Allocution de monsieur le ministre de l’agriculture et du développement rural à l’occasion de la cérémonie de lancement du PUAPV

20 décembre 2016

Ballakro, le 19 décembre 2016

Monsieur le Premier Ministre, Ministre de l’Economie, des Finances et du Budget ;
Mesdames et Messieurs les Ministres ;
Monsieur le Gouverneur du District Autonome de Yamoussoukro ;
Mesdames et Messieurs les Préfets ;
Madame et Messieurs les Elus ;
Mesdames et Messieurs les Directeurs de Cabinets, Directeurs Généraux, Directeurs Centraux et Responsables de Services Administratifs ;
Mesdames et Messieurs les Représentants des Organisations Professionnelles Agricoles (OPA) ;
Chers parents producteurs de Yamoussoukro ;
Chers amis de la Presse ;
Honorables invités ;
Mesdames et Messieurs ;

C’est avec un grand plaisir que j’interviens, aujourd’hui, devant vous à l’occasion du lancement du programme relatif aux mesures d’urgence sur la production vivrière. Je suis d’autant plus heureux que les réalisations que vous voyez ici sur ce site ont été faites en l’espace d’un mois, marquant ainsi qu’avec la volonté politique, il est possible de changer de paradigme en matière de production vivrière.

Je profite de cette occasion pour remercier Monsieur le Premier Ministre qui, malgré son agenda que nous savons très chargé, nous a encadré, accompagné, orienté et suivi tout au long de nos efforts pour mobiliser les acteurs et les ressources indispensables à la mise en œuvre de ces mesures urgentes.
Les efforts de bonne fin d’exécution du P.N.I.A. ont porté sur la production vivrière.

Les impacts en termes d’évolution de la production vivrière et des revenus agricoles, sont sans appel : 45,27% d’augmentation de la production vivrière entre 2011 et 2015 et 100,73% d’accroissement des revenus tirés de la production vivrière, sur la même période.

Cette tendance s’est infléchie en début d’année 2016, du fait de la sécheresse.

Mesdames et Messieurs,
Chers parents producteurs,

La réponse du Gouvernement pour contrer la crise née du changement climatique peut se résumer en trois grandes catégories d’actions.

Premièrement, les actions urgentes. Il s’agit d’un ensemble de mesures prises pour aménager 500 ha de terres pour une production vivrière avec une maitrise totale de l’eau. Comme cela a été dit ici, le site sur lequel nous sommes actuellement a été aménagé dans ce cadre. La cérémonie qui nous réunit aussi aujourd’hui rentre dans ce contexte.

Ces mesures apportent une réponse immédiate à l’incapacité de produire du vivrier entre maintenant et février 2017.

Deuxièmement, les actions à court et moyen terme. Elles vous ont été également présentées. En résumé, notre stratégie est la suivante : engager, dès 2017, et ce de façon irréversible, la mise en œuvre concrète des actions les plus appropriées pour l’adaptation et l’atténuation des effets du changement climatique sur notre agriculture, à travers :
– l’usage d’infrastructure d’irrigation améliorée ;
– l’usage de variétés de semences à haut rendement ;
– la restauration des terres dégradées ;
– l’amélioration du stockage des aliments sur les sites et en dehors des sites des exploitations agricoles ;
– la formation agricole.

Enfin, troisièmement, les actions centrées sur les agropoles. Nous croyons fermement que la réponse la plus concertée, la plus intégrale au problème du changement climatique se trouve dans la mise en œuvre de ces agropoles.

Le projet qui vient de vous êtes présenté sur le Bélier est un exemple d’agropole, mais juste à l’échelle d’une seule région. Nous remercions la Banque Africaine de Développement (BAD), pour le financement de ce projet, qui reste pour nous une référence pour les agropoles à venir.

Nous sommes en effet entrain de travailler à la définition de critère qui va étendre le concept d’agropole à plusieurs zones agro-écologiques homogènes. Nous pourrons ainsi couvrir l’ensemble du territoire national avec quatre ou cinq zones agropolaires.

Mesdames et Messieurs,

Comme vous le voyez, nous avons anticipé. Nous voulons remercier le Président de la République, SEM Alassane OUATTARA pour avoir mis les moyens à la disposition de notre département pour conduire toutes les mesures urgentes et les actions à court et moyen termes.

Avec ces mesures, notre nouvelle stratégie de production vivrière se veut être simple, efficace et cohérente, en utilisant un autre mode de production, un autre paradigme basé sur les systèmes d’irrigation.

Nous sommes particulièrement heureux que ce lancement se fasse à Yamoussoukro, la ville natale du père fondateur de la Nation, qui on le sait, faisait de l’agriculture le crédo du développement de notre pays.

C’est sur cette note que je voudrais terminer mon intervention, tout en remerciant tous ceux qui ont fait le déplacement pour la présence cérémonie.

Je vous remercie de votre aimable attention.

Comments

comments

Newsletter Powered By : XYZScripts.com