MAROC-UA : QUEL BILAN APRÈS UN AN DE RETROUVAILLES ?

1 février 2018

01 Fev. (Leseco.ma) – La gestion de la politique migratoire africaine et l’élection du Maroc au Conseil de paix et de sécurité de l’UA sont les principaux acquis de la diplomatie marocaine depuis le retour du royaume dans l’instance continentale.

Lentement, mais sûrement. Un an après son retour à l’Union africaine, le Maroc commence à tisser sa toile au sein de l’instance panafricaine. Son élection en tant que membre pour deux ans, du Conseil de paix et sécurité de l’Union africaine, à l’occasion du 30e sommet de l’organisation continentale, est pour le royaume, la meilleure façon de célébrer le premier anniversaire de ses retrouvailles avec la famille africaine. Seul candidat de l’Afrique du Nord, le Maroc a été élu par 39 voix. Pour le chef de la diplomatie marocaine, Nasser Bourita, l’arrivée du royaume dans ce conseil composé de 15 pays, permettra à Rabat de partager son expérience dans le domaine du maintien de la paix, mais pas que : «Être présent dans cet organe permettrait de faire obstacle à toutes les manipulations et de contrer toutes les stratégies qui visaient pendant toutes ces années à manipuler cet organe et à l’instrumentaliser par rapport à des agendas bien connus de certaines parties», notifie Bourita. Cet organe, intimement lié à la Commission de paix et de sécurité dirigée par l’Algérie, en la personne de Smaïl Chergui, est considéré par Rabat comme un véritable instrument contre ses intérêts. Il reste à savoir comment le Maroc compte s’y imposer tout en militant pour une meilleure affirmation de cette instance qui peine encore à placer l’UA en première ligne sur les principaux dossiers de sécurité sur le continent.

Agenda africain
Depuis son retour à l’UA, le royaume s’est mis au diapason des grands enjeux continentaux. Presque chaque mois, des officiels marocains ont eu à participer à des rencontres organisées sous l’égide de l’UA. Qu’il s’agisse des négociations sur la Zone de libre-échange continentale (ZLEC), du développement de l’agriculture africaine, de la justice ou de l’environnement, les responsables marocains apprennent à se familiariser avec les grands dossiers de l’Union africaine. D’ailleurs, le royaume, qui est chargé de coordonner les positions africaines sur les questions migratoires, a organisé en début janvier à Rabat, une rencontre ministérielle sur la politique migratoire. En même temps, le royaume se met à jour vis-à-vis de l’arsenal juridique de l’UA. Plusieurs textes de l’instance continentale ont ainsi été ratifiés et publiés au Bulletin officiel. La nomination de Mohcine Jazouli à la tête du nouveau poste de ministre délégué en charge de la Coopération africaine permettra, à présent, de donner une nouvelle impulsion à la politique continentale du Maroc.

Comments

comments

Translate »
Newsletter Powered By : XYZScripts.com