Tunisie : « Rien ne se fera sans l’agriculture »

17 novembre 2016

Pour Leith Ben Becher, Président du Syndicat des agriculteurs de Tunisie (Synagri), il est impératif de produire plus et mieux, tout en préservant les ressources hydriques du pays.

Jeune Afrique : Pourquoi et comment la Tunisie doit-elle renouer avec son agriculture ?

Leith Ben Becher : Il faudrait produire plus et mieux. Pays d’agriculture pluviale, la Tunisie souffre de la rareté de l’eau, de la fragilité de ses sols – elle perd chaque année plus de 10 000 ha de terres arables à cause de la seule érosion –, de la désertification et d’une urbanisation croissante, qui autorise des constructions sur des terres irriguées.

Notre enjeu de durabilité – c’est-à-dire de nécessaire préservation – est d’améliorer nos productions et de permettre aux exploitants de vivre décemment de leur travail tout en satisfaisant une population de plus en plus exigeante. Lire la suite sur Jeuneafrique.com

Comments

comments

Newsletter Powered By : XYZScripts.com