Le Conseil du Coton et de l’Anacarde offre des kits de réhabilitation des plantations denses d’anacardiers à l’ANADER

11 juillet 2018

Songon, 10 juil (AIP)- Le Conseil du Coton et de l’Anacarde a procédé mardi à la remise de kits de réhabilitation des plantations denses d’anacardiers des braves exploitants agricoles à l’Agence nationale d’Appui au Developpement rural (ANADER) en vue d’améliorer le rendement des vergers, lors d’une cérémonie organisée à Abidjan.

Ces kits de réhabilitation des vergers denses sont composés de tronçonneuses, de sécateurs à deux mains, de pulvérisateur, de décamètre, de limes, de machettes, de masques, de gants en caoutchouc, de gants pour le tronçonnage, de bottes et des ensemble de travail bleu.

Le directeur général du Conseil du Coton et de l’Anacarde, Dr Adama Coulibaly espère que cette mise à disposition du matériel de réhabilitation des vergers denses d’anacardiers va contribuer à la réduction de la penebilité du travail des exploitants agricoles.

« Le Conseil du Coton et de l’Anacarde, avec l’appui technique et financier du projet d’appui au secteur agricole (PSAC), financé par la Banque mondiale, a acquis ce matériel pour rendre opérationnel les démonstrations dans les champs écoles du conseil agricole dédié dans l’ensemble des zones de production », a expliqué le directeur général du CCA, Dr Adama Coulibaly.

Le représentant du projet d’appui au secteur agricole en Côte d’Ivoire (PSAC), Felix N’Goran Yao, pour sa part, espère que ces équipements répondent au besoin des utilisateurs qui devront en prendre soin tout en souhaitant que ces kits de réhabilitation soient utilisés pour l’atteinte des objectifs dudit projet.

Quant au directeur général de l’Agence nationale d’appui au developpement rural (ANADER), Sidiki Cissé, il a remercié le Conseil du Coton et de l’Anacarde pour ce don tout en promettant d’en faire bon usage pour le développement de la filière anacarde.

Il a salué l’avènement du projet du Conseil agricole dédié aux producteurs d’anacarde, qui est à sa quatrième année de mise en oeuvre avec plus de 350 000 producteurs de noix de cajou formés aux bonnes pratiques agricoles à travers les champs écoles paysans, les parcelles de démonstration, les formations villages et les radios de proximité.

Les premières plantations d’anacardiers de la Côte d’Ivoire ont été créés dans les années 1959-1960 dans le double but de protéger les écosystèmes gravement affectés par la déforestation et de lutter contre les formes d’érosion, a t on appris.

(AIP)

tg/tm

Comments

comments

Translate »
Newsletter Powered By : XYZScripts.com