Côte d’Ivoire : le Conseil du café-cacao au cœur du chaos

19 juillet 2017

19 Juil. (Jeuneafrique) – Comment le premier producteur mondial de fèves s’est-il retrouvé dans une telle crise ? Manque de contrôles, dévoiement du système de vente, mauvaise communication… Au-delà de la chute des cours, le gendarme de la filière est pointé du doigt.

Fin mars, la Côte d’Ivoire a drastiquement baissé le prix minimum garanti à ses centaines de milliers de petits producteurs pour l’achat de leurs fèves de cacao, de 1 100 à 700 F CFA (de 1,6 à 1 euro) le kilo. Une première depuis la grande réforme mise en place en 2012. Et ce coup dur n’est que l’aspect le plus visible de la crise qui touche le pays de l’or brun. Les finances publiques sont durement touchées. Le Conseil café-cacao (CCC), qui organise l’ensemble du secteur et le système des ventes, enregistre pas moins de 300 milliards de F CFA de pertes sèches.

Pour soutenir la filière, le gouvernement a renoncé en partie aux taxes qu’il perçoit sur les exportations, pour un montant de 43,4 milliards de F CFA ; autant de recettes fiscales en moins. Il a été contraint de réduire les budgets des ministères et de se tourner vers le FMI pour réclamer une rallonge.

Comment en est-on arrivé là ? La réforme de la filière cacao avait justement pour objectif d’éviter un tel désastre, qui rappelle selon certaines sources la faillite de la Caisse de stabilisation et de soutien des prix des productions agricoles (Caistab) dans les années 1990.

Décennie de scandales

Après une décennie de scandales, la Côte d’Ivoire avait pourtant adopté un système stable et transparent, celui de la vente par anticipation (durant toute l’année qui précède la campagne), pour 80 % de la récolte.

En connaissant à l’avance les revenus tirés de l’essentiel de la récolte, le pays pouvait ainsi garantir à ses 800 000 planteurs comme aux autres acteurs un prix fixe et soutenable.

Une refonte profonde encore saluée aujourd’hui. « Il n’y a pas besoin de la réécrire. Le problème réside dans sa mise en œuvre, estime un acteur du secteur pourtant très critique qui, comme tant d’autres, préfère conserver l’anonymat pour évoquer ce sujet extrêmement sensible. Il y a eu beaucoup de négligences. »

Secret exigé ?

Puissant gendarme de la filière, institution publique agissant sous la tutelle du ministre des Finances et du ministre de l’Agriculture, le CCC – qui n’a pas souhaité répondre à nos questions – se retrouve sous le feu des critiques. Car la réforme semble avoir été dévoyée au fil des ans. L’exigence de transparence ? Elle n’a jamais vraiment été respectée, le Conseil se retranchant derrière la nécessité du secret pour préserver les intérêts nationaux. Lire la suite sur Jeuneafrique.com

Comments

comments

Newsletter Powered By : XYZScripts.com