Bondoukou : réunion de crise sur la fuite de l’anacarde, le préfet passe à l’offensive

10 avril 2018

La fuite de l’anacarde vers la Ghana a terni l’image des autorités militaires et administratives et l’image de la région du Gontougo au plan national.” Le Gontougo est considéré comme une zone de trafic illicite” a précisé le préfet par intérim M Sylla Moustapha très amer au cours d’une réunion qu’il a convoqué d’urgence

sur la fuite de l’anacarde vers le Ghana ce lundi 9 avril 2018 à la salle de réunion de la préfecture. Les responsables des différents corps des forces de l’ordre, les opérateurs du secteur de l’anacarde y étaient conviés. Pour le représentant de l’autorité de l’Etat dans le département « l’heure est grave. La situation est préoccupante », dit-il d’entrée car pour ce qui est du trafic de l’anacarde « tout le monde en parle et cela continue », déclare-t-il. Les acheteurs agrées ne savent plus que faire. Les trafiquants sont dénoncés à l’avance souvent deux jours avant que le produit ne sorte. Le cas le plus flagrant est l’opération qui s’est déroulée dans la nuit du dimanche 8 avril. Ou depuis le 6 avril, les informateurs avaient prévenue l’administration. Le préfet a informé tous les chefs de corps de l’itinéraire que les trafiquants prendraient. Malgré tout cela les trafiquants sont passés et par le même axe. Kouamé Soualio Ouattara se demande « y a-t-il un état ? C’est décevant de constater que rien n’est fait », s’indigne-t-il. Le préfet a directement interpellé les forces de l’ordre de « je demande aux responsables des forces de l’ordre d’etre vigilant et de faire correctement leur travail », déclare t’il. Un acheteur de la ville M. Ayé qualifie cette situation de tragédie « c’est une tragédie. Cela fait mal de voir cet incivisme fiscal. Des ivoiriens qui prennent le produit ici pour créer des richesses ailleurs et aussi y créer des emplois », se plaint- il. Face à cette situation le préfet se dit meurtri « face à la situation d’hier, jusqu’ à cette heure mon cœur saigne. On a tous été informé tous les corps des forces de l’ordre ont été informé à temps. Je ne souhaite pas la mort de quelqu’un mais qu’on me dise qu’ils ont prit le dessus sur nos force, je peux comprendre. Mais on me dit qu’ils ont forcé le passage avec la présence de la police, gendarmerie et FACI. Je demande aux responsables des forces de l’ordre de prendre leur responsabilités pour ne plus qu’un véhicule passe par l’axe Tissié ou Tomogossié. », Soutient ‘il. Puis à l’endroit des forces de l’ordre « personne n’est à l’abri de quoique se soit », indique t’il. Avec l’efficacité du chef des douanes de Gouméré, il n’y a plus de fuite du coté de Gouméré et Tanda. La seule voie de sortie est Bondoukou. Pour endiguer ce phénomènes le préfet intérimaire a prit des mesures drastiques : la fermeture immédiates de tous les magasins dans les localités jouxtant la frontière. Tout véhicule chargé qui prendrait la direction de la frontière sera arraisonné. Interdiction totale pour les camions de circuler la nuit à partir de 19H jusqu’ au lever du jour. Les corps habillés ont chargé d’approcher les responsables des camions stationnés après plus de 48 heures. », Informe t’il. Le sous préfet de Bondoukou, M Seka Fidel informe l’assistance que moins de 30% des camions qui chargent ici à Bondoukou arrivent effectivement au port d’Abidjan.

KANIGUI Bilguisse

Comments

comments

Translate »
Newsletter Powered By : XYZScripts.com