Côte d’Ivoire : le cacao équitable est-il rentable ?

16 mai 2018

Les producteurs ivoiriens de cacao se lancent de plus en plus dans la culture bio, sous l’étiquette du commerce équitable. Présenté comme l’une des solutions aux problèmes du secteur, ce mode de production a montré ses limites, mais reste un solide outil dans la structuration de la filière.

Premier producteur mondial de Cacao, la Côte d’Ivoire a récolté plus de 2 millions de tonnes au terme de la campagne 2016-2017, selon les chiffres de l’instance ivoirienne de régulation du secteur, le Conseil café-cacao (CCC). Ce chiffre reflète une surproduction qui s’est accompagnée d’une baisse du prix du cacao à 700 Fcfa le kilo, soit 1,07 euros, aggravant également la déforestation du pays. L’une des alternatives souvent proposées pour une culture durable du cacao est la promotion des produits bio, labélisés et certifiés.

«La production bio en tant que telle est très rare.Mais, en Côte d’Ivoire, on estime que 80 % de la production cacaotière peut remplir les critères des produits bio, vue la faible utilisation des fertilisants et autres produits chimiques dans les cultures »,précise Konan Toussaint Nguessan, président de l’Organisation mondiale des Cultivateurs de Cacao (OMCC).

En effet, la culture du cacao certifié commerce équitable a le vent en poupe. Le secteur compte en 2017 le plus grand nombre de coopératives labellisées fair trade en Afrique de l’Ouest. Elles étaient 113 en 2017 contre 18 en 2013. Sur 600 000 producteurs ivoiriens de cacao, 25 000 s’y sont mis, selon une étude de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO).

Comme dans le cas de la production classique, le cacao équitable implique à la fois les exportateurs, les acheteurs, les contrôleurs qualité, entre autres. Perçue comme une solution, la production du cacao certifié ou labellisé a montré ses limités dans l’amélioration des conditions du producteur.  Lire la suite sur latribune.fr

Comments

comments

Newsletter Powered By : XYZScripts.com