Ce que l’aquaponie peut apporter à l’agriculture africaine

8 février 2017

08 Fév. (latribune.fr) – Au vu des dernières activités en rapport avec l’agriculture au sein du continent africain, les personnes avisées peuvent avoir tendance à se poser des questions sur la gestion et la croissance des chaînes de valeur. En effet, l’agriculture africaine connaîtrait ces dernières années un majestueux bon en avant, eu égard aux épisodes de communications officielles qui nous sont généralement servis.

Cependant, il n’est pas exceptionnel de constater pendant des déplacements sur le continent africain, que les processus de production alimentaire (générant chaque année environ 35 Milliards USD d’importations) loin d’être harmonisés, ont besoin d’être repensés en faveur des communautés consommatrices désormais exposées à toutes sortes d’effets en l’occurrence imputables à leurs tables familiales.

Pourquoi l’agriculture africaine a du mal à décoller ?
Fort de son potentiel culturel, le continent africain est sans aucun doute reconnu pour la variété de ses expériences connectées ou décalées de la réalité en fonction du point de référence et de l’analyse personnelle qu’on se fixe. Ceci dit, les nations africaines, généralement conservatrices, ont su faire preuve de talent pour extraire ce qu’il y avait de mieux dans les valeurs et enseignements ancestraux qui leur avaient été légués.

Seulement, il se pose un problème de cohérence et de concordance. Dans un monde globalisé, plus un projet, une idée, une valeur ou une entreprise arrive à rallier des masses, plus elle est à la base d’un algorithme abstrait de génération de revenus importants. C’est ainsi que la déconnexion ou l’isolationnisme qui s’est opéré entre les pays du continent n’a pas joué en leur faveur. Lire la suitre sur latribune.fr

Comments

comments

Newsletter Powered By : XYZScripts.com