All posts by: agrici2

About agrici2

5 février 2018

Innovation dans le secteur de l’Agriculture : La gestion des subventions désormais par voie électronique !

(http://niarela.net)Dans le but d’établir une stratégie d’appropriation de l’outil (e vaucher) par les bénéficiaires, le projet PPAAO/WAAPP a organisé un atelier de réflexion au cours duquel tous les acteurs du monde agricole étaient présents. C’était mercredi 31 janvier dans la salle de conférence du Grand hôtel de Bamako. La cérémonie d’ouverture des travaux était présidée par le secrétaire général du ministère de l’Agriculture, Adoulaye Hamadoune avec à ses cotés le coordinateur du PPAAO/WAAPP, Aly Kouriba.

En effet, ce programme consiste à octroyer des bons électroniques sous forme de sms aux exploitants agricoles à partir de base de données d’un fournisseur d’intrants. Il vise à améliorer l’efficacité, la transparence et la traçabilité de la subvention en impliquant l’ensemble des acteurs de la production agricole. Cela exprime la manifestation progressive de la volonté des plus hautes autorités à faire de l’agriculture le moteur du développement et le pilier de l’économie du Mali.

Selon M. Abdoulaye Hamadoune, le Mali a instauré depuis 2008 une politique de subvention des intrants agricoles à travers l’opération dénommée ‘’initiative riz’’. Cette initiative avait pour objectif l’amélioration de la résilience des petites exploitations agricoles dans un contexte de changement climatique.

Il s’agissait en fait, précise-t-il, de continuer par la même occasion à la réduction de la pauvreté des producteurs et par l’emploi généralisé des intrants agricoles, le développement des marchés de produits agricoles tout en impliquant résolument le secteur privé sur la base d’un partenariat public privé. « Cette action devrait permettre à l’agriculture malienne d’augmenter la production agricole pour répondre au besoin alimentaire du pays » a-t-il déclaré. Et d’ajouter que malgré la pertinence de cette option, il s’est avéré dans sa mise en œuvre que la subvention des intrants agricoles et la distribution des cautions techniques ont été rendues difficiles. Or l’objectif visé était de rendre transparentes ces transactions. C’est pourquoi, dira-t-il, l’assainissement du système d’approvisionnement des engrais a été une des grandes recommandations du dernier conseil supérieurs tenu à Koulouba, eu égard de l’inquiétude des plus hautes autorités maliennes.

Selon lui, c’est justement pour donner suite à cette recommandation que le ministère de l’Agriculture à travers le programme WAAPP a testé un programme d’octroi de la subvention par voie électronique dénommé ‘’e-vaucher’’.

A noter que les premiers tests de cette innovation ont été effectués dans les régions du nord et celles de Sikasso et de Ségou.

Par Moïse Keïta

Par Le Sursaut…

2 février 2018

Côte d’Ivoire/ Ouverture d’un atelier sur le développement de la filière coton

Bouaké, 2 fév (AIP)-Un atelier des acteurs de la filière coton de trois jours s’est ouvert, jeudi, à Bouaké, sur la restitution des résultats d’une étude réalisée sur le plan stratégique de développement de Intercoton, assorti d’engagements institutionnels.

Lors de cet atelier, les participants devront discuter en plénière et en commissions les résultats qui seront présentés par le cabinet d’étude, puis faire des recommandations et proposer des axes d’amélioration des activités suggérées dans ladite étude.

Intercoton a commandité cette étude afin de bâtir sa stratégie d’orientation et de développement sur les dix prochaines années. C’est dans cette optique que le cabinet Findev a exécuté la mission qui lui avait été confiée par l’interprofession.

Le président du conseil d’administration de Intercoton, Soro Yacouba, a exhorté les participants à approfondir les réflexions sur les résultats de l’étude afin de préserver et améliorer les acquis de la filière pour les générations futures. Il est question, selon lui, de montrer à la tutelle et aux partenaires que les acteurs sont engagés à mieux faire pour le développement de la filière.

Par ailleurs, il les a invités avec insistance à prendre en compte la sempiternelle question des impayés aux producteurs, estimant que l’objectif de réduction de la pauvreté en milieu rural est encore loin d’être atteint.

Pour permettre aux professions des filières agricoles de mieux s’outiller pour accompagner les nouvelles politiques de développement, l’Etat a procédé à la mise en place de nouvelles réformes pour les interprofessions en Côte d’Ivoire. Ces dispositions nécessitent pour lesdites organisations, la mise en place d’un plan stratégique de développement qui s’inscrit dans le cadre des politiques et orientations nationales de leur secteur.

C’est dans ce cadre que l’Intercoton de la filière coton a lancé cette étude. Elle bénéficie de l’appui financier de la Banque mondiale et l’Agence française de développement, dans le cadre du C2D à travers le Projet d’appui au secteur agricole en Côte d’Ivoire (PSAC).

(Agrici.net)…

2 février 2018

Les structures agricoles déconcentrées satisfaites de la gouvernance de Sangafowa

Abidjan, 2 fev (AGRICI.NET) – Lors de la 3ème édition de la Réunion de cabinet du ministère de l’Agriculture et du Développement rural (MINADER) élargie aux directeurs régionaux et départementaux, jeudi à l’Auditorium de l’immeuble de la Caistab, à Abidjan – Plateau, les structures déconcentrées ont exprimé leur satisfaction quant à la gouvernance du ministre Mamadou Sangafowa Coulibaly, eu égard aux réponses apportées à leurs différentes préoccupations.

Au nom des services déconcentrés du MINADER, le directeur régional de l’Agriculture et du Développement rural du Gbêkê, Kouassi Koffi Pascal, a affirmé que le passage en revue des deux précédentes Réunions du genre établit que beaucoup a été fait au profit de ces structures, ces dernières années.

Il en veut pour preuves, les équipements en matériel roulant, technique, informatique et de bureau, la réhabilitation ou la construction de bureaux et la dotation en personnel. Des acquis, dit-il, qui permettent aux agents d’être beaucoup plus opérationnels sur le terrain.

Toutefois, a poursuivi le président de la conférence des directeurs régionaux du MINADER, certaines préoccupations n’ont pas encore été satisfaites. Celles-ci concernent notamment les besoins en formation, le manque de sensibilisation dans les zones hors projet de sécurisation foncière.

Il y a aussi la difficulté pour les directeurs régionaux (DR) et départementaux (DD) de disposer de statistiques agricoles fiables, pour laquelle il préconise la mise en place d’un système permanent de recueil de données. L’application du barème d’indemnisation des cultures détruite et le suivi des organisations professionnelles agricoles (OPA) font partie des défis à relever, selon M. Kouassi.

S’y ajoutent de nouveaux sujets de préoccupations portant, entre autres, sur les relations entre les directions centrales et les services déconcentrés, la prise en charge des agents victimes d’accident de travail, l’implication des DR et DD dans le suivi-évaluation des projets et programmes, ainsi que la gestion des activités menées en relation avec les autres autorités.

En réponse, le ministre Sangafowa Coulibaly, entouré de ses proches collaborateurs, a salué le porte-parole des DR et DD pour la qualité du document et sa concision, ainsi que le sens de responsabilité avec lequel il a été rendu.

Traduisant sa fierté de pouvoir compter sur des collaborateurs aussi efficaces, le ministre a insisté sur sa détermination à améliorer leurs conditions de travail pour atteindre les objectifs fixés par le Gouvernement, voire les dépasser. Il a assuré que ces préoccupations nouvelles qui sont inhérentes à la marche du département ministériel dont il a la charge, seront étudiées en vue de leur satisfaction d’ici la prochaine réunion.

Instituée en 2016, la Réunion de cabinet du MINADER élargie aux services déconcentrés se tient à la veille de la cérémonie officielle d’échanges de vœux entre le ministre Sangafowa et tous ses agents. Celle-ci est l’occasion de donner les orientations pour la nouvelle année.

(AGRICI.NET)…

31 janvier 2018

Côte d’Ivoire / Crise du Cavally : un projet de réhabilitation des forêts classées lancé à Guiglo

Guiglo, 31 jan (Agrici.net) – Le ministre des Eaux et Forêts, Alain Donvahi a procédé lundi à Guiglo, au lancement des activités du projet relatif à la réhabilitation des forêts classées du Cavally et du Goin-Débé dénommé « projet ISLA/IDH/SODEFOR ».

Selon le ministre, le projet dans son processus exécutoire, va permettre à la fondation néerlandaise IDH en collaboration avec la Société de développement des forêts (SODEFOR), de recenser les chefs d’exploitation avec la cartographie de leurs parcelles, sur une période de trois mois. Il a souligné que pour l’instant, les plantations ne seront pas détruites mais la naissance de nouvelles plantations sont fortement interdites.

L’objectif général de cette activité est d’inviter les populations à contribuer à la réussite dudit projet. C’est un projet né des conflits fonciers déclenchés dans les forêts classées du Cavally et du Goin-Débé et du besoin du gouvernement de régler définitivement ces problèmes.

Le lancement a été fait en présence des ministres de l’environnement et du Développement durable, Anne Désirée Ouloto et de la Solidarité, de la Femme et de la Protection de l’enfant, Koné Mariatou.

(Agrici.net)…

30 janvier 2018

Côte d’Ivoire-Inter/Plus de 500 leaders mondiaux du secteur des engrais attendus à la conférence Phosphates 2018

Abidjan, 30 jan (Agrici.net)-Plus de 500 leaders mondiaux du secteur des engrais seront présents à la conférence Phosphates 2018 organisée à Marrakech (Maroc) par CRU et OCP du 12 au 14 mars prochain.

En partenariat avec l’International Fertilizer Industry Association (IFA), sous l’égide de la société nationale des phosphates du Maroc, OCP, cette 11e édition de la conférence Phosphates attire plus de 500 décideurs économiques et opérationnels couvrant toute la chaîne d’approvisionnement en phosphates et en engrais, pour explorer la dynamique de l’offre et de la demande ainsi que les dernières technologies pour l’extraction et la production, indique un communiqué parvenu mardi à l’AIP.

Le Maroc est l’un des centres névralgiques en matière d’investissement et d’innovation dans l’extraction et la transformation du phosphate grâce à un ambitieux programme d’expansion mis en place par OCP, signale-t-on.

Selon un responsable des phosphates chez CRU, Chris Lawson, la dynamique du marché des phosphates a divergé considérablement pendant l’année 2017.

« La conférence de 2018 de CRU sur les phosphates inclut un vaste programme qui aide à clarifier non seulement la dynamique du marché mondial, mais aussi les évolutions dans le domaine des engrais spécialisés et de niche, et la façon dont la technologie change rapidement l’avenir de l’agriculture et, en fin de compte, la demande d’engrais », a ajouté M. Lawson.

Le programme de la conférence offre de nombreuses opportunités de réseautage et permet de découvrir en direct les derniers services et innovations proposés par plus de 50 fournisseurs du secteur.

Une visite du site minier de Khouribga appartenant à OCP, pour voir en direct la production de phosphate et d’engrais, et la plate-forme industrielle intégrée d’engrais de Jorf Lasfar, est également prévue au programme de la conférence Phosphates 2018 qui aura pour cadre l’hôtel Mövenpick Mansour Eddahbi de Marrakech.

(Agrici.net)…

29 janvier 2018

Lancement à Koubi (Tiebissou) de la caravane « zéro feu de brousse » en Côte d’Ivoire

Yamoussoukro, 29 jan (Agrici.net) – Le ministre des eaux et forêts, Alain Richard Donwahi a procédé vendredi à l’école de pêche et de pisciculture de Koubi village situé à 5km de Tiébissou, au lancement de la caravane nationale de sensibilisation des populations pour lutter contre les feux de brousse.

La 22e édition de la caravane de sensibilisation a pour thème « cette année ensemble pour zéro feu de brousse partout en Côte d’Ivoire « . Elle va durer jusqu’en mars et va sillonner quatre régions, la région du Bélier, de la Marahoué, du Béré et du Worodougou.

Les feux de brousse ont dévasté lundi une trentaine d’hectares de champs d’anacardiers en pleine production à Bohizra dans la commune de Zuénoula, et une dizaine d’hectares de plantations d’anacardiers dans les localités de N’Gala, de Tagbonon, et de Lahoré dans le département de Dabakala. Le préjudice se chiffre à des dizaines de millions de francs CFA a précisé le ministre Alain Richard.

Chaque année à la même période de sécheresse de novembre à mars des milliers d’hectares de plantations agricoles et de forêts sont ravagés par les feux, des villages sont incendiés et des familles endeuillées. En 2016 après le passage, des feux de brousse qui ont causé le décès de 17 personnes, détruit dix villages, décimés 1100 hectares de cultures ravagés d’importants dégâts matériels occasionnés, évalués à plus de 204 milliards F CFA.

« Comme vous pouvez le constater les dégâts causés par les feux de brousse sont impressionnants drastiques et tragiques (…) les feux de brousse constituent à la fois une menace grave, pour la survie de nos forêts et un réel danger pour l’économie et la vie des populations », a fait remarquer le ministre Alain Richard Donwahi.

« Si nous n’agissons pas maintenant, il sera trop tard demain » a prévenu le ministre des eaux et forêts. Il a exhorté les 1243 comités de lutte contre les feux de brousse à redoubler de vigilance dans leurs différentes localités avant d’engager les populations individuellement et collectivement au civisme et à une profonde prise de conscience pour vaincre le fléau et à faire en sorte qu’il ait « zéro feu de brousse en Côte d’Ivoire » pour le reste de la saison sèche et pour toujours.

Présidant la cérémonie de lancement de la 22e édition de la campagne nationale contre les feux de brousse le président du conseil régional du Bélier Jeannot Ahoussou Kouadio a indiqué que les feux de brousse volontaire ou involontaire sont provoqués. Aussi-a-t-il invité les populations de la localité à s’entourer de beaucoup de prudence dans leurs activités champêtres et à surtout répondre à l’invitation du gouvernement pour préserver le couvert végétal le patrimoine commun et socle de l’agriculture.

Le lancement de la caravane nationale de sensibilisation des populations contre les feux de brousse a vu la présentation du lauréat du prix d’excellence 2017 du meilleur comité de lutte contre les feux de brousse l’Ong « Ebo-Egnanti » de Bouaffo Kakoutié de Yakassé-Féyassé et la remise …

26 janvier 2018

Côte d’Ivoire/ Les acteurs de la filière anacarde de Bouna instruits sur la bonne pratique agricole

Bouna, 26 jan (Agrici.net) – Les acteurs de la filière anacarde du département de Bouna ont été instruits sur la bonne pratique agricole devant leur permettre de commercialiser des produits de meilleure qualité.

La centaine de producteurs présente, mercredi, dans la salle du Foyer des jeunes a été instruite par le technicien à l’Agence nationale d’appui au développement rural (ANADER) de Bouna, Diakité Laye. Celui-ci, dans un exposé très illustré, leur a présenté les cinq étapes à respecter dans le cadre d’une bonne pratique agricole portant sur l’anacarde.

Selon le technicien, cette pratique démarre avec le nettoyage de la plantation, puis le ramassage des fruits tombés, et ce, le plus tôt possible, suivi de la séparation de noix à la pomme à l’aide d’une ficelle.

« Ensuite vient une étape clé, le séchage et le tri de la noix de cajou. Ici, le respect des délais et des conditions de séchage sont de mise. Enfin le bon conditionnement et stockage des produits dans les sacs en jute agréés par le Conseil du coton et de l’anacarde doivent finaliser le processus de la bonne pratique », a-t-il conclu.

(Agrici.net)…

26 janvier 2018

Côte d’Ivoire/Les meilleures agricultrices de Gbêke bientôt primées

Bouaké, 26 jan (AIP)-Les meilleures productrices agricoles de la région de Gbêkê seront primées en mars, dans le cadre d’un projet de valorisation de la femme battante, baptisé « Femme d’honneur ».

La présidente du comité d’experts chargés de la sélection, Mme Bléou Yvette, a fait savoir, ont annoncé, jeudi, à Bouaké, que sept femmes seront nominées parmi toutes les candidatures enregistrées. Elles auront toutes des prix. Toutefois le super-prix « Femme d’honneur 2018 » sera attribué à l’une des sept nominées au cours d’un diner gala placé sous le patronage du ministre de l’Agriculture et la présidence du ministre des Transports.

Ce dîner-gala sera parrainé par la conseillère spéciale du Chef de l’Etat, Euphrasie Kouassi Yao, a-t-elle ajouté.

Les critères de sélection portent sur le leadership, le dynamisme, l’usage des nouvelles technologies par les candidates dans leurs activités, l’implication des structures étatiques reconnues dans l’encadrement des productrices, l’effectif du cheptel (pour l’élevage) et l’observation de tous les paramètres de l’élevage.

La promotrice du projet, Estelle Hadassa Assoumou, animatrice à RTI Bouaké, a indiqué que cette 4e édition de « Femme d’honneur » met l’accent sur la production des denrées végétales et l’élevage, parce que les femmes qui s’adonnent à ces activités fournissent d’énormes efforts et méritent d’être encouragées et honorées.

Le prix « Femme d’honneur » a pour objet de faire la promotion de la femme battante, parce que les femmes sont de plus en plus dynamiques, braves, exceptionnelles, ont du potentiel et font des travaux formidables, a-t-elle souligné.

Les trois éditions précédentes ont récompensé les femmes qui investissement dans la transformation des produits agricoles, la commercialisation des denrées agricoles à grande échelle et les femmes qui témoignent d’un meilleur leadership.

(Agrici.net)…

25 janvier 2018

Côte d’Ivoire/ Des acteurs de la filière anacarde de Bouna sensibilisés sur la qualité de la noix

Bouna, 25 jan (Agrici.net)- Les acteurs de la filière anacarde du département de Bouna ont été sensibilisés mercredi, au foyer des jeunes, sur la qualité de la noix de cajou. Cette activité, initiée par la direction générale du Conseil du coton et de l’anacarde, a pour objectif d’informer et d’impliquer ces acteurs dans la mise en œuvre scrupuleuse des dispositions de la commercialisation notamment celles liées à la qualité des produits. « La meilleure qualité des produits passe nécessairement par un bon séchage », a fait savoir le technicien de l’Agence nationale d’appui au développement rural (ANADER), Diakité Laye qui a, par la suite, invité chaque acteur à observer cette prescription.…

25 janvier 2018

Côte d’Ivoire/ Six hectares de boutures de manioc offerts aux femmes

Lakota, 25 jan (Agrici.net) – Le député de Lakota, Kouyaté Abdoulaye, a mis à la disposition des femmes de Lakota, des boutures de manioc pour une superficie de six hectares. « Aujourd’hui, c’est chose faite, la pépinière est réalisée non loin de la ville de Lakota », a indiqué le député, samedi, lors de son passage dans le village de Gahou. Il a appelé au regroupement des femmes. Les boutures sont de la variété de manioc communément appelée ‘’Yacé’’ qui peut produire jusqu’à 300 tonnes à l’hectare.…

Newsletter Powered By : XYZScripts.com