Cacao ivoirien : une ONG accuse les grands groupes de favoriser la déforestation

14 septembre 2017

(Jeune Afrique) L’ONG Mighty Earth accuse les principaux négociants de cacao et les grands chocolatiers de complicité dans la déforestation ivoirienne : selon elle, ces derniers ferment les yeux sur les conditions de culture des fèves.

En Côte d’Ivoire, la culture de cacao grignote la forêt, y compris dans les espaces protégés, qu’il s’agisse des forêts classées ou des parcs nationaux. Le directeur de l’agence d’État Sodefor (Société de développement des forêts) estime lui-même que 40 % du cacao ivoirien provient d’aires protégées.

Pour l’ONG de défense de l’environnement Mighty Earth, qui vient de publier un rapport sur la question, les industriels ont leur part de responsabilité dans cette situation : « Au cours de notre enquête, nous avons pu conclure que trois des plus grands négociants de cacao — Olam, Cargill et Barry Callebaut — achètent du cacao cultivé illégalement sur des aires protégées. Ces négociants vendent ensuite ce cacao aux poids lourds du chocolat, parmi lesquels Mars, Hershey, Mondelēz et Ferrero », indique ainsi le rapport, intitulé « La déforestation amère du chocolat »

« Avant de publier ce rapport, nous en avons partagé les conclusions avec 70 sociétés. Dans leurs réponses, aucune de ces sociétés n’a nié avoir acheté du cacao provenant de ces aires protégées ou contesté les faits que nous avons exposés », notent les auteurs.

Tout en mettant en garde contre le risque de « voir disparaître toutes les forêts primaires ivoiriennes en quelques décennies », l’ONG relève quelques progrès, émanant notamment du gouvernement ivoirien « qui s’est engagé à un objectif zéro déforestation pour le cacao en 2017 », et de l’initiative du Prince de Galles, qui a réuni en mars 34 des plus grands chocolatiers et entreprises du secteur du cacao dans l’optique de mettre fin à la déforestation liée à ces activités.

Comments

comments

Newsletter Powered By : XYZScripts.com