Bondoukou : vers une industrialisation de la pomme de l’anacarde

22 janvier 2018

C’est sans doute pour apporter une plus value aux paysans qu’ un cadre de la région du zanzan en la personne de Ouattara Daouda avec l’aide d’un coopérant en la personne de M Yannick Ducrot et soutenus par le député de la circonscription électorale de Sorobango et Tagadi l’honorable Kouassi Koffi Kra Paulin, ont sillonné les localités de Sorobango, Tambi et Nambéni ce mardi 16 janvier pour rencontrer les autorités administratives et coutumières ainsi que les producteurs de l’ anacarde. La région du Gontougo est la zone de production de la meilleure qualité de la noix de cajou en Cote d’Ivoire.

Avec un plus de 700.000 tonnes, la Cote d’Ivoire est le premier pays producteur d’anacarde au monde. Pour Ouattara Daouda, cadre de la région, les producteurs ne bénéficient pas de toute la richesse de l’anacarde. Les paysans ne s’intéresse qu’à la noix, or la pomme est encore plus riche elle permet de « de faire du jus d’anacarde qui est déjà vendu au Brésil et en Inde, ce jus est 4 fois plus riche que celui de l’orange, des aliments de bébé, sucre pour diabétique, du vinaigre, du vin , de la liqueur, de l’omelette, de la salade, du bio plastique », a-t-il déclaré devant un parterre de paysans stupéfaits. Daouda Ouattara travaille « pour développer une coopération afin de faire rayonner le nom de la Cote d’Ivoire », soutient t’il. Il soutient que l’émergence du pays passera par l’implication des nationaux dans la promotion et la valorisation de nos richesses locales afin que dans un partenariat avec les investisseurs, le paysan puisse tirer le meilleur profit de son labeur. Son rêve est de faire un « second miracle économique ivoirien »’ espère t’il. M Yannick Ducrot a invité les paysans à croire en ce projet pour cela, il invite des paysans volontaires à lui envoyer 250 kg de pomme pour faire du jus » nous sommes en phase d’organisation et de préparation de ce vaste projet. Nous voulons présenter le jus d’anacarde de Sorobango au prochain salon international de technologie et de transformation de l’anacarde (SIETTA) en novembre 2018 à Abidjan. Nous voulons à travers ce stand que nous aurons au SIETTA, inviter de nombreux visiteurs et investisseurs à s’intéresser à la transformation de la pomme de l’anacarde.*

Nous exposerons aussi tous les produits dérivés de la pomme de l’anacarde », explique t’il. Il a voulu être précis avec les paysans « nous ne disons pas que nous venons acheter vos pommes d’anacarde, mais votre fils Daouda nous a expliqué à Lyon que vous jetez la pomme après avoir pris la noix. Alors avec lui, nous avons décidé de vous aider à faire mieux connaitre cette grande richesse. Si nous avons pu attirer des investisseurs, ceux-ci achèterons la pomme avec vous en plus d’employer vos enfants dans leurs unités industrielles », a-t-il conclu. A Tambi, la délégation, a eu des volontaires prêts à s’engager pour ce grand projet. Le député Kouassi Koffi Kra Paulin a dit toute sa joie et promit accompagné ce projet « je suis très heureux de savoir tout ce qui se fait avec la pomme de l’anacarde. A Nafambéni on a vu une institutrice qui fait de la liqueur à base du jus de l’anacarde. Il faut labellisé nos recherches. Avec le concours de l’organisation IFARI de M Ducrot l’idée n’est pas de rester dans l’artisanat. IFARI va nous accompagner dans ce vaste projet de la transformation de la pomme d’anacarde. Et nous aussi, on apportera ce qu’on peut pour faire bouger les choses. » A-t-il indiqué. Le sous préfet de Sorobango M Kouadio a dit toute sa joie de savoir que la pomme d’anacarde sera plus qu’utile. Les premiers travaux se fairont dans le laboratoire de sœur Claudine à Bondoukou.

KANIGUI BILGUISSE

Comments

comments

Newsletter Powered By : XYZScripts.com