Les producteurs de palmier à huile du Sud-Comoé formés à l’utilisation des pesticides

13 septembre 2016

13 septembre 2016 (agrici.net) L’Hôtel le Rocher d’Aboisso a abrité de mardi à jeudi un atelier de renforcement des capacités des services d’encadrement publics et privés de production et des producteurs dans les approches et méthodes de gestion intégrée des pesticides et l’utilisation responsable des produits et appareils de traitement phytosanitaires.

Cet atelier organisé par le Projet d’appui au secteur agricole (PSAC)) en collaboration avec le ministère de l’Agriculture et du Développement rural et l’Association des Interprofessionnels de la filière palmier à huile (AIPH) a réuni des encadreurs des coopératives et des producteurs de Palmier à Huile de la région du sud-Comoé.
« Retenez que désormais tout doit être gestion raisonnée, gestion intégrée, gestion responsable de sorte que l’humanité, la flore et la faune soit préservées. Qu’au-delà des préoccupations pécuniaires, les producteurs doivent prendre en compte les préoccupations environnementales », a recommandé directeur régional de l’Agriculture et du Développement rural du Sud-Comoé, Patrice Goda Amani Yao.

« La lutte intégrée », qui n’est pas encore formellement développée en Côte d’Ivoire, permet au producteur d’être efficace, d’économiser et de protéger l’environnement, l’homme, les animaux, les végétaux, y trouvant leur compte. Elle protège la vie des producteurs, de leurs familles, l’environnement, le sol, la culture, améliore la production, fait gagner beaucoup d’argent, donc permet de lutter contre la pauvreté, a-t-il expliqué.

Durant l’atelier, l’équipe du PSAC, a indiqué que ses objectifs sont principalement, l’intégration des préoccupations environnementales et sociales dans ses activités d’appui à la productivité, l’information, la sensibilisation des producteurs et des utilisateurs afin qu’ils aient les connaissances nécessaires pour manipuler les produits sans risque. Une phase pratique dans une plantation a ensuite permis aux participants d’assimiler les bonnes pratiques phytosanitaires.

Mme Brigitte Mobongol, experte en Environnement, au PSAC, a prévenu qu’il existe des risques de catastrophes. Sur le terrain, les produits phytosanitaires s’avèrent dangereux pour la vie humaine, la faune et la flore s’ils sont utilisés sans les moindres mesures de précautions détruisant tout, dégradant sérieusement la santé quand ils ne causent pas la mort. Les recommandations de l’atelier ont insisté sur l’utilisation des produits homologués en Côte d’Ivoire.

Comments

comments

Newsletter Powered By : XYZScripts.com