Dossier Conseil Coton Anacarde

22 décembre 2017

COTON/ LE CONSEIL COTON ANACARDE SIGNE DES CONVENTIONS AVEC LES SOCIETES COTONNIERES DANS LE CADRE DU ZONAGE DE LA FILIERE

22 Déc. (agrici.net) – Le 28 Décembre 2016, une loi concernant le le zonage agro-industriel dans la filière coton a été adoptée. Suite à cela le gouvernement ivoirien a institué le zonage dans le bassin cotonnier en constituant 18 zones exclusives d’activités.

C’est dans le cadre de la mise en œuvre officielle du zonage 1 an après son adoption par le Gouvernement Ivoirien que le Conseil du Coton et de l’Anacarde a procédé à une signature de conventions avec les différentes sociétés cotonnières ce vendredi 22 Décembre à Abidjan Plateau.

Les parties prenantes de ce contrat sont bien entendu le Conseil du Coton et de l’Anacarde d’une part et d’autre part les sociétés cotonnières, entre autre CIDT, IVOIRE COTON, COIC, SECO, SICOSA 2.0 et GLOBAL COTTTON.Signature-DG-CCA-DG-IVOIRE-COTON

Dans ces dits, le Dr Adama COULIBALY, DG du Conseil Coton Anacarde s’est avoué satisfait de voir l’aboutissement de cette initiative qui selon lui va contribuer au bien-être des populations.

« C’est un processus qui nous permettra d’organiser la filière », a souligné Jean-François TOURE, Représentant du Président de l’APROCOT.

Silué Kassoum, DG de la Fédération des producteurs de Coton, a tenu à remercier le Gouvernement Ivoirien et le Conseil Coton Anacarde d’avoir ramener à nouveau le zonage dans la filière et il a exhorté aux différents acteurs de jouer véritablement leur rôle pour une bonne mise ne œuvre.

Zonage

Quant au PCA du Conseil Coton Anacarde, M. Mamadou BAMBA, « Le zonage est la seule manière de rendre notre filière compétitive », et vus les tensions qu’ont suscités ce changement dans la filière, la mise en œuvre du zonage est un processus qui va se parfaire au fil du temps.

Notons que la signature de la convention précise les droits et obligations des parties ( L’Etat est représenté par le Conseil Coton Anacarde et chaque société cotonnière) et elle est conclue pour une durée de 7ans, renouvelable.

 …

19 novembre 2017

Adama Coulibaly (DG Conseil Coton Anacarde) : « Notre ambition, c’est d’arriver à 30 % de la transformation de cajou d’ici à 2020 »

19 Nov (agrici.net) – A l’occasion du Salon international de l’agriculture et des ressources animales (SARA 2017) qui se tient à Abidjan, le Directeur Général du Conseil du Coton Anacarde, Dr Adama Coulibaly, a accordé samedi un entretien à Agrici.net, dans lequel il affiche les ambitions de la structure qu’il dirige depuis juin 2016.

 

Votre structure participe à la 4e édition du Salon international de l’agriculture et des ressources animales (SARA). Qu’est-ce qu’elle entend proposer à ce Salon ?

Nous sommes venus exposés l’ensemble des opportunités de nos produits. Lorsque vous prenez la pomme de cajou, vous avez toutes les opportunités qu’elle offre. S’agissant de la graine de coton, on ne soupçonne pas qu’avec elle, non seulement on fait de l’huile de table, mais on peut faire aussi de la pâtisserie, des gâteaux, des beignets. C’est  l’ensemble de ces opportunités, de ces possibilités contenues dans ces deux filières que nous sommes venus vendre ici au SARA.

Il y a quelques semaines la campagne 2017-2018 de la commercialisation du coton a été lancée. Comment se déroule la campagne sur le terrain ?

La campagne du coton se déroule très bien. La commercialisation de la graine de coton est très simple. C’est un système de commercialisation privé très pratique et très connu de l’ensemble des acteurs de la filière.

Quel message pouvez-vous lancer aux agriculteurs ?

Ils sont acteurs de deux filières extrêmement importantes et hautement stratégiques dans l’économie ivoirienne. Et ils doivent en être fiers. Grâce au coton, nous assistons au développement des cultures vivrières qui accompagnent en même temps le coton dans son aire géographique. Grâce au coton, les intrants sont accessibles aux producteurs, les engrais sont accessibles aux producteurs. Grâce au coton, nous exportons de la fibre, mais aussi de la graine de coton. Concernant l’anacarde, vous savez, jusque-là, on ne faisait rien avec la pomme de cajou. Aujourd’hui, nous sommes heureux de vous présenter des galettes à base de pomme de cajou. Nous sommes en partenariat avec une société privé de la place qui va très prochainement lancer ce produit de façon à ajouter de la valeur ajoutée à l’huile de cajou. A savoir la pomme et la noix. L’ensemble des produits dérivés indiquent la richesse de ce produit. Et grâce à cela, nous sommes en train de faire émerger une race de transformateurs autant au plan de la petite transformation que de la grande transformation. Très bientôt, nous allons passer à la vulgarisation de la transformation de ces produits. Et je pense qu’ils seront disponibles dans les super marchés pour booster davantage la production ; pour assurer des débouchés sûrs à nos producteurs, parce que nous ne pourrons pas compter durablement sur l’exportation de ces produits vers d’autres pays. Nous devons d’abord compter sur la transformation nationale.

Nous savons tous que la transformation locale de la noix de cajou n’est pas satisfaisante. Que comptez-vous faire pour améliorer le taux de transformation de ce produit ?

Effectivement, vous avez raison de relever que la transformation n’est pas …

18 novembre 2017

Le Conseil Coton Anacarde participe à la 4ème édition du SARA 2017

18 Nov. (agrici.net) – La 4ème édition International de l’Agriculture et des Ressources Animales SARA 2017 a ouvert ses portes ce vendredi 17 novembre et ce, jusqu’au 19 novembre 2017 sur la route d’aéroport sis dans la commune de Port Bouet. La cérémonie officielle d’ouverture présidée par SEM Alassane Ouattara, Président de la république de la Côte d’Ivoire.

Le thème retenu pour cette édition est : ‘’Transformation structurelle de l’économie agricole face aux changements climatiques’’, qui s’inscrit aussi à la transformation des 100% de la production nationale de l’anacarde.
Comme aux dernières éditions du SARA , le conseil Coton Anacarde, a encore marqué sa participation à cette rencontre des opérateurs économiques de la filière anacarde par une mobilisation de son équipe de communication et de la promotion pour la tenue d’un stand d’une part, et d’autre part, de l’organisation des séances d’informations et de distributions de différents supports de communication sur les missions et activités du Conseil Coton Anacarde.

Ce département a été crée pour prendre le relais de l’Autorité de Régulation du Coton et de l’Anacarde (ARECA) dans la mise en place et le suivi d’un cadre réglementaire pour un environnement permettant une meilleure gouvernance des deux filières. Rappelons que le conseil Coton Anacarde a pour objectif général de suivre la mise en œuvre et de veiller au respect des principes et règles régissant les activités dans les filières Coton /Anacarde et aussi de gérer les informations économiques dans les filières Coton/Anacarde aux producteurs de ce produit en créant les conditions d’accessibilité à des équipements et technologies adéquates. Egalement le conseil Coton Anacarde assure le contrôle de la qualité et du poids de ces deux produits.

La Côte d’Ivoire est passée premier producteur mondial de l’anacarde avec plus de 700 000 tonnes en 2015. Quand sa capacité de transformation passe de 54 000 tonnes en 2012 à 100 900 tonnes en 2016. Par ailleurs, le conseil Coton Anacarde a profit du SARA 2017 pour inviter le public à la participation de la 3ème édition du salon international des équipements et des technologies de transformation de l’Anacarde (SIETTA) à Abidjan en Côte d’Ivoire.

M.T…

6 novembre 2017

Lancement de la campagne 2017-2018 de la commercialisation du coton

Ce lundi 06 novembre, Le président du conseil d’administration du conseil du Coton et de l’Anarcade, Mamadou Bamba a procédé au lancement de la campagne 2017-2018 de commercialisation du coton, en souhaitant une excellente campagne à l’ensemble des acteurs. Ladite campagne enregistre une particularité avec la mise en œuvre de la réforme liée au zonage agro-industriel dans la filière coton, A en croire le Directeur général du Conseil Coton Anacarde, le Dr Adama Coulibaly.

Quant au prix, il devrait rester constant sans majeure évolution par rapport à la campagne précédente », a déclaré le président du conseil d’administration du conseil du coton et de l’anacarde, Mamadou Bamba. Il a indiqué que les prix d’achat du kilogramme s’élevaient 265 F CFA le kilogramme de coton graine de premier choix.

La campagne s’ouvre dans un contexte international caractérisé par une légère hausse de la production mondiale, a expliqué Bamba Mamadou. Les prévisions actualisées de production de coton graine au niveau national sont de 340.968 tonnes.

En conclusion, selon le Directeur général du Conseil Coton Anacarde, un fonds de 21 milliards sera bientôt levé pour la remise sur pied de la filière. …

10 mai 2017

Renforcement de capacité /Le Conseil de l’Anacarde et du Coton veut améliorer la qualité de la noix de cajou

(agrici.net)10 Mai -Dans le cadre de sa politique d’amélioration de la qualité des productions d’anacarde, le Conseil du coton et de l’Anacarde veut outiller les producteurs. A cet effet, il prévoit d’organiser demain jeudi 11 mai à grand-Bassam, un atelier de formation et distribution de matériel et d’analyse qualité aux coopératives de producteurs d’anacarde.

La session qui regroupera soixante regroupements de producteurs issus des différentes zones de production, vise, selon les initiateurs de la formation, à aboutir à la bonne qualité de l’anacarde. Cette exigence étant le corolaire direct des opérations de production, de récolte et de traitement post-récolte, il urge de doter les acteurs de moyens leur permettant d’être à mesure de gagner ce défi, d’autant plus que ce paramètre est déterminant dans la commercialisation de la précieuse noix.

Ce programme s’inscrit dans la démarche de notre pays de se maintenir toujours au sommet des pays producteurs de noix de cajou avec des produits à la qualité indéniable, indiquent-ils. Un des objectifs de l’atelier sera de préparer la création d’une plateforme qualité de la filière anacarde à travers la mise en place d’ un comité multipartite impliquant l’ensemble des acteurs responsables de la qualité de la noix de cajou.

De façon pratique, le Conseil du Coton et de l’Anacarde, dans sa démarche qualité dotera dès cette campagne 2017, des coopératives de producteurs de Kits d’analyse qualité, a l’effet de leur permettre de contrôler depuis leurs magasins la qualité marchande de leurs produits.…

2 février 2017

Conseil du Coton et de l’Anacarde : Adoption d’un nouveau mécanisme de fixation du prix du coton

02 Fév. (agrici.net) – Dans le but de former les acteurs de la filière coton à l’application du nouveau mécanisme de fixation du prix du coton graine, un atelier initié par le Conseil du Coton et de l’Anacarde (CCA) du jeudi 02 au vendredi 03 Février à l’hotel de France de Grand-Bassam.

En effet, dans le cadre de la réforme de la filière Coton adoptée en 2013, le CCA a confié l’élaboration d’un nouveau mécanisme de fixation du prix qui remplacerait le mécanisme COWI au Cabinet d’études E-Sud.

« Au niveau du coton nous prévoyons un mécanisme de lissage qui devrait permettre d’amortir les chocs intra-annuel et inter-annuel pour éviter que le prix au producteur connaisse une évolution en dents de scie afin qu’il ait une vision un peu plus claire du revenu qu’il peut tirer après sa récolte.», a souligné M. Simplice GUE, Agroéconomiste et Assistant Technique du DG et représentant de M. Adama COULIBALY, DG du Conseil du Coton et de l’Anacarde.

M. Pierre Henri TEXIER en sa qualité d’expert et de formateur a défini le fonds de lissage comme : « un fonds qui puisse éviter les variations importantes du prix du coton graine en vu des variations importantes qu’on a sur le marché mondiale à la fois du prix de la fibre et à la fois de la parité avec l’euro. »

Ce sont au total 17 personnes issus du CCA, de l’INTERCOTON, de l’APROCOT-CI, du FPC-CI et du Cabinet E-Sud qui prendront part à cet atelier de formation.

Notons que le nouveau défi pour la campagne 2016-2017 de récolte et de commercialisation de coton est de 350 000 Tonnes de coton.…

26 janvier 2017

Distribution de sachets aux producteurs de la noix de cajou de Niakaramadougou

Niakaramadougou, 26 jan (agrici.net) – Le Conseil du coton et de l’anacarde (CCA) a procédé mercredi, à la distribution de sacherie-brousse aux producteurs de noix de cajou des villages de la sous-préfecture de Niakaramadugou afin de conserver et garantir la qualité des productions commercialisées.

Composé de 454 colis, contenant 35 sacs soit un total de 11. 360 sacs, ce don a été remis par le représentant du CCA du département, Sinaly Koné à 17 comités de producteurs d’anacarde de la région.

« Cette sacherie-brousse, qui correspond au nombre de producteurs ayant effectivement participé à l’opération de recensement en 2016 en raison de cinq sacs par personne dans chaque village, vous permettra de mener à bien la campagne de commercialisation de l’anacarde à venir », a souligné M. Sinaly avant d’exhorter les représentants des bénéficiaires à la sensibilisation des acteurs en vue d’une production de qualité.

Au total, ce sont 15 villages et deux campements de la sous-préfecture de Niakaramadougou qui ont été concernés par cette opération de distribution, la troisième du genre depuis 2014, qui s’étendra dans les prochains jours aux sous-préfectures de Tafiré, Tortiya, Arikokaha, Niédiékaha et Badikaha.…

23 janvier 2017

Noix de cajou : La première édition des journées nationales des exportateurs prévue en février

Abidjan, 23 jan (Agrici.net) – La première édition des Journées nationales des exportateurs de cajou de Côte d’Ivoire (JNEC-CI) se tiendra les 24 et 25 février, à Abidjan, a annoncé lundi, le président de l’Association des exportateurs de cajou de Côte d’Ivoire (AEC-CI), Diaby Aboubacar, lors d’une cérémonie de lancement.

L’objectif de ces journées est de créer une plateforme d’échanges entre les acteurs nationaux et internationaux, de relever les défis liés à la commercialisation extérieure de la noix de cajou, de faire des propositions de financement adaptées à l’exportation de ce produit et de proposer des solutions aux problématiques liées à l’amélioration de la qualité de la noix de cajou « made in Côte d’Ivoire ».

Cette rencontre qui aura valeur de symposium, a précisé M. Diaby, aura pour thème central « Emergence de la filière cajou en Côte d’Ivoire et défis liés à la commercialisation extérieure ». Elle se déroulera autour de principaux centres d’intérêts à savoir les cérémonies officielles (ouverture et clôture), des conférences-débats sur des thématiques d’actualité, des rencontres Be to Be et des expositions de produits et services.

Le directeur général du Conseil du coton et de l’anacarde, Dr Adama Coulibaly, a félicité l’AEC-CI pour l’organisation de ces journées nationales, un évènement « important » qui vient « combler un déficit » dans le secteur du cajou et assuré les organisateurs de l’appui de sa structure en vue de son institution.

Le cajou a été introduit en Afrique en 1578 au Mozambique via le Brésil. Son expérimentation en Côte d’Ivoire date des années 1950. Aujourd’hui, notre pays en est le premier exportateur au plan mondial avec une production qui est passée de 350 000 tonnes en 2010 à plus de 602 000 tonnes en 2016, soit en évolution de plus de 72%. Le prix bord champ en vigueur reste fixé à 500 francs le kilogramme en attendant l’ouverture de la nouvelle campagne.…

16 janvier 2017

Atelier bilan et de revue à mi-parcours du projet de “renforcement des capacités des acteurs de la chaine de valeur Anacarde en Afrique de l’ouest”

16 Jan. (agrici.net) – Un atelier bilan et de revue à mi-parcours du projet sous-régional “de renforcement des capacités des acteurs de la chaîne de valeur Anacarde en Afrique de l’Ouest” s’est tenu ce lundi 16 Janvier à l’hôtel de France de Grand-Bassam avec pour objectif global l’amélioration et la génération des emplois et des revenus des acteurs de la chaîne de valeur Anacarde dans cinq (5) pays de l’Afrique de l’Ouest.

La gestion de ce projet confiée au Conseil du Coton et de l’Anacarde a démarré en Janvier 2015 et est financé par le CORAF sur une durée de 3 ans permettra a permit d’observer des résultats favorables dans les 2 précédentes années tels que 2741 bénéficiaires touchés et 85% des activités du projet réalisé en 2015 et une nette année des premières missions de suivi évaluation en 2016 des difficultés d’un pays à un autre.

Cet atelier s’inscrit dans l’optique de faire le bilan de la mise en oeuvre en 2016, d’identifier les problèmes et les risques et les risques afin de procéder à une meilleure planification des activités en 2017 pour une fin du projet réussie.

Les résultats des différentes activités mises en oeuvre conformément aux indicateurs prédéfinis (Forces et faiblesses) ont donc été présentés par les acteurs des pays bénéficiaires au cours des sessions plénières suivi de travaux de groupes lors de cette prémière journée de l’atelier .

Notons que le projet s’appuie sur 6 agences d’exécution que sont : le Conseil du Coton et de l’Anacarde, l’INERA, l’INRAB, l’ISRA/CNRF, l’AFAO, et le CRIG.…

21 novembre 2016

SIETTA 2016 : La Côte d’ivoire envisage de porter son taux de transformation d’anacarde à 100% d’ici 2020

21 Nov. (agrici.net) – Selon le premier ministre ivoirien Daniel Kablan Duncan, das son allocution a l’ouverture de la 2e edition du SIETTA, le secteur de l’anacarde de la Cote d’Ivoire devrait voir à l’horizon 2020 son taux de transformation des noix brutes atteindre 100%. Cet objectif est celui du plan de développement et de transformation de l’anacarde adopté par le gouvernement ivoirien.

Le dirigeant souligne que l’élan du secteur de la transformation de l’anacarde sera guidé en amont, par son gouvernement à travers « le renforcement et la dynamisation des actions déjà menées en faveur des entreprises ».

Les actions et réformes déjà engagées par le gouvernement en faveur des entreprises ont permis de compter 22 entreprises dans le secteur en 2016 contre 10 en 2012, et de porter la capacité globale installée qui se chiffrait à 54 000 tonnes en 2012 à 100 900 tonnes en 2016.

Pour la Côte d’Ivoire, premier producteur mondial d’anacarde avec 700.000 tonnes en 2015, cet objectif sonne comme un défi de taille alors que selon les estimations, seulement 5,84% de l’anacarde produite est transformée.

Il s’accompagne toutefois de multiples opportunités à saisir non seulement au niveau des investissements privés dans le secteur de la transformation , mais aussi en matière d’amélioration des techniques de conservation des noix brutes au niveau du tissu local de transformation.

Le SIETTA 2016 s’est tenu du 17 au 19 novembre à Abidjan.

agrici…

Newsletter Powered By : XYZScripts.com