertilité des sols sont en cours de réalisation dans le cadre de partenariats avec 13 pays du continent.

Après avoir rappelé l’initiative de l’Adaptation de l’agriculture africaine (AAA), lancée par le Maroc en amont de la COP 22 et visant à réduire la vulnérabilité de l’Afrique et de son agriculture aux changements climatiques, Akhannouch a fait remarquer que l’une des solutions proposées par cette initiative porte justement sur l’utilisation raisonnée des engrais basée sur les analyses du sol et les exigences des cultures. Lire la suite sur Lematin.ma

23 mai 2017

Plantation Managing System, l’innovation technologique pour augmenter les rendements agricoles !

(Service de Communication AGRISOFT-CI) Agrisoft Côte d’Ivoire lance « Plantation Managing System », un logiciel de gestion des plantations spécialement conçu pour faciliter la prise de décisions des agro-industriels et augmenter leurs rendements.

agrisoftci_article (1)

Le parcellaire, les activités d’entretien, de fertilisation, la lutte contre les ravageurs, les données de récolte ou encore l’évolution climatique sont des informations clés pour assurer un rendement optimal d’une plantation. Ces données stratégiques étaient jusqu’ici collectées de façon aléatoire, peu organisées et surtout rarement mises à contribution pour le développement des exploitations agricoles.

Dans une économie de plus en plus concurrentielle, il est primordial de maîtriser l’historique de sa plantation pour en tirer le meilleur. La consolidation de cet historique est désormais possible avec Plantation Managing System (PMS).

PMS est un logiciel de gestion des plantations qui permet d’assurer une veille sur l’ensemble des informations techniques et climatiques des plantations. La solution développée par la PME ivoirienne AGRISOFT-CI est collaborative, elle est alimentée par les remontées des utilisateurs de la plantation. PMS assure la centralisation de ces données en un point de stockage unique et en facilite la consultation en temps réel sous forme de tableaux de bords.

En plus de l’historique, PMS est un générateur de budget de production. Les données de collecte sont saisies par bloc et par année de culture au jour le jour dans PMS, qui génère sur la base de ces informations un budget de production en quelques minutes.

Le comptage manuel, plutôt fastidieux et chronophage est devenu obsolète grâce au suivi quotidien et au module de gestion des mortalités.

Enfin, PMS est un outil pratique dans la lutte phytosanitaire contre les ravageurs et les maladies dévastatrices. L’application avertit du seuil de nuisibilité atteint et permet de réagir rapidement afin d’éviter des traitements de grande ampleur très souvent onéreux.

Déjà en exploitation dans des entreprises du secteur agro-industriel, PMS est un logiciel conçu avec l’aide d’experts agronomes et phytosanitaires qui sera bientôt équipé d’un module de gestion des pépinières.

Avec PMS, l’informatique innove pour se mettre au service des agro-industriels de Côte d’Ivoire.

 …

23 mai 2017

LE SWOLLEN SHOOT DÉCIME DES PLANTATIONS CACAOYÈRES DANS L’INDENIE-DJUABLIN ​: L’administrateur du Conseil de Café-Cacao touché​

23 Mai (agrici.net) – S’il y a bien une situation que les cacaoculteurs redoutent, c’est bien le « Swollen shoot » qui est si justement ou si sinistrement appelé le « SIDA » du cacao. Et cette hantise n’est plus qu’un simple cauchemar dans l’Indénié-Djuablin.

Dans les sous-préfectures d’Amélékia, de Niablé, dans le département d’Agnibilékro ou de Bettié, la maladie qui décime des centaines d’hectares de cacao constitue une psychose chez les planteurs qui ne savent plus à quel saint se vouer face à la maladie qui brûle totalement les cacaoyers et les assèche totalement.

Parmi les victimes se citent d’illustres planteurs comme l’administrateur du Café-Cacao Boa Bonzou. Ce dernier qui possède de plantations à Amélékia et Kouadiokro a vu ses 15 hectares de plantations de cacao créées en 1998 ravager par la terrible épidémie, causant une perte estimée à 20 tonnes de cacao. « C’est une situation extrêmement difficile que nous vivons depuis l’apparition du swollen shoot.

Aujourd’hui, je n’arrive plus à faire 02 tonnes dans cette zone ou je pouvais avoir facilement 20 tonnes par récolte sur les 15 hectares. Sur cette parcelle j’ai essayé la solution de faire l’arrachage des plants pour reconstituer le verger. Mais je n’y arrive pas parce que la maladie est aussi dans les plantations de mes voisins qui refusent de détruire leurs plants. Mes plants sont donc toujours menacés » s’est désolé Boa Bonzou.

Face à ceux qui préfèrent abandonner la cacaoculture pour se tourner vers d’autres cultures comme l’hévéaculture, l’administrateur a regretté cette voie qui selon lui est loin d’être la solution : « Changer de culture n’est pas la solution. Il faut plutôt accepter de faire l’arrachage des plants et reprendre le cacao sous l’ombrage des plants de cacaoyers ou encore se tourner vers la culture du café » propose-t-il. C’est pourquoi, avec d’autres producteurs, il suggère que l’ANADER sensibilise les planteurs touchés par la maladie à détruire leurs plantations, seule solution pour l’heure contre ce mal qui reste encore sans remède efficace.

K.A, Abengourou…

23 mai 2017

Après l’augmentation du prix du carburant: Les prix des denrées flambent sur les marchés

23 Mai (agrici.net) – Depuis le mardi 9 mai 2017, le prix du litre du carburant super est passé de 570 à 593 FCFA, sans communication officielle du gouvernement. Et coïncidence ou pas, depuis lors, les prix des denrées sur les marchés ont flambé.

Les ménages en Côte d’Ivoire déjà durement éprouvés par la pauvreté grandissante sont maintenant confrontés à l’augmentation des prix des denrées alimentaires sur les marchés. En effet depuis quelque temps, le prix de la bouteille d’un litre et demi d’huile de palme est passé de 1200 à 1500 ou 1700 francs CFA. Une augmentation qui varie de 300 à 500 francs CFA, selon les commerces.

Le riz, l’aliment le plus prisé des foyers, vient lui aussi de voir son prix prendre l’ascenseur. Le riz de marque ‘’rizière’’ qui coûtait pour le sac de 25 kg 19.000 est aujourd’hui vendu à 20.000 francs CFA.
Mais ce ne sont pas seulement ces denrées qui ont subi une hausse des prix, comme l’a reconnu dame Kouassi, tout est cher sur le marché.

« On ne peut plus acheter de tomates nature, sinon on vous vend 3 ou 4 tomates à 500 francs CFA. Le piment frais est aussi devenu inacessible. Quant à la viande, le prix est pour le moment à 1000 francs CFA le kilo, mais la quantité s’est considérablement réduite. On est donc obligé d’acheter plus de viande, si on veut que la famille mange de la viande. La banane plantain, l’aubergine, l’igname sont actuellement à des prix inacessible », souligne-t-elle. Lire la suite Abidjan.net

23 mai 2017

Plantation Managing System, l’innovation technologique pour augmenter les rendements agricoles !

(Service de Communication AGRISOFT-CI) Agrisoft Côte d’Ivoire lance « Plantation Managing System », un logiciel de gestion des plantations spécialement conçu pour faciliter la prise de décisions des agro-industriels et augmenter leurs rendements.

agrisoftci_article (1)

Le parcellaire, les activités d’entretien, de fertilisation, la lutte contre les ravageurs, les données de récolte ou encore l’évolution climatique sont des informations clés pour assurer un rendement optimal d’une plantation. Ces données stratégiques étaient jusqu’ici collectées de façon aléatoire, peu organisées et surtout rarement mises à contribution pour le développement des exploitations agricoles.

Dans une économie de plus en plus concurrentielle, il est primordial de maîtriser l’historique de sa plantation pour en tirer le meilleur. La consolidation de cet historique est désormais possible avec Plantation Managing System (PMS).

PMS est un logiciel de gestion des plantations qui permet d’assurer une veille sur l’ensemble des informations techniques et climatiques des plantations. La solution développée par la PME ivoirienne AGRISOFT-CI est collaborative, elle est alimentée par les remontées des utilisateurs de la plantation. PMS assure la centralisation de ces données en un point de stockage unique et en facilite la consultation en temps réel sous forme de tableaux de bords.

En plus de l’historique, PMS est un générateur de budget de production. Les données de collecte sont saisies par bloc et par année de culture au jour le jour dans PMS, qui génère sur la base de ces informations un budget de production en quelques minutes.

Le comptage manuel, plutôt fastidieux et chronophage est devenu obsolète grâce au suivi quotidien et au module de gestion des mortalités.

Enfin, PMS est un outil pratique dans la lutte phytosanitaire contre les ravageurs et les maladies dévastatrices. L’application avertit du seuil de nuisibilité atteint et permet de réagir rapidement afin d’éviter des traitements de grande ampleur très souvent onéreux.

Déjà en exploitation dans des entreprises du secteur agro-industriel, PMS est un logiciel conçu avec l’aide d’experts agronomes et phytosanitaires qui sera bientôt équipé d’un module de gestion des pépinières.

Avec PMS, l’informatique innove pour se mettre au service des agro-industriels de Côte d’Ivoire.

 …

23 mai 2017

Renforcement de la coopération agricole : le ministre Sangafowa COULIBALY à la conquête de l’expérience sud africaine

23 Mai (Agrici.net) – Le Ministre Ivoirien de l’Agriculture et du développement rural a, en sa qualité de Président en exercice de la conférence des Ministres Région Afrique pour la FAO, a séjourné en Afrique du Sud du 15 au 20/05/17.

Plusieurs temps forts ont marqué cette visite dans le pays de Nelson Mandela. Lors de sa visite, le ministre Mamadou Sangafowa COULIBALY a, eu une séance de travail avec le Directeur Exécutif du NEPAD, SEM Ibrahim Assane MAYAKI. Les deux personnalités ont passé en revue les défis de l’Agriculture en Afrique et abordé quelques perspectives pour rehausser ce secteur moteur de l’économie de bien de pays africains. Il en ressort de cet entretien, que le NEPAD mettra à disposition du Ministre Ivoirien de l’agriculture un document de plaidoyer auprès des chefs d’Etat Africains pour des financements publics plus conséquente dans le secteur agricole.
Ensuite, il intégrera et apportera son appui technique et financier à l’initiative pour l’Adaptation de l’Agriculture Africaine (AAA) aux changements climatiques.
par ailleurs, M. Ibrahim Assane MAYAKI a engagé son institution à apporter à la Côte d’Ivoire, une assistance technique dans formulation et la mobilisation des ressources du PNIA deuxième génération dont la table ronde est prévue en marge du SARA.
En plus, le NEPAD a accepté de faire partie du partenariat qui lie la Côte d’Ivoire au chocolatier Mars pour la conception et la création de l’académie mondiale du chocolat à Abidjan, projet cher au Ministre SANGAFOWA.
Outre les questions liées au suivi des décisions de la 29ème conférence de la FAO, le Ministre SANGAFOWA-COULIBALY a mis son séjour à profit pour définir avec son homologue Sud Africain les moyens de renforcer la coopération entre les deux pays dans le domaine agricole. En effet, les deux hommes se sont accordés sur le fait que l’Afrique du Sud, puissance agricole africaine et la Côte d’Ivoire, puissance agricole ouest-africaine, se donnent la main pour rehausser le potentiel du secteur agricole et, à terme de parvenir à l’autonomisation du continent et à une meilleure redistribution de la richesse à travers la chaîne de valeur. Pour le matérialiser, un accord de coopération agricole renforcé sera signé entre les deux pays en marge du SARA dont l’Afrique du Sud est le pays à l’honneur.

Ainsi, au terme de plusieurs audiences, séances de travail et conférences avec le Ministère Sud Africain de l’Agriculture, le NEPAD et le secteur Privé,  quatre entreprises Sud Africaines œuvrant dans le domaine de l’agro-industrie bénéficieront de l’appui du Ministère Ivoirien de l’agriculture pour investir dans la production et la transformation du manioc, de la noix de cajou, des fruits et légumes, des maraîchers et de la mangue. Ce sont au total des milliers d’hectares et une dizaine d’unités de transformation primaire pour un investissement privé total de près 200 Milliards de FCFA qui permettront une production additionnelle de 1000000 de tonnes et la création de 10000 emplois directs, dès cette année et jusqu’à fin 2019. En plus, plus d’une trentaine d’entreprises ont manifesté leur intérêt à …

22 mai 2017

Plantation Managing System, l’innovation technologique pour augmenter les rendements agricoles !

(Service de Communication AGRISOFT-CI) Agrisoft Côte d’Ivoire lance « Plantation Managing System », un logiciel de gestion des plantations spécialement conçu pour faciliter la prise de décisions des agro-industriels et augmenter leurs rendements.

agrisoftci_article (1)

Le parcellaire, les activités d’entretien, de fertilisation, la lutte contre les ravageurs, les données de récolte ou encore l’évolution climatique sont des informations clés pour assurer un rendement optimal d’une plantation. Ces données stratégiques étaient jusqu’ici collectées de façon aléatoire, peu organisées et surtout rarement mises à contribution pour le développement des exploitations agricoles.

Dans une économie de plus en plus concurrentielle, il est primordial de maîtriser l’historique de sa plantation pour en tirer le meilleur. La consolidation de cet historique est désormais possible avec Plantation Managing System (PMS).

PMS est un logiciel de gestion des plantations qui permet d’assurer une veille sur l’ensemble des informations techniques et climatiques des plantations. La solution développée par la PME ivoirienne AGRISOFT-CI est collaborative, elle est alimentée par les remontées des utilisateurs de la plantation. PMS assure la centralisation de ces données en un point de stockage unique et en facilite la consultation en temps réel sous forme de tableaux de bords.

En plus de l’historique, PMS est un générateur de budget de production. Les données de collecte sont saisies par bloc et par année de culture au jour le jour dans PMS, qui génère sur la base de ces informations un budget de production en quelques minutes.

Le comptage manuel, plutôt fastidieux et chronophage est devenu obsolète grâce au suivi quotidien et au module de gestion des mortalités.

Enfin, PMS est un outil pratique dans la lutte phytosanitaire contre les ravageurs et les maladies dévastatrices. L’application avertit du seuil de nuisibilité atteint et permet de réagir rapidement afin d’éviter des traitements de grande ampleur très souvent onéreux.

Déjà en exploitation dans des entreprises du secteur agro-industriel, PMS est un logiciel conçu avec l’aide d’experts agronomes et phytosanitaires qui sera bientôt équipé d’un module de gestion des pépinières.

Avec PMS, l’informatique innove pour se mettre au service des agro-industriels de Côte d’Ivoire.

 …

22 mai 2017

Les acteurs de la filière élevage sensibilisés aux bonnes approches nutritionnelles et sanitaires

Agnibilékrou, 22 Mai (Agrici.net) – Un atelier de sensibilisation a été organisé jeudi, par Maridav-CI, une entreprise intervenant dans la promotion de produits bio dépourvus de toutes substances chimiques en vue d’instruire les acteurs de la filière élevage sur les meilleures méthodes nutritionnelles et sanitaires de leurs bêtes lors d’un séminaire organisé sur les pathologies des porcs et volailles.

Ce séminaire portant sur le thème « Approches préventives pour la gestion des pathologies immunodépressives, respiratoires et digestives en élevage de volailles et de porcs » s’est tenu à la préfecture d’Agnibilékrou (Est, région Indenié-Djuablin).

Selon le responsable commercial à Maridav- ci, Narcisse N’guessan, l’objectif de ce séminaire est d’aider les acteurs de la filière élevage à optimiser leurs chiffres d’affaires par l’appropriation des meilleures méthodes de prévention des maladies les plus fréquentes dans leur système de production à savoir les pathologies digestives et respiratoires qui affaiblissent le système de défense immunitaire des animaux.

Dans son exposé, il a appelé les acteurs de la filière élevage à employer les méthodes saines de nutrition et de soins en lieu et place de l’utilisation abusive des médicaments et des antibiotiques sur leurs bêtes.

Ce séminaire a réuni les éleveurs, les vétérinaires, les techniciens en élevage, les producteurs d’aliments ainsi que les distributeurs d’intrants agricoles étaient présents. Pour eux, la nutrition et la santé des bêtes sont déterminants dans le succès de l’activité d’élevage de volailles et de porcs.…

19 mai 2017

Plantation Managing System, l’innovation technologique pour augmenter les rendements agricoles !

(Service de Communication AGRISOFT-CI) Agrisoft Côte d’Ivoire lance « Plantation Managing System », un logiciel de gestion des plantations spécialement conçu pour faciliter la prise de décisions des agro-industriels et augmenter leurs rendements.

agrisoftci_article (1)

Le parcellaire, les activités d’entretien, de fertilisation, la lutte contre les ravageurs, les données de récolte ou encore l’évolution climatique sont des informations clés pour assurer un rendement optimal d’une plantation. Ces données stratégiques étaient jusqu’ici collectées de façon aléatoire, peu organisées et surtout rarement mises à contribution pour le développement des exploitations agricoles.

Dans une économie de plus en plus concurrentielle, il est primordial de maîtriser l’historique de sa plantation pour en tirer le meilleur. La consolidation de cet historique est désormais possible avec Plantation Managing System (PMS).

PMS est un logiciel de gestion des plantations qui permet d’assurer une veille sur l’ensemble des informations techniques et climatiques des plantations. La solution développée par la PME ivoirienne AGRISOFT-CI est collaborative, elle est alimentée par les remontées des utilisateurs de la plantation. PMS assure la centralisation de ces données en un point de stockage unique et en facilite la consultation en temps réel sous forme de tableaux de bords.

En plus de l’historique, PMS est un générateur de budget de production. Les données de collecte sont saisies par bloc et par année de culture au jour le jour dans PMS, qui génère sur la base de ces informations un budget de production en quelques minutes.

Le comptage manuel, plutôt fastidieux et chronophage est devenu obsolète grâce au suivi quotidien et au module de gestion des mortalités.

Enfin, PMS est un outil pratique dans la lutte phytosanitaire contre les ravageurs et les maladies dévastatrices. L’application avertit du seuil de nuisibilité atteint et permet de réagir rapidement afin d’éviter des traitements de grande ampleur très souvent onéreux.

Déjà en exploitation dans des entreprises du secteur agro-industriel, PMS est un logiciel conçu avec l’aide d’experts agronomes et phytosanitaires qui sera bientôt équipé d’un module de gestion des pépinières.

Avec PMS, l’informatique innove pour se mettre au service des agro-industriels de Côte d’Ivoire.

 …

19 mai 2017

Gagnoa/ Le DG Anader salue l’avancement des travaux du projet intégré FAO à « Lanane »

Gagnoa, 19 Mai (Agrici.net) – Dr Sidiki Cissé, Directeur général de l’Agence nationale d’appui au développement rural (Anader),  a salué le travail effectué par ses collaborateurs sur le projet intégré en riziculture, pisciculture et maraichers, sur le périmètre « Lanane » à cinq kilomètres de Gagnoa, exécuté conjointement par l’Anader et le Fonds des Nations Unies pour l’Alimentation (FAO).

Mercredi, Dr Sidiki Cissé s’est réjouit de l’avancée des travaux  de réhabilitation du site rizicole de 13 ha, prenant en compte 33 bénéficiaires, la construction des quatre étangs piscicoles d’une superficie globale de 2200 m² pour 10 personnes, ainsi que la mise en place d’un hectare de maraîchers, avec 11 producteurs encadrés, soient menés dans le délai des 90 jours, à compter du 24 mars, date officielle à laquelle le projet a débuté.

Ce sont 54 bénéficiaires dans ce projet dit TCP/IVC-3502, financé par la FAO et exécuté par l’Anader, avec pour objectif, d’aider à la réduction de la pauvreté, a expliqué Dr Sidiki Cissé, venu à Gagnoa, signé une convention, avec le Conseil régional du Gôh, pour la mise en place d’un Plan Stratégique de Développement, au bénéfice de la région.

L’Anader conduit tous les travaux qui se déroulent sur le site, aussi bien la réhabilitation, la construction des étangs, les conseils agricoles, l’encadrement des producteurs sur les différents sites, a précisé Sedoué Matthieu, chef de zone Anader Gagnoa.

Au bout d’un encadrement de 18 mois maximum, les producteurs qui ont été également formés à l’entretien des ouvrages et à la gestion d’une coopérative, de sorte à pérenniser les activités, devraient être en mesure de « s’assumer » tout seul, a-t-il dit, précisant qu’actuellement, ils apprennent à faire des travaux de « génie rural », qui ne sont pas très « complexe » ici, vu qu’il s’agit d’anciens sites aménagés, apprend-on.

Après la réception officielle, les bénéficiaires ne seront pas abandonnés, mais auront droit à un suivi « sporadique », comme cela se fait dans le cadre des activités de l’Anader avec le domaine public, note-on.…

Newsletter Powered By : XYZScripts.com