Transformation locale du cacao: “Ça ne sera pas facile” [Dr SARAKA Konan Adolphe]

3 octobre 2016

La transformation locale des matières premières constitue la priorité de certains états africains en général et particulièrement celle de la Côte d’Ivoire; aussi quel mécanisme mettre en place pour atteindre cet objectif cher à nos dirigeants ? L’équipe de www.agrici.net a rencontré un intellectuel ivoirien qui a conçu une technique d’extraction de beurre de cacao. Entretien

agrici.net:  Bonjour Monsieur, présentez-vous s’il vous plait

Dr Saraka: Je suis Docteur SARAKA, Pharmacien et Député élu de Béoumi, (ville située dans la région de la Vallée du Bandama à quelques kms de Bouaké.)

agrici.net: Depuis combien de temps êtes-vous dans le domaine agricole ?

Dr Saraka: Il y’a très peu de temps que je me suis lancé dans le domaine agricole. J’ai commencé d’abord par l’hévéa mais avec la chute du cours des prix, j’ai décidé de me diriger vers le cacao. J’ai donc acquis des plantations de cacao pour débuter mon activité. Mais contrairement à nos parents planteurs, j’ai décidé de professionnaliser mon activité en apportant une valeur ajoutée. En effet, j’ai conçu et mis en place une technique de transformation de mon cacao. Cette approche est une manière de montrer aux yeux du monde que nous avons cette capacité intellectuelle de transformer localement notre cacao et aussi mettre fin à l’exportation de fèves de cacao á l’état brut vers l’extérieur. Aujourd’hui nous pouvons envoyer des produits finis et semi-finis à tous nos différents clients.

agrici.net: Pouvez-vous nous expliquer le processus de transformation ?

Dr Saraka: Oui avec plaisir, mais souffrez que je ne m’étale pas assez sur le sujet car c’est un savoir faire. En effet, comme c’est un processus naturel d’extraction d’huile de matière végétale, il y’a certains critères à respecter. Une fois le beurre extrait, il va rester naturellement la poudre de cacao. Le beurre va servir dans l’alimentation et dans la cosmétique pour fabriquer des pommades à base de beurre de cacao. Quant á la poudre elle va servir de produit de base pour faire du chocolat noir ou du chocolat pour le petit déjeuner. Je pense que le plus dur est de réussir et de respecter les normes imposées dans ce domaine. Ce n’est pas sorcier, j’ai fait fabriquer le matériel et tout seul j’ai réussi le pari. Maintenant, il reste à connaitre le ratio exacte de beurre que je peux extraire et rechercher une clientèle intérieure et extérieure pour la commercialisation. Nous avons des retours très favorables qui font que nous pouvons passer à la phase opérationnelle.

sam_5257

Beurre de Cacao

agrici.net: Le matériel de transformation a été importé ou fabriqué localement ?

Dr Saraka: Tout le matériel a été conçu et fabriqué ici par une structure de la place. Il est important de savoir que le matériel est en inox pour respecter les normes dans le domaine alimentaire. Pour la phase opérationnelle, il faut maintenant se constituer en société pour exporter notre production. Il faut s’associer à des investisseurs nationaux et á des jeunes diplômés ambitieux et surtout aux producteurs car ce projet s’adresse plus aux gens du terroir.

agrici.net: La priorité actuellement dans la politique agricole de notre pays, c’est de parvenir à transformer nos produits, ce que vous arrivez à faire avec brio. Avez-vous approché les responsables du Conseil Café-Cacao pour leur faire part de votre expertise ?

Dr Saraka: Pour aller demander de l’aide à quelqu’un, il faut être sûr de ce que l’on fait. Je maîtrise ma technologie et donc aujourd’hui je suis à mesure de nouer des contacts. J’ai approché le Ministre de l entrepreneuriat et le Ministre de l’Enseignement Supérieur, qui m’ont confirmé qu’ils étaient très intéressés. L’objectif c’est qu’à partir de mon expérience qu’il y’ait plusieurs unités de productions en Côte d’Ivoire. Je tiens à préciser que ça ne sera pas facile car certains industriels vont jeter un discrédit sur la qualité du produit même s’il est bon. Il faut donc chercher à conquérir le marché local, africain puis asiatique avant de s’attaquer au marché européen.

agrici.net: Un dernier message à lancer à l’endroit d’éventuels partenaires

Dr Saraka: J’invite tout ceux qui ont envie d’entreprendre dans ce domaine à se joindre à nous afin d’implanter plusieurs unités dans les grandes zones de production de cacao et faire en sorte que l’État nous apporte des aménagements fiscaux pour le développement de notre activité.

Propos recueillis par agrici.net

Comments

comments

Newsletter Powered By : XYZScripts.com