Le Conseil du Coton et de l’Anacarde, invité d’honneur au 20 ème anniversaire de l’INCAJU en Mozambique

12 décembre 2017

Maputo, 12 Déc. (agrici.net) – Dans les années 1972,  la production de noix de cajou du Mozambique représentait environ la moitié de la production mondiale ce qui a chuté en raison des ravageurs, des maladies, le vieillissement des arbres, les feux de brousse et l’abandon des vergers. Suite à cette baisse de la  production, une tentative de relance de la production et de la commercialisation de cajou s’est imposée. En 1998, le gouvernement a créé un organisme national responsable du développement du verger de noix de cajou: l’Institut national du cajou (INCAJU).

L’INCAJU est une institution responsable de l’élaboration des politiques, de la définition des stratégies et de la coordination de l’industrie de la noix de cajou. Elle a des structures décentralisées dans les régions de noix de cajou du Mozambique et fournit des services de vulgarisation aux agriculteurs au niveau du district. Les principales activités comprennent la recherche, la production et la distribution de plants de noix de cajou, la lutte antiparasitaire intégrée, la production commercialisée, la promotion de l’industrie nationale et le commerce international.

A l’occasion de la célébration du 20 ème anniversaire de la structure les 7 et 8 Décembre à Maputo, le Conseil du Coton et de l’Anacarde était l’invité d’honneur aux festivités qui ont été marquées par des panels autour du thème central de « l’utilisation des intrants pour accroitre la production de l’anacarde au Mozambique ».

La Côte d’Ivoire étant la première productrice mondiale de cajou a été invitée à cet évènement pour partager son espérance en matière d’organisation de la filière anacarde, qui lui a permis de doubler sa production en un temps record.

S’exprimant sur les motivations, le contenu et les résultats de la réforme engagée depuis l’accession de SEM Alassane OUATTARA à la magistrature suprême, Dr Adama COULIBALY, Directeur Général du Conseil du Coton et de l’Anacarde a indiqué dans son intervention, qu’au delà des performances que peut enregistrer chaque pays, l’urgence est aujourd’hui à la coopération dans la mesure où il apparaît clairement que les enjeux et les problématiques sont les mêmes. Aussi, il a exhorté aux représentants des structures présentes, notamment celles du Mozambique, de la Zambie et de la Tanzanie, a collaborer avec leurs différents Gouvernements pour l’adhésion de leur pays au Conseil International Consultatif du Cajou (CICC), créé en novembre 2016 et regroupant aujourd’hui 9 pays producteurs de noix de cajou, avec pour objectifs de mobiliser les pouvoirs publiques et fédérer toutes les énergies autour de la chaine des valeurs du cajou.

Parallèlement aux festivités, le Directeur Général du Conseil du Coton et de l’Anacarde a été reçu en audience par Monsieur José CONDUGUA ANTONIO PACHECO, Ministre de l’Agriculture et de la Sécurité Alimentaire du Mozambique. Cette audience a été l’occasion pour Dr Adama COULIBALY de transmettre les salutations de son homologue ivoirien Monsieur Mamadou SANGAFOWA COULIBALY et de rassurer le premier Responsable de l’Agriculture du Mozambique que sa présence à ces festivités dénote de l’engagement des plus Hautes Autorités ivoiriennes à promouvoir la coopération bilatérale et multilatérale dans tous les domaines.

Au delà de la coopération qui se renforce entre les deux pays, il importe aussi d’inscrire l’anacarde dans un cadre qui s’étend à tous les pays intéressés par la filière, qu’ils soient producteurs, transformateurs ou consommateurs, afin de définir des stratégies intégrées de développement durable de la filière. Il a en profité pour présenter le CICC à son hôte en précisant qu’à ce jour 9 pays dont le Benin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Ghana, la Guinée Bissau, la Guinée Conakry, le Mali, le Sénégal et le Togo ont adhérer à cette organisation internationale qui se veut à l’image de l’ICCO du Cacao.

Recevant les documents du CICC, le Ministre de l’Agriculture et de la Sécurité Alimentaire a révélé l’importance du Coton et de l’Anacarde en tant que les deux spéculations dominantes de l’économie du Mozambique. Aussi, saluant les performances de la Côte d’Ivoire, a-t-il instruit ses deux Directeurs Généraux en charge du Coton et de l’Anacarde, de renforcer leur coopération avec le Conseil du Coton et de l’Anacarde.

Suite à cela, il a répondu à l’invitation à participer au 2ème Conseil des Ministres, instance de décision du CICC, qui aura lieu en fin mars 2018 au Bénin, et il s’est engagé à travailler à l’adhésion de son pays à cette organisation dont il a reconnu la pertinence et l’opportunité de la création.

Selon Monsieur Ilidio Afonso José BANDE, Directeur Général de INCAJU et organisateur des festivités du 20ème anniversaire, le Mozambique, qui produit environ 100 000 tonnes de noix de cajou, ambitionne d’accroître à court terme sa production par la recherche et l’utilisation raisonnée des intrants. Le Mozambique transforme localement entre 30 et 50% de sa production de noix de cajou, mais est de plus en plus confronté à la problématique de l’approvisionnement de ses unités du fait de la hausse des prix des noix brutes à l’exportation.

Notons que le Directeur Général du Conseil du Coton et de l’Anacarde a profité de sa mission pour inviter les structures présentes à participer à la 3ème édition du Salon International des Equipements et des Technologies de Transformation de l’Anacarde (SIETTA), qui aura lieu en novembre 2018 à Abidjan. Il a également invité le Directeur Général en charge du Coton au Mozambique à participer à la 77ème Assemblée Plénière du Comité Consultatif International du Coton (CCIC/ICAC) qui aura lieu en décembre 2018 à Abidjan.

 

Comments

comments

,
Translate »
Newsletter Powered By : XYZScripts.com