Industrie des engrais/ Le Maroc fait la promotion de son savoir-faire à l’IFA 2017

23 mai 2017

23 Mai (lematin.ma) – La grand-messe des producteurs d’engrais dans le monde, qui a démarré hier à Marrakech (22-24 mai), accorde une place de choix à l’Afrique et à l’émergence d’une nouvelle industrie subsaharienne. Elle offre l’opportunité au Groupe OCP de présenter sa vision inhérente à l’industrie des engrais et à une utilisation raisonnée des fertilisants.

L’utilisation raisonnée et rationnelle des engrais pour la fertilisation des principales cultures constitue l’une des grandes priorités de la stratégie nationale de développement agricole «Plan Maroc Vert», a rappelé le ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Aziz Akhannouch. Dans une allocution lue en son nom à l’ouverture de ce conclave par Hammou Ouhelli, secrétaire d’État chargé du Développement rural et des eaux et forêts, il a souligné que son département avait lancé en 2010, en partenariat avec le Groupe OCP, la réalisation de la carte de fertilité des sols dans l’optique notamment d’évaluer la fertilité des sols en éléments nutritifs majeurs et de proposer des formules d’engrais adaptées aux sols et aux cultures.

L’utilisation des engrais au Maroc est «en pleine évolution depuis le lancement du Plan Maroc Vert», a-t-il assuré. En attestent les résultats du recensement agricole de 2016 selon lesquels le taux d’utilisation des engrais par les exploitants agricoles est passé de 51 à 68%, les plus forts taux ayant été enregistrés dans les cultures maraichères et arboricoles avec plus de 75%.

Le ministre a fait observer que le Maroc partage, depuis plusieurs années, son savoir-faire avec ses pairs africains et que des projets d’élaboration de cartes de fertilité des sols sont en cours de réalisation dans le cadre de partenariats avec 13 pays du continent.

Après avoir rappelé l’initiative de l’Adaptation de l’agriculture africaine (AAA), lancée par le Maroc en amont de la COP 22 et visant à réduire la vulnérabilité de l’Afrique et de son agriculture aux changements climatiques, Akhannouch a fait remarquer que l’une des solutions proposées par cette initiative porte justement sur l’utilisation raisonnée des engrais basée sur les analyses du sol et les exigences des cultures. Lire la suite sur Lematin.ma

Comments

comments

Newsletter Powered By : XYZScripts.com