Visite du Conseil Coton et de l’Anacarde dans la région du Gontougo

16 mars 2017

16 Mars, (agrici.net) – Venue dans le cadre du suivi de la campagne 2017 de commercialisation des noix de cajou, la délégation du Conseil du Coton et de l’Anacarde avec à sa tête le DG Adama COULIBALY s’est rendue ce mercredi 15 dans les localités de Transua et de Tanda.

En effet, une tournée visant à évaluer les réalités sur le terrain des acteurs de la filière depuis le lancement officiel de la campagne 2017 de commercialisation des noix de cajou le 16 Février 2017.

Vu les rumeurs de fuites des produits vers le Ghana, il est raisonnable pour les populations du Gontougo d’avoir des éclaircissements et aussi d’être sensibilisés sur les conséquences de ces fuites ; « Les sorties de noix de cajou sont formellement interdites par voies terrestres. », a souligné le Chef de Service des Opérations du CCA, M. Mamadou DOUMBIA.

« En 2014, la région du Gontougo était le 1er producteur de noix de cajou en Cote d’Ivoire avec 136 000 tonnes ; (…) Mais actuellement, la baisse de la région du Gontougo est bien plus forte que celles des autres régions. », a souligné le DG aux populations de Tanda.

Pour freiner ce phénomène, des dispositions pratiques ont été prises pour la campagne 2017. Le contrôle des acteurs par: Le renforcement du contrôle sur les sociétés coopératives de producteurs exportatrices de noix de cajou; La formalisation de la relation entre les acheteurs et les pisteurs ; L’affiliation d’un pisteur à un acheteur ; La définition d’une zone d’intervention du pisteur ; L’etablissement d’une liste grise. Des documents de transactions et de traçabilités ont également été crées soit le carnet d’apport produit, la fiche de pisteur et la carte pisteur.
En appui à toutes ses dispositions, un comité de veille a été institué dans chaque département et sera chargé de suivre les réalités de commercialisation sur le terrain.

Comme solution contre les fuites, M. Adou KOFFI, producteur de Transua a proposé aux producteurs de la localité de se former en coopératives afin de juger ensemble un prix fixe de commercialisation tenant compte du prix planché qui est de 440 F CFA afin que tous soient à égalité dans les ventes de leurs produits.

Pour rappel, la Cote d’Ivoire est le seul pays parmi ceux de la CEDEAO à fixer un prix planché sur l’ensemble du territoire.

Comments

comments

Newsletter Powered By : XYZScripts.com