ATELIER ANADER / BAD SUR LE SAEMAUL UNDONG : L’ANADER présente sa vision

15 septembre 2017

Le développement des Etats africains reste un défi pour lequel les stratégies les plus adaptées continuent de faire l’objet de recherche. Des modèles de réussite constituent alors des expériences à partager et qui suscitent pour le continent un réel intérêt.

Fort de cette ambition, l’Etat de Côte d’Ivoire a créé l’Agence Nationale d’Appui au Développement Rural (ANADER) afin d’assurer le développement des pays ruraux, sensé impacter le développement national. Ainsi, l’ANADER s’est engagée depuis environ une décennie à œuvrer pour l’implémentation en Côte d’Ivoire du Saemaul Undong (SMU), mouvement classé au patrimoine de l’UNESCO qui a permis à la République de Corée de compter parmi les nations les plus développées du monde.

Ainsi, dans le cadre de la démultiplication de cette expérience dans notre pays, la Banque Africaine de Développement (BAD), à travers un Fonds de la Korea Africa Economic Coopération (KOAFEC) a apporté son appui à la mise en œuvre de plusieurs projets dans deux (02) villages pilotes du District Autonome de YAMOUSSOUKRO (ZATTA et N’GBEKRO), avec l’appui technique de l’ANADER. C’est pour partager les succès de ce projet qu’un séminaire a été organisé sous la houlette de la BAD, en partenariat avec l’ANADER le mercredi 13 septembre 2017 dans à l’auditorium de la BAD.

Prenant la parole, Mme Jennifer BLANKE, Vice-Présidente chargée de l’Agriculture Développement Humain et social de la BAD a exprimé sa reconnaissance à tous les acteurs qui ont œuvré à la réussite de ce projet initié à Zatta et N’gbekro. Elle a assuré la présence de la BAD aux côtés de la Côte d’Ivoire pour l’accompagner, et ce, à travers plusieurs projets dont celui des agropoles prévues dans les régions du Belier et du Poro. Elle a rappelé que ce séminaire doit également pouvoir entrevoir les stratégies par lesquelles le SMU pourrait contribuer au développement du monde rural à travers les activités de ces agropoles.

Ce séminaire fut également meublé de communications et de panels.

A cet effet, sur le thème « Approche de la BAD sur les agropoles », M. MPOKO Bokanga du Département des Finances Agricoles et Développement rural, a présenté les défis qui attendent notre continent dans les années à venir. On note que qu’à la fin de ce siècle, la population africaine passera de 1 à 4 milliards de personnes dont 60 % seront âgés de 25 ans. Ainsi, pour adresser les problématiques de chômage et de sécurité alimentaire, la BAD, à travers ses 5 piliers entend s’appuyer sur ces agropoles pour réaliser ses objectifs.

Pour ce faire, les succès de l’expérience SMU en Côte d’Ivoire, permettent de faire de cette stratégie un outil efficace de développement en Côte d’Ivoire. Ceci fut démontré à travers la présentation de Dr Miaman Koné, Directeur des Etudes et de la Consultance à l’ANADER. Pour ce faire, il préconise comme conditions de réussite entre autres, un fort engagement de l’Etat qui devrait intégrer le SMU dans toutes ses stratégies d’intervention, la capacitation de l’ANADER afin de lui assurer les moyens d’accomplir efficacement sa mission auprès des populations rurales, un engagement sans faille de ces dernières, et surtout leur prise en compte dans les étapes de mise en œuvre des projets à leur intention. Il relèvera également, la nécessaire prise en compte du leadership des femmes et des jeunes.

Un panel de discussions sur « le lien entre les villages SMU et les agropoles de la BAD » ont permis aux panelistes de présenter leur vision pour une mise en œuvre réussi de ce projet. Dr Sidiki Cissé, Directeur général de l’ANADER relèvera, dans son intervention, la nécessité d’impliquer les populations locales, mais surtout de créer les conditions d’un accompagnement qui leur permettent de réaliser leurs activités dans une dynamique de changement de mentalité en adoptant des comportements sains et positifs. Il a assuré de la disponibilité de l’ANADER à accompagner tous les partenaires potentiels et réels dans leurs projets en faveur du monde rural avec le SMU. C’est pourquoi, dira-t-il, l’Agence a déjà élaboré une stratégie d’implémentation du SMU.

Cette séance a ensuite fait place à une session B TO B au cours de laquelle l’Agence a présenté à la BAD, les offres de services qui peuvent renforcer son action dans le milieu rural.

C’est avec d’heureuses perspectives que ce séminaire a pris fin, augurant certainement d’un cadre de collaboration entre l’institution et l’ANADER.

Signalons que ce séminaire a enregistré la participation d’une délégation de la Fondation Saemeul Undong Cote d’Ivoire, représenté par son président Lee Jhi-Ha et des chefs des villages de N’gbekro et Zatta accompagnés de certains bénéficiaires.

Rappelons enfin que la politique actuelle de la BAD pour le développement de l’Afrique se décline en cinq piliers qui sont : éclairer et fournir de l’énergie, nourrir, industrialiser, intégrer et enfin améliorer la qualité de vie des Africains.

KAUDJHIS Hermann/DRCP

Comments

comments

Newsletter Powered By : XYZScripts.com