CÉLÉBRATION DE LA 37ème JOURNÉE MONDIALE DE L’ALIMENTATION: DISCOURS DU MINISTRE DE L’AGRICULTURE

16 octobre 2017

Madame la Grande Chancelière de l’Ordre National ;
Monsieur le Ministre des Ressources Animales et Halieutiques ;
Monsieur le Représentant du Ministre de l’Intégration Africaine et des Ivoiriens de l’Extérieur ;
Monsieur le Préfet de la Région des Grands Ponts, Préfet du Département de Dabou ;
Mesdames et Messieurs les Préfets ;
Mesdames et Messieurs les Sous-Préfets ;
Monsieur le Président du Conseil Régional des Grands Ponts ;
Mesdames et Messieurs les Députés ;
Mesdames et Messieurs les Maires ;
Excellences Mesdames et Messieurs les Représentants des Missions diplomatiques ;
Monsieur le Représentant de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) en Côte d’Ivoire ;
Monsieur le Représentant du Fonds International pour le Développement Agricole (FIDA) en Côte d’Ivoire ;
Madame la Représentante du Programme Alimentaire Mondial (PAM) en Côte d’Ivoire ;
Mesdames et Messieurs les Cadres de la Région des Grands Ponts ;
Mesdames et Messieurs les membres des différents Cabinets Ministériels ;
Mesdames et Messieurs les Directeurs Généraux, Directeurs Centraux, Directeurs Régionaux et Chefs de Services ;
Mesdames et Messieurs les Représentants des Structures privées, partenaires de cette Journée ;
Mesdames et Messieurs les Représentants des organisations professionnelles agricoles ;
Distingués Chefs traditionnels et Guides religieux ;

Chers Amis de la presse ;

Honorables invités, Mesdames et Messieurs ;

Je voudrais avant tout propos, rendre un hommage mérité à Madame Henriette DAGRI-DIABATE, Grande Chancelière de l’Ordre National de Côte d’Ivoire, première Femme Présidente d’Institution et première Femme Ministre d’Etat en Côte d’Ivoire.

Madame la Grande Chancelière, nous sommes très honorés et heureux de vous compter parmi nous, pour célébrer cette 37ème édition de la Journée Mondiale de l’Alimentation.

Au nom de la grande famille du monde agricole, et en mon nom personnel, je vous adresse mes vifs et profonds remerciements pour avoir accepté de présider cette manifestation nationale.

Distingués invités,

Braves populations des Grands Ponts,
Je voudrais vous remercier de votre présence massive à cette cérémonie commémorative de la Journée Mondiale de l’Alimentation ; journée consacrée à la célébration de l’Agriculture, qui a fait de la Côte d’Ivoire, un pays qui compte dans le monde.

Qu’il me soit permis de dire grand merci aux organisations internationales, notamment la FAO, le PAM et le FIDA, les partenaires bilatéraux et les opérateurs économiques du secteur privé, pour leurs appuis constants à la sécurité alimentaire en Côte d’Ivoire et pour leur contribution à l’organisation de ces présentes journées.

Honorables invités,

Mesdames et messieurs,
Comme vous le savez, la Communauté Internationale célèbre tous les ans, le 16 octobre, la Journée Mondiale de l’Alimentation.

La 37ème édition que nous célébrons ce jour, a pour thème : « Changeons l’avenir des migrations. Investissons dans la sécurité alimentaire et le développement rural ».

En effet, selon les Nations Unies, en 2015, il y a eu 244 millions de migrants internationaux, un chiffre en augmentation de 41 pour cent comparé à l’an 2000.

Dans le même sens, l’Organisation Internationale pour les Migrations, en abrégé OIM, indique qu’à la fin 2016, 56 millions de personnes sont plongées dans une situation de déplacement prolongé, se retrouvant généralement dans l’incapacité de travailler ou d’accéder aux services sociaux de base.

Selon l’OIM, deux types de migration sont à noter : la migration interne et la migration internationale.
La migration interne inclut les mouvements de population à l’intérieur d’un pays. Elle prend en compte : l’exode rural, les migrations saisonnières en lien avec les calendriers agricoles, le retour des populations urbaines vers les zones rurales ou vers d’autres zones urbaines.

La migration internationale quant à elle, inclut les mouvements de personnes qui quittent leur pays d’origine, ou leur pays de résidence habituel, pour s’établir de façon permanente ou temporaire dans un autre pays. Dans ce cas, une frontière internationale est franchie.

Honorables invités,
Mesdames et messieurs,

Les migrations font partie intégrante du processus de développement et peuvent présenter de nombreuses opportunités. Toutefois, leur augmentation mondiale pose de nombreux défis à relever.

Pour notre pays, la migration internationale vers la Côte d’Ivoire et la migration interne ne sont pas nouveaux. Ce qui est nouveau, c’est la migration internationale « clandestine ».

En effet, la Côte d’Ivoire pays d’accueil, compte plus de 26% de sa population, de personnes venues d’ailleurs.
Ces populations que nous accueillons, et les migrations des ruraux vers d’autres zones rurales en lien avec la production agricole, ont largement contribué au développent agricole de notre pays.

Je tiens donc à féliciter et remercier ces vaillantes populations, pour leur contribution à l’économie nationale.
En ce qui concerne la migration internationale « clandestine », certaines sources indiquent que près de 13 000 présumés ivoiriens auraient été accueillis sur les côtes italiennes. Ce qui fait de la Côte d’Ivoire, l’un des principaux points de départ vers les pays européens via le Niger et la Lybie.

C’est le lieu pour moi d’interpeller notre jeunesse à s’investir et à valoriser les ressources encore inexploitées de ce pays ! Car être migrant ou personne déplacée n’implique pas uniquement un changement d’emplacement physique, mais un bouleversement de nombreux aspects de la vie quotidienne.

Honorables invités,
Mesdames et messieurs,

La seule façon de lutter efficacement contre la migration internationale clandestine, est d’investir dans les zones de départ, notamment en milieu rural.

C’est d’ailleurs la voie qu’a choisie notre pays. Comme vous le savez, le succès de la Côte d’Ivoire a reposé, et continuera de reposer pour longtemps sur l’agriculture. Le secteur agricole est le seul secteur qui offre les meilleures opportunités d’emplois et de création de richesses.

Pendant des décennies, les retombées des investissements dans le secteur agricole ont permis de financer les investissements dans les secteurs sociaux de base et dans les infrastructures économiques. Ces investissements ont lancé et soutenu la croissance économique en Côte d’Ivoire.

Il est maintenant temps que le milieu rural bénéficie pleinement des richesses qu’il crée.

En 2011, le Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA a redonné à l’agriculture sa vocation initiale, telle que voulu par le Père fondateur, en affichant une volonté politique et une vision claires.
Sous son impulsion et son soutien constant à notre secteur, nous avons pu :

– mobiliser, de 2012 à 2016, pour la mise en œuvre du PNIA, 1 622 milliards de Francs CFA sur un besoin de financement de 2040 milliards soit près de 80% de taux de mobilisation ;
– augmenter régulièrement les productions de toutes nos cultures ;
– augmenter régulièrement les ressources directement captées par les producteurs
– réaliser d’’importantes infrastructures socioéconomiques, contribuant ainsi, à améliorer le quotidien des populations rurales.

Le PNIA 2 en cours d’élaboration viendra consolider ces acquis et mettra l’accent sur la transformation structurelle de notre agriculture, à travers :

(i) le développement de la valeur ajoutée agricole ;
(ii) la mise en place de systèmes de production durables et respectueux de l’environnement ;
(iii) une croissance inclusive, garante du développement rural et du bien-être des populations.
Nous sommes confiants que les résultats seront au rendez-vous avec l’engagement de tous, pour un plan cohérent et un financement conséquent de notre agriculture.

Pour ce qui concerne Jacqueville,

Je suis également venu aujourd’hui avec des kits agricoles d’un montant de 22 millions de FCFA. Ces kits composés de 25 tonnes d’engrais, 500 pulvérisateurs, 600 arrosoirs et 600 houes industrielles, sont destinés aux coopératives du secteur du vivrier dans les Grands Ponts.

Nous avons aussi reconnu le travail de deux de nos collaborateurs, Messieurs YOBOUE N’Guessan et ALIDJOU Touré, respectivement Directeurs Départementaux de l’Agriculture de Jacqueville et de Grand-Lahou, qui feront valoir leurs droits à la retraite en fin d’année. Leurs parcours vous ont été dits tout à l’heure. Ce sont des travailleurs acharnés qui ont tout mis au service de l’agriculture.

Mesdames et Messieurs,
Je voudrais terminer mes propos par une toute dernière annonce : la Direction Départementale de l’Agriculture sera réhabilitée, pour un budget de 195 975 680 F CFA. Dans peu de temps, les acteurs du monde agricole de Jacqueville, travailleront dans de meilleures conditions.

Et, c’est sur cette note d’espoir que je souhaite plein succès à l’édition 2017 de la Journée Mondiale de l’Alimentation et vous remercie encore pour votre présence nombreuse et vous souhaite à tous un bon retour dans vos localités respectives.

Je vous remercie

Comments

comments

Newsletter Powered By : XYZScripts.com