Lutte contre la maladie du Swollen shoot : 50 000 Fcfa versés aux producteurs pour chaque hectare de cacao arraché

5 février 2018

5 Fév. (Linfodrome.com)  –  Le directeur général (Dg) de l’Agence nationale d’appui au développement rural (Anader), Dr Sidiki Cissé, était face à la presse le jeudi 1er février 2018, dans le cadre d’un déjeuner de presse à Cocody.

A cette occasion, et autour du thème « Enjeux et défis de l’agriculture ivoirienne : quelle contribution de l’Anader », il a présenté les programmes de sa structure qui seront mis en œuvre au titre de l’année 2018. « L’Anader poursuivra, en les renforçant, ses actions en vue d’accroître sa contribution dans le secteur agricole et de renforcer davantage sa position de leader du conseil agricole en Côte d’Ivoire. En particulier pour la filière cacao, elle est chargée de mettre en œuvre un programme d’arrachage de 100 000 hectares (ha) de verger infecté par la maladie du swollen shoot sur une période de 3 ans à partir de 2018 », a informé Dr Sidiki Cissé, faisant remarquer que l’Anader a été la structure qui a vu les premiers cas de la maladie du swollen shoot sur le terrain.

« Nous avons informé le Centre national de recherche agronomique de Côte d’Ivoire (Cnra), qui a saisi les autorités compétentes pour la prise de dispositions afin d’y faire face. Il a fallu une réponse, en terme de plants de substitution, avant d’arracher les plants infectés, pour assurer un minimum de replantation et continuer ainsi à avoir la production de cacao », a informé le Dg de l’Anader. Répondant à la préoccupation des journalistes relativement au dédommagement des producteurs impactés par la maladie du swollen shoot, Dr Sidiki Cissé a été catégorique. Il a indiqué que dans ce cas de figure, on ne parle pas de dédommagement.

« Le Conseil du café-cacao, avec la situation qui prévaut, dit : ‘’j’accompagne les producteurs avec 50 000 Fcfa à l’hectare’’. C’est ce qui est en notre possibilité aujourd’hui », a mentionné le Dg de l’Anader. Il a rassuré, par ailleurs, que l’arrachage de verger infecté n’aura pas d’incidence sur la production de cacao, et ce d’autant plus que, dira-t-il, « la Côte d’Ivoire dispose à elle seule de près de 600 000 à 700 000 ha de verger ». Dans le cadre de l’arrachage de verger infecté, Dr Sidiki Cissé a informé que l’opération a débuté depuis le 22 janvier 2018, avec 22 000 hectares déjà arrachés. Il a ajouté que si au terme de cette opération, qui consiste à atteindre au total 100 000 ha, on se rend compte que la maladie n’est pas freinée, « certainement que les autorités vont aviser pour qu’on puisse maîtriser la maladie ».

Puis d’insister que toutes les 48 zones de production du cacao sont touchées. Dans la perspective de l’amélioration de sa performance, l’Anader s’est fixé trois priorités majeures à court terme qui ont été dévoilées par le Dg. Il s’agit, pour cette agence, de développer son propre système de recherche-développement et contribuer à la mise en place d’une plateforme nationale de Rechercher-développement (Rd), en vue de satisfaire la demande en technologies des acteurs du secteur agricole ; renforcer sa contribution en matière de lutte contre les changements climatiques à travers la diffusion à large échelle de pratiques agricoles préservant l’environnement et/ou permettant une meilleure adaptation des systèmes de production agricoles aux effets des changements climatiques et renforcer son système de vulgarisation agricole par voie électronique (e-vulgarisation) en vue d’assurer l’accès d’un plus grand nombre d’acteurs des filières agricoles aux informations techniques, technologiques et économiques.

L’Anader, faut-il le noter, est une société créée par l’Etat de Côte d’Ivoire en 1993 avec pour objet de fournir des services de conseil agricole aux acteurs des filières agro-sylvo-pastorales. Elle assure depuis 2010 la mise en œuvre des Programmes d’appui à la sécurité alimentaire (Pasa) initiés dans le cadre du Pnia 1.

Comments

comments

Translate »
Newsletter Powered By : XYZScripts.com