La Côte d’Ivoire met en place un plan d’action pour soutenir le cacao et lutter contre la déforestation

17 novembre 2017

(afrik) La Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de cacao, prévoit de légaliser l’agriculture sur près de 2 millions d’hectares de réserves protégées pour favoriser la production de ses exportations les plus importantes mais aussi de récupérer une partie des terres exploitées illégalement pour y replanter des arbres. Une décision vitale pour la préservation des forêts tropicales de la zone.

la Côte d’ivoire a l’un des taux de déforestation les plus élevés en Afrique, avec la disparition de près de 80 pour cent de ses forêts depuis les années 1970 rapporte Bloomberg. Cela est principalement dû à l’installation non autorisée des producteurs de cacao, mais aussi au commerce illégale du bois, de la production du caoutchouc et de l’exploitation minière à petite échelle.

Le ministre Alain Richard Donwahi a présenté cette semaine à des partenaires financiers et à des organisations non gouvernementales un plan pour stopper cette hémorragie et le porte-parole du gouvernement, Bruno Kone, a confirmé le contenu du rapport.

La Côte d’Ivoire a produit un record de 2 millions de tonnes de cacao au cours de la saison 2016-2017 et jusqu’à 40% de sa production de cacao pourrait provenir de parcs protégés et de parcs nationaux. le pays va donc légaliser l’agriculture dans les zones profondément détruites “pour poursuivre le développement socio-économique du pays”, explique le rapport. Environ un quart de la population ivoirienne vit en lien avec l’industrie du cacao qui représente 29% de la valeur des exportations totales du pays en 2015 précise Bloomberg.

La déforestation a été accélérée par le conflit de dix ans qui a obligé les gardes du parc à faire face à des rebelles ou à des ex-soldats qui ont saisi des zones protégées et commencé à distribuer des terres en échange de taxes illicites. Les zones forestières de la Côte d’Ivoire sont tombées à 3,4 millions d’hectares en 2015, contre 5,09 millions d’hectares en 2000, montre le rapport.

Si le Gouvernement envisage de légaliser la production dans certaines zones, le rapport prévoit aussi le départ immédiat des producteurs dans cinq zones protégées sur 114 000 hectares afin de procéder à la plantation d’arbres. Dans 31 autres forêts couvrant 427 000 hectares et détruites de 25 à 75 pour cent, le gouvernement devrait mettre en place un plan un retrait progressif de l’agriculture sur une période de 40 ans explique le rapport.

Le gouvernement déploiera 1 000 soldats dans la forêt de Gouin-Debe au cours des trois prochains mois pour commencer à désarmer les cultivateurs de cacao après des affrontements avec des résidents locaux, a déclaré le porte-parole Kone aux journalistes jeudi.

Comments

comments

Newsletter Powered By : XYZScripts.com