Côte d’Ivoire/Le Conseil du cafe-cacao en tournée d’explication dans le département de Tiapoum

30 janvier 2017

Aboisso, 30 jan (Agrici.net)- Une délégation du Conseil du café-cacao a échangé vendredi avec les coopératives et planteurs de café et de cacao du département de Tiapoum au groupe scolaire de Noé.

Conduite par Boa Bonzou, représentant des producteurs au sein du Conseil café-cacao et comprenant Kangah Eugène, délégué régional du Conseil à Aboisso, Kouadio Hippolyte, chef de zone du département de Tiapoum, la délégation est venue expliquer le problème d’engorgement constaté dans les entrepôts dans les ports d’Abidjan et de San Pedro depuis quelques moments.

« Depuis le mois de décembre 2016, il y a des problèmes au port d’Abidjan et même à celui de San Pedro », a expliqué Kouadio Hippolyte, soulignant que les ports sont engorgés, les dépôts surchargés.

« Cela cause beaucoup de préjudices aux coopératives. Les transporteurs passent des semaines pour décharger donc font de la surenchère aux coopératives, ou alors quand le produit est déchargé, même avec le chèque en main, les coopératives ne peuvent pas toucher leur argent faute de liquidité. Cela a créé un mécontentement général au niveau des producteurs de Café-Cacao. Le Conseil a donc délégué ces responsables pour rencontrer et apaiser les producteurs », a ajouté le chef de zone du département de Tiapoum.

Pour sa part, Boa Bonzou a imputé la situation aux aléas climatiques qui sont, selon lui, à la base de ce dysfonctionnement.

« Les pluies arrivées en retard ont provoqué la production abondante d’un seul coup. C’est ce qui a saturé les ports. Mais, des mesures sont prises pour remédier à cela d’ici la mi-février 2017 », a-t-il soutenu, appelant ses collègues planteurs au calme et à ne pas céder à l’imposture qui voudrait qu’ils rentrent en grève.

Boa Bonzou a rassuré que malgré les difficultés, le prix du kilogramme reste maintenu à 1100 FCFA jusqu’à la fin de la période de traite prévue au 31 mars 2017.

Apaisés, les producteurs ont fait des doléances relatives à des rencontres chaque trimestre à l’initiative du Conseil café-cacao, pour informer les producteurs de la filière. Ils ont également fait cas de quelques inquiétudes liées au mauvais état des pistes d’évacuation, de la pollution des eaux de la rivière Tanoé par des orpailleurs clandestins ainsi que la pompe villageoise de Nougoua dont les eaux présentent une nappe de pétrole.

« Ne vous inquiétez pas, tout va se normaliser et puis, il y a de l’espoir pour le café et le cacao, vu l’importance des accords internationaux en signature », a conclu Boa Bonzou.

(Agrici.net)

Comments

comments

Newsletter Powered By : XYZScripts.com