COP22: plus de fonds pour l’adaptation de l’agriculture africaine

6 novembre 2016

agrici.net (06 nov)L’accord de Paris, issu de la COP21, vient d’être ratifié par 80 Etats émettant plus de 60 % des gaz à effet de serre. Il entre en vigueur ce vendredi 4 novembre 2016. Place à l’action avec la COP22 à Marrakech à partir de lundi prochain. Le Maroc plaide pour que l’adaptation de l’agriculture africaine au réchauffement climatique soit mieux financée.

Lors de la COP22 à Marrakech, le Maroc veut le « Triple A ». Pas la note souveraine des agences de notation, mais la reconnaissance que l’adaptation de l’agriculture africaine, ou « Triple A », est aussi digne des efforts de financement que l’atténuation du réchauffement. L’adaptation ne reçoit que 16 % des fonds climat, or les agriculteurs africains sont parmi les plus durement frappés par le changement climatique.
L’accord de Paris, issu de la COP21, vient d’être ratifié par 80 Etats émettant plus de 60 % des gaz à effet de serre. Il entre en vigueur ce vendredi 4 novembre 2016. Place à l’action avec la COP22 à Marrakech à partir de lundi prochain. Le Maroc plaide pour que l’adaptation de l’agriculture africaine au réchauffement climatique soit mieux financée.

Lors de la COP22 à Marrakech, le Maroc veut le « Triple A ». Pas la note souveraine des agences de notation, mais la reconnaissance que l’adaptation de l’agriculture africaine, ou « Triple A », est aussi digne des efforts de financement que l’atténuation du réchauffement. L’adaptation ne reçoit que 16 % des fonds climat, or les agriculteurs africains sont parmi les plus durement frappés par le changement climatique.

Pourtant, l’agriculture commence à apparaître non plus comme une cause de réchauffement (14 % des gaz à effet de serre dus aux rejets azotés des plantes, au méthane des élevages), mais comme une solution, grâce à la photosynthèse des cultures. Le Maroc est soutenu par la France qui a lancé l’idée d’augmenter ce stockage du CO2 dans les sols agricoles de « 4 pour 1 000 » par an, particulièrement en Afrique, où la production alimentaire devra tripler en 30 ans.

Le Maroc peut convaincre, parce qu’il met déjà son propre modèle agricole à l’épreuve du changement climatique. Lire la suite sur rfi.fr

Comments

comments

Newsletter Powered By : XYZScripts.com