Le diplomate américain Andrew Haviland salue la qualité du travail du Centre classement coton de Côte d’Ivoire

6 avril 2017

Bouaké, 06 Avr. (Abidjan.net) – Le Chargé d’Affaires de l’ambassade des Etats-Unis en Côte d’Ivoire, Andrew Haviland, a salué mercredi à Bouaké, la qualité du travail accompli par le Centre de classement coton de Côte (3C-CI) et encouragé les agents à persévérer sur cette voie.

En partance pour une mission dans le Nord du pays, M. Haviland a profité de son escale à Bouaké pour visiter le Centre de classement coton de Côte d’Ivoire afin, dit-il, d’avoir davantage d’informations sur la filière et sur des opportunités économiques pour les investisseurs américains.

«Je suis très impressionné par la qualité de travail qu’on fait ici. C’est beaucoup plus complexe que je n’y avais pensé avant», a-t-il déclaré, se réjouissant des stages de formations déjà offerts par les Etats-Unis aux agents de 3C-CI.

En effet, le département d’Etat en charge de l’Agriculture des Etats-Unis a appuyé le Centre de classement coton de Côte d’Ivoire à travers la formation des travailleurs. Certains d’entre eux, dont le coordonnateur Tuo Tenan, ont déjà bénéficié aux Etats-Unis, d’un renforcement de capacités de 14 jours sur la qualité du coton depuis la semence jusqu’à la commercialisation.

Le Centre de classement est une structure qui détermine la qualité du coton fibre avant sa mise en vente. Ainsi, sur chaque balle de coton produite dans les usines d’égrenage, un échantillon de 200g est prélevé et envoyé au Centre pour être traité. A 3C-CI, le coton-fibre est classé en neuf grades ou qualités différentes.

Géré depuis 2013 par l’Intercoton, le Centre de classement coton de Côte d’Ivoire est doté d’une salle de classement manuel/visuel d’une capacité de 10.000 échantillons par jour répondant aux normes internationales de luminosité, d’hygrométrie et de température. Le Centre envisage de passer au classement technologique de la totalité du coton produit sur le territoire ivoirien dans les cinq prochaines années.

Par le passé, le coton ivoirien servait de référence en Afrique pour sa commercialisation mais elle a perdu cette place. Le travail du Centre de classement vise à restaurer, à très court terme, le label de la fibre de coton ‘’made in Côte d’Ivoire’’.

Comments

comments

Newsletter Powered By : XYZScripts.com