Conseil d’administration de la PAFO : Les membres invités à travailler sur le renforcement mutuel de leurs initiatives

11 novembre 2017

(Lefaso.net) Ouagadougou abrite les 10 et 11 novembre 2017, la 2e session du conseil d’administration de la Pan African Farmers’ Organization (PAFO), en français Organisation panafricaine des agriculteurs. Au cours de la première journée, la quinzaine de participants vont aborder la question du partenariat de la PAFO avec la Banque africaine de développement(BAD). Djiénéba Diallo, membre du collège régional des femmes, a présidé la cérémonie d’ouverture.

Conseil d’administration de la PAFO : Les membres invités à travailler sur le renforcement mutuel de leurs initiatives
Dans son intervention, la représentante du Réseau des organisations paysannes et des producteurs agricoles de l’Afrique de l’Ouest (ROPPA) s’est dit honorée du choix du Burkina Faso pour abriter la 2e session du conseil d’administration de l’organisation panafricaine des agriculteurs (PAFO). « Tenir une rencontre de ce genre dans notre pays est un acte de soutien à la lutte de notre pays, une contribution inestimable à la lutte qui se mène dans le monde contre l’insécurité des personnes liées à l’intégrisme quel que soit son genre et sa forme », a signifié Djiénéba Diallo, qui soutient par ailleurs que seule la solidarité entre les peuples permettra de parvenir à bout de ce fléau qui mine actuellement le monde.

A en croire Mme Diallo, la PAFO a engrangé des progrès significatifs mais des défis qui sont à la base de sa création « restent là, têtus, certains mêmes s’accentuent ». Selon des études et des analyses, il y a une augmentation de la fréquence et la sévérité de la faim et de la malnutrition sur le continent. « L’Afrique n’a toujours pas réussi à transformer son potentiel démographique en un véritable levier pour la transformation de son agriculture. Aussi, nous vivons tous les jours à travers les médias, le désespoir des jeunes qui se jettent dans les océans et qui affluent dans les villes qui manques de réponses adéquates à leurs préoccupations d’emplois », confirme-t-elle. Face à cette situation, une réflexion continuelle et profonde s’impose.

Ainsi, au cours du présent conseil d’administration, la quinzaine de participants vont aborder la question du partenariat de la PAFO avec la Banque africaine de développement. « Depuis l’année dernière, en septembre, nous avons reçu le directeur de la PAFO pour nouer un partenariat avec pour objectif le renforcement des capacités des différents membres, l’octroi des prêts aux femmes pour leur permettre de s’impliquer davantage dans l’activité agricole. A travers ce partenariat, nous voulons également permettre aux autorités des différents pays de s’impliquer davantage dans le secteur agricole », confie la directrice de cabinet de l’institution, Maria Mulindi.

Dans le cadre de la mise en œuvre de ces projets, la BAD prévoit l’élaboration d’un mémorandum d’ici l’année prochaine. Puis à Mme Mulindi d’inviter les participants à des échanges francs et fructueux. « A l’issu de la rencontre, nous allons recueillir toutes les informations utiles pour que, une fois de retour chez nous, nous puissions travailler efficacement et répondre utilement à vos besoins à travers un plan d’action », a-t-elle fait savoir.

En rappel, la PAFO est constituée de cinq réseaux de l’Afrique du Nord, de l’Ouest, Central, l’Est et l’Afrique du Sud. Il s’agit entre autre de la Plate-forme des réseaux des organisations de l’Afrique centrale. L’objectif de cette organisation panafricaine, selon son président, Abdelmajid Ezzar, est de renforcer les capacités des organisations des paysans pour que l’agriculture soit attractif, équitable pour les femmes mais aussi et surtout pour que la répartition des marges bénéficiaires issues de l’exploitation des filières agricoles rémunère leurs efforts et investissements consentis.

Une session à huis clos est prévue pour la deuxième journée. Elle aura 7 points à l’ordre du jour, parmi lesquels, l’examen et l’adoption du compte-rendu du conseil d’administration précédent, la revue de la matrice des décisions du dernier conseil d’administration, le rapport de la PAFO 2017, la matrice des actions entreprises et en cours et le plan d’action de la PAFO 2018.

Pour l’organisation logistique de cette rencontre, le secrétariat exécutif du ROPPA a apporté un appui à la secrétaire exécutive de la PAFO.

Aïssata Laure G. Sidibé

Comments

comments

Newsletter Powered By : XYZScripts.com