La noix de cajou, future « star » de l’agriculture en Guinée ?

5 janvier 2017

05-jan-17 (afrique.latribune.fr) -La Guinée veut faire émerger sa filière de l’anacardier, arbre produisant la noix de cajou, et multiplie les actions dans ce sens. Son ambition : s’offrir sa part du gâteau sur un juteux marché mondial et pourquoi pas concurrencer le leader régional, la Côte d’Ivoire.
« Vous le savez tous, il y a des terres à l’intérieur du pays… acceptez de faire la culture d’anacardes… », a déclaré le président Alpha Condé dimanche 1er janvier lors de sa traditionnelle présentation des vœux de Nouvel an aux militants et cadres de son parti, les encourageant à travailler parce que disait-il, « seul le travail paie ». Une sortie médiatique qui dénote encore de la volonté du gouvernement guinéen de porter plus haut la culture de l’anacarde.

300 000 ha en 2017 et 1 million ha en 2020
Conakry s’est en effet engagé à donner une place de choix à l’anacarde dans l’agriculture du pays, avec pour objectif d’atteindre 1 million d’hectares d’anacardiers d’ici 2020. Après avoir atteint les 200 000 ha de plantations d’anacardiers en 2016, le gouvernement ambitionne de les porter à 300 000 ha en 2017, comme le réitérait encore hier, mardi 3 janvier, la ministre de l’Agriculture et ancienne directrice de l’Alliance guinéenne de l’anacarde, Jacqueline Sultan, lors de son passage à la radio nationale.

Introduite en Guinée vers la fin des années 1940, la culture de l’anacardier à des fins commerciales n’apparait qu’à partir des années 1990. Mais celle-ci restera assez faible pendant longtemps. D’ailleurs, les chiffres réels de cette filière ont Lire la suite ici

Comments

comments

,
Newsletter Powered By : XYZScripts.com