Bafing/Conflits éleveurs-agriculteurs : La chambre régionale d’agriculture s’oppose à la transhumance clandestine

25 décembre 2017

(fratmat.info) Il ressort que des éleveurs transhumants chassés de la Guinée seraient établis avec la complicité de certains jeunes mis en mission par une autorité locale.

Bafing/Conflits éleveurs-agriculteurs : La chambre régionale d’agriculture s’oppose à la transhumance clandestine

Les conflits éleveurs-agriculteurs très récurrents dans la région du Bafing au nord-ouest de la Côte-d’Ivoire, ont amené les décideurs à mettre en place un certain nombre de règles à observer en matière d’installation et de la circulation des troupeaux de bœufs dans la région du fleuve noir. Voilà que depuis peu, au mépris de la règlementation en vigueur, la chambre régionale d’agriculture du Bafing par le biais de ses délégués dans le département de Ouaninou, est informée d’un risque d’invasion du Bafing par des bœufs en provenance de la Guinée.

Afin de cerner tous les contours et de posséder tous les ressorts pour une solution rationnelle de ce problème délicat, Karim Bamba, président régional de la chambre d’agriculture du Bafing, au cours d’une réunion au siège de Touba le 22 décembre2017, a, entendu ses émissaires sur le terrain.

Il ressort de leur exposé que des éleveurs transhumants chassés de la Guinée seraient établis depuis peu dans le village frontalier de Zabanangoro. Et ce, avec la complicité de certains jeunes mis en mission par une autorité locale contre payement de la somme de 50 mille F Cfa par troupeau admis.

Des révélations très troublantes au regard des risques évidents de destructions des cultures par les bêtes installées qui débouchera inéluctablement sur des tensions, le bureau régional de la chambre d’agriculture a décidé de l’organisation dans les tous prochains jours, d’une réunion à Ouaninou avec l’ensemble des acteurs de la filière bétail. Après quoi, le président régional en personne, conduira une mission sur place à l’effet d’avoir une séance de travail avec le préfet de département.

Au terme de toutes ces rencontres, a dit Karim Bamba, un rapport sera produit et destiné au préfet de région ainsi qu’au bureau national de la faîtière avec à l’intérieur des propositions concrètes à adresser pour une résolution durable du problème susmentionné.

YAHAYA KARAMOKO

CORRESPONDANT REGIONAL

Comments

comments

Translate »
Newsletter Powered By : XYZScripts.com