Ouverture à Abidjan d’une réunion sur l’élaboration de la norme internationale sur le cacao durable et traçable

27 juin 2017

Abidjan, (agrici)27 juin – La dixième session plénière du comité technique du comité européen de normalisation (CEN TC 415) s’est ouverte, lundi, à Abidjan, en vue de finaliser les documents relatifs à la norme internationale sur le cacao durable et traçable en cours d’élaboration.

Les quatre jours de travaux de cette session vont permettre la prise en compte des observations des différents comités miroirs (au sein de chaque pays producteur) dans les documents, de procéder à la validation desdits documents et de finaliser la norme afin de rendre possible la publication de la norme en décembre 2017.

Depuis le démarrage des discussions sur la norme, les pays producteurs de cacao n’ont pas réussi à faire prendre en compte un certain nombre d’observations, signale-t-on. Les négociations étant toujours en cours, la réunion d’Abidjan devrait pousser le comité technique à prendre en compte les observations des pays producteurs.

Il s’agit d’abord du coût de l’implémentation de la norme. Pour les producteurs, il revient à l’industrie de financer les coûts d’implémentation de la norme. Ensuite, la question de la prime qui, selon les producteurs, doit être obligatoire afin de susciter l’adhésion des producteurs au processus.

Il y a aussi la stratégie de sortie du producteur relative à la durée de l’appui dont ils bénéficieront qui doit être connue dès le départ afin qu’il ne soit pas sous une trop longue dépendance. Enfin, la mise en place d’un cadre réglementaire relatif à la mise en œuvre de la norme.

Pour le président du CEN TC 415, Jack Steijn, l’établissement de la norme vise l’amélioration du cadre de vie des producteurs à travers la professionnalisation du secteur cacaoyer notamment le soutien aux organisations agricoles, la mise en place d’un plan de développement agricole et surtout l’autonomisation des femmes intervenant dans le secteur.

Le représentant du ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Kouakou Aporture, ouvrant les travaux, a souhaité qu’une attention particulière soit accordée aux préoccupations des pays producteurs afin que la finalisation de la norme internationale sur le cacao durable soit le fruit du consensus de toutes les parties prenantes.

«L’industrie du cacao et du chocolat doit par conséquent accepter de rémunérer l’effort des producteurs à leur juste valeur en leur accordant une prime décente en plus de préfixer afin de leur permettre d’atteindre les objectifs visés par la norme internationale », a-t-il plaidé.

La décision d’élaborer une norme par le comité européen de normalisation a été prise à l’initiative des industriels chocolatiers et des organisions et associations européennes en charge du cacao. Pour la mise en œuvre du projet un comité technique dénommé CEN TC 415, a été mis en place en 2012 comprenant les plus gros producteurs de cacao.

(Agrici.net)

Comments

comments

Newsletter Powered By : XYZScripts.com