Côte d’Ivoire / Cacao : Les exportateurs évitent les localités proches du Ghana

1 novembre 2017

En Côte d’Ivoire, des exportateurs de cacao ne pré-financent plus les acheteurs et les coopératives des localités proches du Ghana, a constaté Bloomberg. La raison à les en croire c’est que la contrebande ne rend pas ces opérations viables.

Les exportateurs de cacao évitent d’avancer de l’argent aux acheteurs et coopératives proches du Ghana pour éviter des désagréments. Ceci parce que les planteurs préfèrent vendre leurs fèves au voisin de l’Est de la Côte d’Ivoire en raison du différentiel de prix qui favorise mieux la contrebande. Ces exportateurs, à en croire Jeune Afrique, craignent de ne pas pouvoir se procurer assez de fèves pour recouvrer leurs financements.

Le prix de la fève au Ghana (1735 dollars la tonne) dépasse de 30% celui de la Côte d’Ivoire (1270 dollars la tonne). C’est donc cet écart qui pousse certains producteurs ivoiriens à contribuer à la contrebande.

A mi octobre 2017, des exportateurs et négociants interrogés par l’Agence Reuters ont déclaré que 80000 à 100000 tonnes de fèves ivoiriennes ont déjà traversé illégalement les frontières du pays en direction du Ghana, ceci, au lendemain de l’annonce de la diminution du prix du cacao en Côte d’Ivoire.

Des prévisions du Conseil du café cacao (CCC -organe de régulation de la filière ivoirienne-) basées sur des études de Bloomberg, ont démontré que la Côte d’Ivoire pourrait perdre 400 000 de tonnes soit le cinquième de sa production nationale, en raison de ce décalage de prix entre elle son voisin de l’Est.

Ariel GBAGUIDI / beninmondeinfos.com

Comments

comments

Newsletter Powered By : XYZScripts.com