PROGRAMME 2QC : L’ANADER FAIT SON BILAN

2 juin 2017

2 Juin (agrici.net) – Le verger de cacaoyer ivoirien est confronté ces dernières années à la recrudescence des maladies et des ravageurs, aggravée par l’apparition de la maladie du Swollen Shoot.

Face à cette situation préoccupante, le Conseil du Café –Cacao a financé un programme « d’Amélioration de la productivité des vergers et de la qualité des produits au champ » piloté par le Fonds Interprofessionnel pour la Recherche et le Conseil Agricole(FIRCA) et exécuté par le Centre National de Recherche Agronomique (CNRA) pour le volet de la recherche des technologies et l’Agence National d’Appui au Développement Rural(ANADER) pour assurer le transfert des technologies , le renforcement des capacités techniques des producteurs pour la production durable du Café et du Cacao, la mise à disposition des mesures d’accompagnements pour la replantation des vergers infectés et l’aide à l’arrachage et à la replantation.

Ainsi, au terme des trois années d’exécution du contrat plan (2013 -2016) , et avant la négociation et la signature d’un nouveau contrat de lutte intensive contre la maladie du swoolen shoot , il était important que tous les acteurs impliqués dans ce programme se regroupent pour faire le point des activités menées et tirer les enseignements en vue d’améliorer les prestations futures.

C’est dans ce cadre qu’à l’initiative de la Coordination Nationale de la filière Café- Cacao, l’ANADER a organisé du 22 au 27 mai 2017 à Yamoussoukro, l’atelier Bilan des activités réalisées parles Directions Régionales dans l’exécution de ce contrat plan 2013-2016.
La série des allocutionsa donné l’occasion à Monsieur Ehougban Vincent, Coordonnateur Nationale de la filière Café Cacao de préciser les enjeux de cet atelier, et de réitérer l’engament de l’ANADER dans l’atteinte des résultats du programme.
Monsieur Attoh Augustin, Directeur de l’Appui aux Filières de Production Végétales et Animales(DAFPVA) à saluer la tenue de cet atelier compte tenu de l’enjeu national de ce programme. Selon lui, ce bilan doit refléter le fruit de la collaboration entre l’ANADER et ses partenaires, et faire une autocritique pour permettre à l’Agence de déterminer les pistes d’amélioration.

Prenant la parole, Madame APHING Kouassi Nicole, Directeur Général Adjoint, a invité les participants à s’investir amplement dans les travaux enfin d’en garantir tout le succès escompté. Les travaux ont ensuite démarré par la présentation du bilan de chacune des DirectionsRégionales impliquées dans le projet. Ces bilans se sont construits autour des cinq composantes du programme, à savoir, la production durable de cacao, la relance de la production caféière, le renforcement des capacités des coopératives, les mesures d’accompagnement de l’arrachage et le programme « jeunes agriculteurs ».

A l’issue de chaque présentation, les participants ont pu, à travers les échanges, contribuer à améliorer et à harmoniser les différents bilans. A l’analyse de ses bilans différentes, l’on peut aisément affirmer quel’action de l’ANADER a permis une contribution significative au développement durable du binôme café- cacao en Côte d’Ivoire.
Ce bilan tout aussi financier a fait ressortir la stratégie de gestion et de mobilisation des ressources du contrat plan qui se chiffre à un montant global de 5 047 661 499 FCFA, reparti entre les centres de coût.

Cet atelier fut aussi l’occasion de rendre un hommage mérité à M. Kablan Alexandre, pour avoir dirigé efficacement la Coordination Nationale de la filière café -cacao de l’ANADER pendant plusieurs années. Dr SIDIKI Cissé, Directeur Général de l’ANADER, présent à la cérémonie de clôture, s’est dit satisfait des résultats, qui permettront sans nul doute à l’Agence de tirer de grandes leçons pour les projets futurs.

Ainsi, Au nombre de ces enseignement tirés par l’atelier bilan du projet «Amélioration de la Productivité des Vergers et de la Qualité du Café-Cacao », l’on peut retenir entre autres, au plan technique, une bonne organisation du travail et un suivi régulier des activités par le Chef de zone. Ce qui est un gage de sucées de tous programme. Il en est ressorti également qu’un renforcement des capacités régulier des agents et leur coaching permettent un meilleur accompagnement des producteurs et de leurs organisations.

Au plan financier, les lignes afférentes aux activités d’appui aux Organisations Professionnelles Agricoles (OPA) devront être spécifiées dans les futurs contrats ou budgets d’exécution, afin de faciliter leurs financements par les centres opérationnels.Au niveau du management global du projet, une communication régulière entre la Coordination nationale du projet et les Directions Régionales est d’une importance capitale pour la réussite d’un tel programme comportant plusieurs composantes et impliquant différentes spécialités.  Enfin l’implication du Suivi-Evaluation au moment du rapportage à tous les niveaux permet de produire des données fiables.

Notons que cet atelier bilan a enregistré la participation de 81 personnes issues du siège et des différents centres de coûts ; Et a vu la présence effective des 6 Directions Régionales et des 48 chefs de zones impliqués dans le programme.

Comments

comments

Newsletter Powered By : XYZScripts.com