Pourquoi le café Robusta ne décolle-t-il pas en Afrique de l’Ouest?

29 janvier 2018

29 Jan. (Commodafrica) – Pour Denis Seudieu, chef économiste à l’Organisation internationale du café (OIC), le démarrage tardif de la compagne de commercialisation du café en Côte d’Ivoire explique le manque d’engouement pour cette culture du Robusta face au cacao. Des filières, au plan national, qui sont lourdement impactés par les flux de contrebande, certains pays comme la Guinée, le Sénégal, le Mali étant d’importants consommateurs de café.

Un Robusta dont le prix mondial a bien augmenté, souligne le spécialiste qui livre son analyse du marché mondial, estimant que la distinction entre pays producteurs et pays consommateurs est appelée à disparaître prochainement.

Une interview exclusive CommodAfrica.

Le café Robusta en Afrique de l’ouest ne semble pas décoller. Pourquoi ?

Oui, les filières ne démarrent pas car les politiques de soutien n’ont pas encore eu d’effets. La production est toujours relativement faible. Il faut encore un peu attendre pour savoir si les stratégies de relance en Côte d’Ivoire, au Cameroun et ailleurs auront un impact.

Si on regarde la Côte d’Ivoire, on a l’impression que tout est fait pour le cacao mais le café, on n’en entend peu parler….

Les autorités mettent beaucoup plus l’accent sur le cacao car ce sont de gros volumes et la filière occupe une bonne partie de la population du pays. La production de café en Côte d’Ivoire est attendue aux alentours des 1,5 millions de sacs de 60 kg cette campagne 2017/18, soit environ 90 000 tonnes (t). On est loin des 300 000 t en 2000. Dans le cadre de la politique de relance approuvée par le gouvernement courant 2014, il était prévu qu’on atteigne 200 000 t au bout de 3 ou 4 ans. Mais on stagne à 90 000-120 000 t. Mire la suite sur Commodafrica.com

Comments

comments

Translate »
Newsletter Powered By : XYZScripts.com