Déclaration de la coordination nationale des planteurs de Côte d’Ivoire relative à la gestion de la filière café-cacao

9 janvier 2017

09 Jan. (abidjan.net) -Avant tout propos, j’aimerais en mon nom propre ainsi qu’au nom de la Coordination Nationale des Planteurs de Côte d’Ivoire (CNPCI), remercier de vive voix le Président de la République, son Excellence Alassane Ouattara pour la haute considération qu’il a pour le monde paysan, considération exprimée dans sa vision politique par la mise en place du Conseil café-cacao.

En le faisant, il a non seulement voulu relancer l’économie ivoirienne par la redynamisation de l’agriculture mais aussi et surtout il a voulu rendre les paysans heureux car, selon ses propres termes, ils sont les véritables artisans de l’économie du pays. Malheureusement, cette bonne volonté affichée par le président de la République ne semble pas produire les effets escomptés.

En effet, à peine deux (02) mois après l’ouverture de la campagne café-cacao 2016-2017, l’inquiétude commence à se lire sur le visage des paysans. Pour cause, la campagne café-cacao démarrée en fanfare et ce, à la grande satisfaction des producteurs, a marqué un arrêt brusque, brutal et inquiétant. Les planteurs s’interrogent sur les raisons de cet arrêt qui ne semble émouvoir les premiers responsables de la filière café-cacao.

Fort de cela, la Coordination Nationale des Planteurs de Côte d’Ivoire (CNPCI) a décidé de se retrouver pour faire l’évaluation à mi-parcours de la gestion de leur filière. Il s’agit pour nous de faire le bilan de la gestion de Massandjé Touré Liste, DG du Conseil café-cacao. Voir qu’est-ce qui a marché et essayer de comprendre les raisons profondes des difficultés de la vente actuelle de la production ? Et, enfin interpeller le Président de la République sur les dysfonctionnements au sein de la filière café-cacao qui pourraient, si rien n’y est fait, ruiner les espoirs des producteurs.

La filière café-cacao est à la croisée des chemins. Ce constat est la résultante des dysfonctionnements et dérives observées dans la gestion du Conseil Café-cacao par Massandjé Touré Liste. Les immenses espoirs suscités par le décret 2012-06 du 16 janvier 2012 portant dénomination de l’organe de gestion, de développement, de régulation de la filière café-cacao et de la stabilisation du prix du café et du cacao se sont écroulés comme un château de cartes.

A priori, l’apparente embellie entretenue ces quatre (04) dernières années par l’actuelle équipe dirigeante à travers des séminaires, symposiums et dernièrement par la célébration des agriculteurs lors de la 5ème édition des journées de l’administration agricoles délocalisées qui se sont déroulées à Daloa, se présente comme l’arbre qui veut cacher la forêt. Tout va mal et très mal d’ailleurs. Comme en témoigne les remous au cours de cette campagne 2016-2017.

Les producteurs, cheville ouvrière de la richesse de la Côte d’Ivoire, sont des laissés pour compte. Lire la suite sur abidjan.net

Comments

comments

Newsletter Powered By : XYZScripts.com