Lutte contre le chomage des jeunes : Le Roppa et le Cncr proposent le développement des activités agro-sylvo-pastorales

14 mai 2018

Le réseau des organisations paysannes et des producteurs agricoles d’Afrique de l’Ouest (Roppa) et le Conseil national de Concertation et de coopération des ruraux du Sénégal (Cncr) recommandent le développement de l’agriculture et des activités sylvo-pastorales pour améliorer l’accès à l’emploi des jeunes.

La précarité de la condition de vie des jeunes de la sous-région inquiète fortement le réseau des organisations paysannes et des producteurs agricoles d’Afrique de l’Ouest (Roppa). Pour trouver une solution à ce lancinant problème, le Roppa, en collaboration avec le Conseil national de concertation et de coopération des ruraux (Cncr), a tenu, du 08 au 10 mai, à Dakar, un atelier régional pour capitaliser des initiatives de création d’emplois pour les jeunes de l’Afrique de l’ouest, dans le domaine de l’agriculture. Compte tenu des enjeux, ces structures de développement agricole exhortent les pays de la sous-région à favoriser l’émergence de l’agriculture, des activités sylvo-pastorales et halieutiques.

La rencontre de Dakar, qui a réuni plusieurs pays de la Cedeao et l’ensemble des acteurs du secteur, a permis de réfléchir sur la contribution à la transformation de l’agriculture Ouest africaine par l’identification de réponses paysannes pertinentes concernant le problème de l’emploi des jeunes ruraux, en particulier dans les métiers du secteur agro-sylvopastoral et halieutique.

Le président du Cncr, Nadjirou Sall, a indiqué que la rencontre a permis de partager les expériences dans différents pays et aussi d’accompagner ces différentes initiatives et de les exposer dans les Etats qui ont la charge politique de soutenir ces activités. «La question de l’employabilité des jeunes se pose d’une manière générale dans tous nos pays. Le plus déterminant, ce n’est pas le constat, mais ce qu’on doit faire pour arriver à une solution. On va valider des expériences actées dans des familles rurales dans le cadre global des activités agro-sylvo-pastorales pour aider à agir sur la question du chômage», a-t-il expliqué. Pour ce dernier, le développement de l’agriculture est une extrême urgence au Sénégal, si l’on sait le poids de cette activité dans l’économie. «L’agriculture c’est le moteur du développement au Sénégal. Par rapport au cas de notre pays, si l’agriculture se développe, le Sénégal va se développer… », a-t-il souligné. A son avis, si l’on peut faire en sorte que tous les emplois agricoles dans le milieu rural soient des emplois décents, ce serait une énorme possibilité de résorption du chômage des jeunes. Pour le Roppa, la viabilité, dans la durée, des exploitations familiales nourricières et pourvoyeuses d’emplois, dépend d’une part, de l’attractivité qu’elles auront pour les jeunes et les femmes et d’autre part, de l’intérêt que leur accordent les Etats et de la pertinence de leurs actions pour l’emploi durable des jeunes. Cette structure ouest africaine ambitionne ainsi d’arriver à ce changement structurel à travers sa stratégie régionale d’installation des jeunes dans les métiers de l’agriculture.

Oumar KANDE

Comments

comments

Translate »
Newsletter Powered By : XYZScripts.com