Côte d’Ivoire/ Promouvoir des cultures à forte valeur nutritive pour relever les défis de la sécurité alimentaire en Afrique

18 mai 2017

18 Mai (abidjan.net) – Les systèmes alimentaires sont essentiels à l’amélioration des régimes, mais ils sont de plus en plus soumis à des pressions en raison de divers facteurs tels que la croissance démographique, l’urbanisation et le changement climatique, relèvent des organismes internationaux.

A ce titre, quelques domaines d’amélioration sont préconisés notamment en Afrique. Ceux-ci consistent à développer les capacités des agriculteurs grâce à la formation aux meilleures pratiques agricoles ; accroître les revenus des producteurs en les aidant à améliorer leur productivité ; Encourager l’industrie à développer l’approvisionnement local en matières premières ; Encourager la transformation locale des matières première ; Investir dans l’agriculture des petits agriculteurs – modèles qui maximisent les avantages pour les petits agriculteurs.

Les femmes jouent un rôle clé dans l’agriculture et dans les choix plus sains pour leur famille.

Aussi, convient-il de renforcer les capacités des femmes dans l’agriculture, de les éduquer les pour leur permettre de faire des choix sains, et de leur fournir un soutien financier.

Les décideurs doivent veiller à ce que toutes les parties des systèmes alimentaires travaillent ensemble pour offrir des régimes de haute qualité, soulignent ces organisations internationales.

Il est aussi préconisé de promouvoir des cultures à forte valeur nutritive (manioc, soja). Les systèmes alimentaires doivent être repositionnés pour nourrir les gens pour bien nourrir les gens.

Selon des données prouvées, au niveau global, le manioc est étiqueté comme étant la culture de la femme c’est-à-dire un aliment traditionnel cultivé et consommé principalement à la maison.

Tout comme en Côte d’Ivoire, les femmes sont les acteurs clés de la production et du traitement du manioc au Nigéria. Dans ce pays, elles sont impliquées dans la plantation, la récolte, la transformation, la distribution et les ventes. Les financements alloués à des cultures spécifiques en 2012 sont de 18 millions de dollars pour le manioc et 4 millions de dollars pour le soja.

Information source : http://www.glopan.org/foresight#”, http://www.banquemondiale.org/, http://datatopics.worldbank.org/consumption/Aboutdatabase, http://blogs.worldbank.org/category/tags/cassava

Comments

comments

Newsletter Powered By : XYZScripts.com