La Côte d’Ivoire expose sur les politiques publiques pour les territoires ruraux au SIA

28 février 2017

Paris (France), 28 Fév. (agrici.net) – Ce lundi 27 Février au SIA 2017, une communication sur le thème « Quelles politiques publiques pour quels territoires ruraux ? » a été faite par  le directeur général de la planification, du contrôle des projets et des statistiques au ministère ivoirien de l’Agriculture et du Développement rural, Nouhoun Coulibaly.

Co-organisée par le Centre de recherche en agronomie pour le développement (CIRAD) et l’Agence française de développement (AFD) à l’occasion du 54ème Salon international de l’agriculture de Paris (SIA 2017), cette session s’inscrit dans le cadre global d’une conférence intitulée « Des territoires ruraux vivants pour transformer le monde ».

Dans son exposé,Nouhoun Coulibaly a souligné qu’en Côte d’Ivoire, les dirigeants ont très tôt compris l’importance de la dynamique des territoires ruraux, tout en soulignant que des insuffisances ont fait que ces politiques n’avaient pas porté.

Ainsi, a-t-il fait observer, si de 1985 à 2008, la pauvreté était essentiellement rurale, à partir de 2012, la donne a changé. Dans le cadre de la mise en œuvre du Programme national d’investissement agricole (PNIA 2012-2016), le pays a opté pour une approche systémique.

Elle porte sur quatre vecteurs de changement à savoir la structuration des filières et leur articulation avec les marchés dans les territoires ruraux; la vitalisation des dynamiques de production à travers des filières ciblées et la promotion de la transformation locale des produits agricoles; l’implication des institutions locales et régionales; la prise en compte des nouveaux besoins de services agricoles et de services de de base.

De ce fait, sur la période 2012-2015, l’on a noté une réduction de la pauvreté en milieu rural. En 2008, le taux de pauvreté était de 62,5% en milieu rural et en 2015, il est passé à 56,8%. L’objectif est de rendre cette avancée durable dans le cadre de la 2ème génération du PNIA (2017-2025), par le biais de projets agricoles intégrant tous les quatre vecteurs de changement dans des zones données dites « zones agropoles » dans lesquelles les services de base sont développés.

Le 14 février, les accords de financement du premier projet d’agropole en Côte d’Ivoire ont été signés à Abidjan avec la Banque africaine de développement (BAD).

Comments

comments

Newsletter Powered By : XYZScripts.com