Le manque d’innovation responsable de l’insécurité alimentaire en Afrique (experts)

21 septembre 2016

Le faible niveau d’innovation dans l’agriculture en Afrique a été pointé du doigt comme un obstacle à la transformation agricole provoquant de ce fait des crises alimentaires graves, par les experts de l’agriculture participant mardi à un forum régional sur l’agriculture à Kigali.

Cette réunion de trois jours organisée par l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a pour but de discuter des principes de production alimentaire et agricole durable et de la manière dont ils peuvent renforcer la contribution de l’agriculture, de la foresterie et de la pêche au développement durable.

“L’une des causes les plus fréquentes d’insécurité alimentaire en Afrique aujourd’hui est le manque d’innovation agricole dans les technologies d’exploitation fermière. On observe un manque d’innovation dans les communications agricoles mobiles, dans la réduction des pertes après récolte et d’autres éléments favorisant la réduction des risques, ce qui a provoqué de faibles récoltes dans différentes régions du continent”, a déclaré Clayton Campanhola, directeur du programme stratégique de la FAO pour l’agriculture durable.

Ce responsable a appelé les gouvernements africains à financer et soutenir les innovations agricoles, en particulier les technologies d’exploitation agricole destinées aux exploitants de petites fermes.
Les experts présents à cette conférence ont souligné que les agriculteurs étaient confrontés à des changements de modèles climatiques, qui les poussent à ajuster leurs méthodes d’exploitation, et que l’innovation avait en conséquence un grand rôle à jouer pour soutenir les rendements agricoles.

Mbaye Ndiaye, scientifique en agriculture du Niger, a déclaré que les innovations fournissant des prévisions météorologiques actualisées permettraient aux agriculteurs de savoir quand planter et quand récolter à temps pour éviter la perte de récoltes.

“Renforcer l’innovation dans l’agriculture est l’une des grandes actions nécessaires pour renforcer la productivité, créer des emplois et améliorer la sécurité alimentaire en Afrique”, a-t-il ajouté.
Les experts ont souligné que les structures réglementaires inadéquates en matière de biotechnologies et les faibles efforts pour renforcer les systèmes réglementaires économiques et basés sur la science avaient également freiné la production agricole sur le continent.

La FAO a souligné que l’Afrique avait connu plusieurs épisodes d’insécurité alimentaire grave, qui ont provoqué des pertes immenses en vies humaines et en moyens de subsistance au cours des décennies passées.
Les derniers chiffres de la FAO indiquent que l’Afrique compte 16 pays dans lesquels le taux de prévalence de la sous-nutrition dépasse 35%.

Lors de cette réunion, les participants ont convenu que les scientifiques agricoles devraient renforcer leurs liens de collaboration et mettre en commun leurs idées et expertises.

Cette conférence a réuni une quarantaine de délégués, dont des hauts responsables gouvernementaux des secteurs de l’agriculture, de la sylviculture et de la pêche, venus d’Afrique et du reste du monde.

Source: Agence de presse Xinhua

Comments

comments

Newsletter Powered By : XYZScripts.com