Discours du Ministre de l’Industrie à la Première Réunion du Conseil des Ministres du Conseil International Consultatif du Cajou (CICC)

29 septembre 2017

Monsieur le Ministre de l’Agriculture et du Développement Rural ;

Mesdames et Messieurs les Ministres venus des pays frères ;

Mr le Représentant de Mme le Maire de la commune de Port-Bouët ;

Excellences Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs ;

Mesdames et Messieurs les Représentants des Partenaires au Développement ;

Monsieur le Directeur Général du Conseil du Coton et de l’Anacarde ;

Mesdames et Messieurs les experts et hauts fonctionnaires venus des pays frères ;

Mesdames et Messieurs les représentants des Chambres consulaires et Organisations Professionnelles du Secteur Privé ;

Mesdames et Messieurs les membres du Comité d’organisation ;

Chers amis des Médias ;

Honorables invités ;

Mesdames et Messieurs.

C’est à la fois un grand honneur pour moi et un agréable plaisir de prendre la parole ce jour, à l’occasion de cette première réunion du Conseil des Ministres du Conseil International Consultatif du Cajou, en abrégé CICC.

J’adresse mes salutations et remerciements à mon collègue et frère Monsieur Mamadou SANGAFOWA COULIBALY, Ministre de l’Agriculture et du Développement Rural, co-Président de cette première session du Conseil des Ministres du CICC. Mr le Ministre, sous la haute autorité du Président de la République, SEM Alassane Ouattara, vous êtes l’artisan des progrès récents du secteur agricole de la Côte d’Ivoire en général et de façon particulière des performances de la production d’anacarde que notre pays enregistre et qui l’ont hissé au rang de premier pays producteur de l’anacarde au Monde.

J’associe à ces remerciements, tous les Ministres et les représentants des Ministres des pays membres du CICC qui ont bien voulu répondre à l’invitation de la Côte d’Ivoire en rehaussant de leur présence, l’importance de cette rencontre. Je voudrais citer le Sénégal, la Guinée, le Mali, le Burkina Faso, le Ghana, la Guinée Bissau, le Cameroun, le Togo, le Benin et le Mozambique.
Je voudrais, au nom du gouvernement ivoirien, leur souhaiter le traditionnel AKWABA, c’est-à-dire la bienvenue en Côte d’Ivoire, terre d’hospitalité et d’accueil.

Mes remerciements s’adressent aussi aux Ambassadeurs, aux Représentants des institutions internationales et à tous nos Partenaires au développement pour leur présence.

Je voudrais également saluer et féliciter le Conseil du Coton et de l’Anacarde, et pour l’efficacité dont il a fait preuve en organisant cette première réunion du Conseil des Ministres du CICC, moins d’un an après l’adoption de la Convention pour la création du CICC par les pays présents à la deuxième édition du Salon International des Equipements et des Technologies de Transformation de l’Anacarde, le SIETTA 2016.

Je voudrais enfin féliciter tout particulièrement le Directeur Général du Conseil du Coton et de l’Anacarde, Président du comité d’organisation de cette première rencontre du Conseil des Ministres du CICC ainsi que membres dudit Comité pour la bonne organisation de ce premier Conseil.

Honorables Invités,
Mesdames et Messieurs,
L’événement qui nous réunit ce matin est important à plus d’un titre pour les pays producteurs du cajou. Cette rencontre vise en effet à renforcer principalement l’organisation, la gouvernance et l’efficacité d’une filière dont l’intérêt économique et social est de plus en plus croissant pour nos pays.

En effet, le secteur du cajou s’est progressivement imposé comme l’un des secteurs clés de l’économie de plusieurs pays d’Afrique, d’Asie et de l’Amérique du Sud eu égard à son importance socio-économique et à son potentiel de création de valeur ajoutée.

Selon les données de la Banque Mondiale et de l’ONG Rongead rapportées par le Cabinet Deloitte, l’Afrique compte pour 50% de la production mondiale de noix de cajou, estimée à 3 millions de tonnes en 2015. Le reste de la production, provenant essentiellement d’Asie (45%) et de l’Amérique du Sud (5%).

En effet, en Afrique, la noix de cajou connaît depuis quelques années un développement remarquable du fait des faibles coûts de production. Sa production au niveau du continent connait une constante progression, soit près de 10% par an en moyenne.

Elle est passée d’environ 1 000 000 de tonnes en 2012 à plus de 1 500 000 tonnes en 2015, soit une augmentation de près de 50% en 3 années. Cette production constitue plus de 90% de l’offre sur le marché international de noix brutes.

Cette forte croissance de la production du cajou est le fait des efforts déployés au cours de ces dernières années par tous les pays producteurs dans le cadre des stratégies nationales et de divers programmes de coopération avec les partenaires techniques et financiers.

Honorables invités,
Mesdames et Messieurs,
Ainsi, le rapport de la Banque Mondiale révèle également que le taux de transformation du Cajou en Afrique est de 6%, contre 120 % en Amérique du Sud et 226% en Asie.

En dépit de la forte progression de la production agricole, le secteur du cajou reste confronté à de nombreux défis qui empêchent de nombreux pays producteurs de tirer pleinement profit des nombreuses opportunités qu’offre la transformation de cette spéculation, notamment en termes de création d’emplois et de richesse, de réduction de la pauvreté. Car, comme vous le savez, la transformation de 1 000 tonnes de noix brutes entraine la création de 100 emplois directs en moyenne dont près de 80% sont occupés par les femmes.

Ces contraintes portent notamment sur le vieillissement des vergers existants, la mauvaise organisation de la filière, la faible capacité de transformation, la faiblesse des échanges d’information et l’accès limité aux financements notamment pour la transformation de l’anacarde et, l’absence d’un cadre de concertation et d’harmonisation des politiques de développement de la filière anarcade au niveau mondial.

Aussi, pour faire face à ces difficultés, les acteurs de la filière anacarde ont-ils décidé de se regrouper afin de renforcer la synergie de leurs actions, de devenir une force de proposition et d’accroitre leurs capacités de négociation.
Ainsi les pays Africains présents à la deuxième édition du SIETTA tenue du 17 au 19 novembre 2016 à Abidjan, ont adopté la convention portant création de l’organisation internationale de promotion de la filière cajou, dénommée Conseil International Consultatif du Cajou en abrégé CICC.

La convention portant création du CICC a donc fait l’objet de signature par 7 pays producteurs de cajou. Il s’agit du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée Bissau, du Ghana, du Togo et du Sénégal. Ainsi, depuis le 17 novembre 2016, la convention portant création du CICC est entrée en vigueur conformément à son article 28. Je voudrais encore, au nom du Président de la République, du Gouvernement Ivoirien et de mon Collègue de l’Agriculture et du Développement rural, remercier tous les pays Signataires du CICC.

Honorables invités,
Mesdames et Messieurs,
Le Conseil International Consultatif du Cajou est une organisation internationale dotée de la capacité juridique internationale et de l’autonomie financière. Il est composé de tous les pays producteurs signataires de la présente Convention de création et de tous les acteurs de la filière du cajou qui adhèrent à la présente convention par la signature.

Le CICC vise notamment à promouvoir la coopération et la concertation entre les Pays Membres dans les domaines de la recherche-développement, l’innovation technologique, la production, la transformation, la commercialisation et la consommation du cajou. Le CICC pourra ainsi offrir un cadre de concertation et d’assistance technique entre les Pays Membres en tirant avantage des bonnes pratiques et des réussites desdits Pays. Il permettra d’ assurer un meilleur partage des informations à travers la diffusion et publication des informations économiques, statistiques, scientifiques, et techniques sur toutes les questions ayant trait au cajou et de défendre les intérêts des acteurs publics et privés de la filière cajou.

Ainsi, le CICC se veut un cadre international de concertation et de coopération sur toutes les questions concernant le développement de toute la chaine de valeur de la filière anacarde, aussi bien pour les pays producteurs que les consommateurs.

Le siège devant abriter le Secrétariat Exécutif du Conseil International Consultatif du Cajou a été fixé à Abidjan par l’ensemble des pays signataires de la convention.
C’est le lieu pour moi d’exprimer, au nom du Gouvernement ivoirien, la gratitude de la Côte d’Ivoire à tous les pays frères pour le mandat à lui confié d’abriter le siège de notre Organisation et de conduire avec tous les pays membres, le processus de son opérationnalisation.

Honorables invités,
Mesdames et Messieurs,
La première réunion du Conseil des Ministres qui nous réunit ce jour s’inscrit donc dans le cadre des actions engagées par la Côte d’Ivoire pour rendre opérationnel le CICC.
Honorables invités,
Mesdames et Messieurs,
Il s’agira donc au cours de cette première session du Conseil des Ministres, d’examiner les différents documents qui seront soumis par les experts principalement le projet de plan d’actions triennal du CICC et les projets de textes organisant le fonctionnement du CICC, notamment le règlement intérieur, le plan d’action triennal et le budget. De même, le point concernant le Secrétariat Permanent sera également abordé

Je voudrais à cet égard adresser mes félicitations à tous les experts et hauts fonctionnaires qui ont travaillé à la finalisation de ces documents.
.
Honorables invités,
Mesdames et Messieurs,
Je voudrais profiter de cette tribune pour inviter les autres pays producteurs de l’anacarde ainsi que les acteurs et organisations impliqués dans la filière anacarde non membre du CICC à rejoindre le CICC.

C’est sur cette note d’espoir que je voudrais clore mon propos et souhaiter vivement que cette rencontre contribue effectivement à l’opérationnalisation du CICC.
Je déclare ouvert en mon nom et au nom du Ministre de l’Agriculture et du Développement Rural, les travaux de la Première Réunion du Conseil des Ministres du Conseil International Consultatif du Cajou (CICC).

Je vous remercie.

Comments

comments

Newsletter Powered By : XYZScripts.com