La BAD finance à hauteur de 107 millions d’euros 3 projets agricoles en Côte-d’Ivoire,voici les détails…

21 février 2017

21 Fév. (abidjantv.net) – La Banque africaine de développement (BAD) et la Côte d’Ivoire ont signé, mardi 14 février 2017 à Abidjan, 107 millions d’euros (70 milliards FCFA) d’accords de financement. Ce en faveur de trois projets agricoles, qui visent à développer le tissu agro-industriel et bancaire en Côte d’Ivoire, tout en promouvant l’emploi des jeunes et l’implication des femmes, à travers l’utilisation intensive des nouvelles technologies.

Ces projets s’inscrivent dans la stratégie de la BAD pour amorcer la transformation, la modernisation et la compétitivité de l’agriculture en Afrique.

Le projet de pôle agro-industriel dans la région du Bélier (2PAI BELIER) s’arroge la part du lion, avec 101 millions € (66 milliards FCFA) octroyés – via un prêt commercial de 64,36 millions € (42 milliards FCFA), un prêt concessionnel de 32,9 millions € (22 milliards FCFA) et un don de 4,3 millions € (2,8 milliards FCFA).

Le projet de développement des chaînes de valeur dans la région de l’Indénié-Djuablin (PDC-ID) bénéficie d’un financement de 5 millions € (3,3 milliards FCFA), alloué sur les ressources du Fonds spécial du Nigeria (FSN), l’une des trois entités qui constitue le Groupe de la BAD.

Enfin, la BAD a également accordé une avance de 1,3 million € (829 millions FCFA) pour conduire les études préalables à la mise en œuvre du projet d’emploi des jeunes dans l’agro-industrie (Enable Youth).

«Je suis heureux de vous annoncer que le projet de pôle agro-industriel dans la région du Bélier est le tout premier projet d’agropole que la BAD finance», a lancé Janvier Litse, directeur général de la BAD pour l’Afrique de l’Ouest. Ce projet permettra de relancer l’agriculture autour de chaines de valeur porteuses (riz, maïs, manioc, légumes…), en privilégiant une approche intégrée pour mettre fin à nombre d’entraves au développement du secteur agricole et agro-industriel.

Objectif: doter la région d’infrastructures clés à même de favoriser le développement d’activités agricoles et agro-industrielles (aménagements hydroagricoles, pistes,..), tout en offrant de meilleures conditions de vie aux populations concernées (eau potable, cantines scolaires, structures sanitaires).

Appuyer l’ensemble des acteurs du secteur pour qu’ils puissent évoluer de manière dynamique autour des chaines de valeur, dans un environnement plus intégrateur et inclusif est une autre des ambitions du projet. Il s’agit notamment de renforcer la sécurisation foncière, de mieux structurer les organisations de producteurs tout en renforçant leurs capacités techniques et managériales, d’encourager la mécanisation et ainsi abandonner définitivement la daba, de développer l’emploi et l’installation des jeunes diplômés, de promouvoir l’industrie agro-alimentaire, d’assurer un meilleur accès aux financements agricoles, et de permettre encore de mieux contribuer à une nutrition de qualité.

Quant au projet de développement des chaines de valeur dans la région de l’Indénié-Djuablin LIRE LA SUITE ICI

Comments

comments

,
Newsletter Powered By : XYZScripts.com