Filière café-cacao : Grande mobilisation pour la libération d’Ali Darwiche

13 mars 2017

(linfodrome.com)13 Mars L’acheteur de produits agricoles et fondateur de la société Ivoire négoce d’Akouaba (Ina) basée dans la ville d’Akoupé (Sud), Ali Darwiche, continue d’être détenu à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca).
Une situation qui déplait à de nombreuses personnes et organisations qui se mobilisent pour sa libération. Sur Facebook, une page « Libérez Ali Darwiche » a été créée. Et, le vendredi 10 mars 2017, elle enregistrait déjà, quelques jours seulement après sa création, près de 8 000 « J’aime ». A Abidjan et dans des villes de l’intérieur du pays où l’homme d’affaires mène ses activités, il n’est pas rare de voir des personnes porter fièrement des tee-shirts estampillés : « Libérez Ali Darwiche ! » ; « Justice pour Ali Darwiche » ; « Je suis Ali Darwiche ».

Des organisations de la filière café-cacao, a-t-on appris, s’organisent aussi pour réclamer sa libération. Dans le département d’Akoupé, il nous revient, de sources concordantes, que des producteurs de cacao sont très en colère, à l’idée que M. Darwiche soit arrêté après une plainte de la direction du Conseil-café cacao (Ccc). « Nous ne savons pas pourquoi Ali Darwiche, notre bienfaiteur, croupit en prison. Parce que nous avons mené des enquêtes, et nous avons appris qu’aucun producteur n’a porté plainte contre lui. Vous devez savoir que pendant la campagne, il est courant de voir que des acheteurs prennent les produits, et viennent payer après, à cause des débordements durant la période. Et, c’est ce qui a été fait », s’est plaint au téléphone, vendredi 10 mars 2017, un grand producteur de cacao à Akoupé. « Ali Darwiche emploie des centaines d’Ivoiriens. Il permet à plusieurs familles ivoiriennes de se prendre en charge. Cette affaire doit avoir des dessous sinon comment une affaire commerciale peut se retrouver au pénal ? Il faut qu’il soit libéré. Nous savons le bien qu’il fait pour nous, ici à Akoupé », a martelé un responsable de la jeunesse d’Akoupé. Assi Martin, lui, s’est montré menaçant. Il a fait savoir que si Ali Darwiche n’est pas libéré, « les populations d’Akoupé vont se faire entendre dans les prochains jours ».

A lire aussi: La détention d’un acheteur de cacao suscite des débats.

Rappelons qu’une plainte du Ccc a été déposée auprès du procureur de la République du Tribunal de première instance d’Abidjan-Plateau, à l’encontre d’Ali Darwiche, pour l’achat de 1 500 tonnes de cacao dont il ne se serait pas acquitté, à la date d’envoi de la plainte, le 24 janvier 2017. La plainte a été reçue par le tribunal le même jour, selon jeuneafrique.com. Selon la même source, le Ccc reproche au fondateur d’Ina, des arriérés de paiement sur les livraisons à crédit, de cacao.

Pour cette structure étatique, cela est contraire à l’article premier bis de la loi 89-521 du 11 mai 1989 relatif à la répression des infractions en matière de commercialisation des produits agricoles. « …Cependant, plusieurs témoins entendus par le Parquet après la plainte du Ccc, selon les compte-rendus qui ont été également consultés par Jeune Afrique, indiquent que ces arriérés ont été ensuite réglés dans leur intégralité (…)lire la suite ici

Alassane SANOU
SOURCE :l’infodrome

Comments

comments

Newsletter Powered By : XYZScripts.com