Le cours du cacao chute, sa qualité aussi

4 janvier 2018

(letemps) Un chocolatier fribourgeois milite contre la variété de cacaoyer Mercedes, aussi productive qu’insipide. Il veut imposer une traçabilité des fèves produites en Côte d’Ivoire, depuis leur plantation d’origine.

Le salut des petits producteurs de cacao viendra de la traçabilité de leurs produits de qualité. Celui des consommateurs aussi, qui veulent savoir ce qu’ils mangent. Le Fribourgeois Alexandre Sacerdoti a anticipé cette réalité il y a près de vingt ans. L’ancien directeur général des chocolats Villars, devenu consultant, mobilise les petits producteurs de cacao autour d’une stratégie commerciale qui, en leur garantissant un niveau de vie décent, sauvera la qualité du chocolat.

Depuis juillet 2017, les cours du cacao, coté sur les bourses de Londres et de New York, ont chuté de 40%. En cause, la surproduction en Côte d’Ivoire. Pour augmenter la surface de ses terres cultivables, le premier producteur mondial a rasé une partie de ses forêts classées pour planter une nouvelle variété de cacaoyer baptisée Mercedes.

Comments

comments

Translate »
Newsletter Powered By : XYZScripts.com