Côte d’Ivoire/ Des sachets plastiques ralentissent le travail des cultivateurs de maïs à Ferkessédougou

6 juin 2017

Ferkessédougou,(agrici.net) 06juin – Des exploitations de culture du maïs à Ferkessédougou font face à la présence intrigante de sachets plastiques, qui enterrés dans la terre depuis des années, aux encablures du quartier Bormakoté, ralentissent le rythme des travaux champêtres, a constaté l’AIP sur place.

« Nous voulons profiter des pluies de mai et juin pour semer le maïs, pour ensuite le récolter, trois mois plus tard. Mais les sachets, nous contrarient. Si nous ne prenons pas notre temps pour les enlever, ils nous empêcheront d’atteindre nos objectifs », a déploré Issa Coulibaly, un cultivateur

Pour le cultivateur, ces objets couvrent sa surface cultivable, « il y en a partout et de toutes les couleurs. Ça ne se dégrade pas. Les sachets transparents et les sachets d’eau se dégradent difficilement », a-t-il dit.

Une présence notable qui empêche les racines des jeunes pousses d’atteindre la terre, empêchant la croissance normale des plants. « Elles jaunissent et meurent prisonnières du plastique», a déploré Mamadou Coulibaly, un autre cultivateur.

Issa Coulibaly est convaincu que ces sachets obstruent la nappe phréatique et empêchent d’avoir de l’eau dans les bas-fonds. Ils vont jusqu’en profondeur et bouchent les sorties d’eau, selon lui.

« Nous avions l’habitude de faire de petits puits d’un mètre de profondeur pour arroser nos potagers. Les sachets en ont bouché les orifices si bien qu’on n’a plus d’eau à l’intérieur. » a-t-il conclu.

Comments

comments

Newsletter Powered By : XYZScripts.com