Le Conseil du Coton et de l’Anacarde sensibilise les acteurs de la filière sur la préservation et l’amélioration de la qualité des noix de cajou

31 janvier 2018

Caravane-cca

31 Jan. (agrici.net) – Pour entamer la campagne 2018 de commercialisation de la noix de cajou, le CCA a lancé une tournée du 23 au 27 Janvier 2018 dans le bassin anacardier pour sensibiliser, informer et impliquer les acteurs de la filière dans la gestion de la qualité de la noix de cajou.

La Cote d’Ivoire étant la première productrice mondiale de l’anacarde, avec une production de noix de cajou qui s’est élevée à 673 238 tonnes en 2017, soit une hausse de 3,6% par rapport à 2016, elle se doit de produire des noix non seulement en quantité mais en qualité.

En effet, la ‘’qualité’’des produits agricoles, en particulier l’anacarde est liée directement à la conséquence des opérations de production, de récolte et de traitement post-récolte mais aussi à la manipulation de la production au niveau du circuit de commercialisation.

Le mardi 24 Janvier à Mankono, le représentant du DG du Conseil du Coton et de l’Anacarde, M. N’Dri Philippe au début de son allocution a tout d’abord félicité les producteurs de la région du Béré d’être la première région productrice de noix de cajou en Cote d’Ivoire avec une production de 114 772 tonnes.  Ensuite, a-t-il affirmé : « Cependant, la qualité de cette production doit être améliorée, pour permettre à l’ensemble des acteurs de la chaine de valeur de bénéficier pleinement des fruits de leurs efforts et d’améliorer durablement la compétitivité de la filière ivoirienne de cajou. ». «  A quelques jours de l’ouverture de la campagne 2018, la présente cérémonie de sensibilisation est la concrétisation de la volonté du Conseil du Coton et de l’Anacarde à accompagner tous les acteurs à travers cette plateforme, dans la démarche qualité, gage d’une meilleure profitabilité de la filière, car comme on le dit la qualité a certes un cout mais elle a aussi un prix sur le marché international. » a-t-il souligné.

Notons qu’un message en Français et en malinké a été délivré dans chacune des localités visitées soient Bondoukou, Bouna, Ferkéssédougou, Boundiali, Mankono et Katiola pour conseiller et recommander chacun des acteurs pour une meilleure qualité de la noix de cajou.

Bon à savoir : Le facteur qualité de la noix de cajou porte sur le grenage, le taux de défaut, le taux d’humidité et le taux de rendement en amande (KOR).

 

Comments

comments

Newsletter Powered By : XYZScripts.com