Coopération ivoiro-indienne: Plus de 25 milliards de Fcfa cumulés dans l’exportation de cajou

10 octobre 2017

(fratmat.info) A la délégation indienne composée d’une vingtaine d’hommes d’affaires, l’ambassadeur de l’Inde en Côte d’Ivoire a confié que la Côte d’Ivoire présente de nombreuses potentialités et son entrée comme membre non-permanent au Conseil de sécurité de l’Onu, vient corroborer la confiance que les investisseurs placent en ce pays.

Coopération ivoiro-indienne: Plus de 25 milliards de Fcfa cumulés dans l’exportation de cajou

L’ambassadeur de l’Inde en Côte d’Ivoire, S.E.M R. Ravindra, a relevé que le montant cumulé d’importation du cajou de la Côte d’Ivoire est estimé à plus de 25 milliards de Fcfa. C’était ce lundi 9 octobre, à Abidjan-Plateau, en prélude au Forum ivoiro-indien qui aura lieu le mardi 10 octobre à la Chambre de commerce et d’industrie de Côte d’Ivoire.

Cette rencontre qui a enregistré la présence du ministre de l’Industrie et des Mines, Jean Claude Brou et Mamadou Sangafowa, ministre de l’Agriculture et du Développement rural, le Centre de promotion des investissements de Côte d’Ivoire (Cepici), a été l’occasion pour l’ambassadeur de l’Inde de présenter à la mission indienne qui séjourne en Côte d’Ivoire, les atouts du pays. Il les a également rassurés en termes d’investissement, dans le cadre d’une coopération durable profitable tant aux hommes d’affaires de sa communauté qu’à leurs homologues Ivoiriens.

Selon lui, son pays est présent dans plusieurs domaines d’activité en Côte d’Ivoire, notamment dans le domaine agricole, les denrées alimentaires, la sidérurgie, la cimenterie, etc. « Nous voulons profiter de cet évènement pour maintenir notre coopération et optimiser nos actions », a poursuivi le diplomate indien. A la délégation indienne composée d’une vingtaine d’hommes d’affaires, il a confié que la Côte d’Ivoire présente de nombreuses potentialités et son entrée comme membre non-permanent au Conseil de sécurité de l’Onu vient corroborer la confiance que les investisseurs placent en ce pays. « Aucun pays de l’Afrique de l’Ouest ne peut se targuer de réaliser l’exploit de la Côte d’Ivoire en matière d’exportation de l’énergie dans la sous-région », souligne-t-il.

Le ministre Jean Claude Brou a fait un tour d’horizon des potentialités que regorge la Côte d’Ivoire. Tout en rassurant sur les mesures incitatives prises par le gouvernement pour améliorer le climat des affaires. Mais il a fait remarquer que les échanges commerciaux restent encore en deçà du potentiel (plus de 560 milliards de Fcfa). Donc, dit-il, « il faut renforcer la dynamique économique ».

Au dire du ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Mamadou Sangafowa Coulibaly, la coopération entre l’Inde et la Côte d’Ivoire se porte bien. « Fondamentalement beaucoup d’efforts restent à faire et ils sont partagés », a-t-il indiqué. Selon lui, le cadre de référence du secteur agricole est le Plan national d’investissement agricole (Pnia). Un plan qui permettra de réduire la faim, la pauvreté et créer de l’emploi pour les jeunes. C’est pourquoi, explique Mamadou Sangafowa Coulibaly, la transformation agricole est au cœur des priorités du Pnia. Ainsi, cette ambition a permis au pays de figurer à la deuxième place du top 3 des pays les plus valorisés pour les investisseurs et premier au top 3 des champions de l’agriculture en Afrique. « Le Pnia a atteint, dans sa première phase, l’essentiel de ses objectifs… Nous avons une croissance moyenne de 9% depuis que nous avons commencé ce programme. Ce sont des résultats encourageants qui méritent d’être consolidés », a-t-il poursuivi. Avant d’insister sur la transformation des produits agricoles. Car, 90% de ces produits sont exportés à l’état brut. Or, la transformation locale peut créer de la valeur ajoutée pour la population.

Kamagaté Issouf

Comments

comments

Newsletter Powered By : XYZScripts.com